Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 avril 2011 1 11 /04 /avril /2011 10:00

 

Champ d'oliviers 

Bonjour,

 

Aujourd'hui,  je vais vous parler en bien (une fois n'est pas coutume) de régime. Quand on parle de régime, on pense d'abord à "régime alimentaire" et aussitôt après à "aliments permis"et "aliments interdits". Or, qui dit régime ne dit pas obligatoirement restriction. D'ailleurs le mot "régime" vient du latin regimen qui signifie "direction".

"Chaque homme, chaque société a son type alimentaire. Entre ce qu'il mange et ce qu'il est, il existe une relation dynamique qui puise au plus profond de ce que l'homme désire être et ce que ses aliments lui permettent d'être" (J. Trémollières).

 

Le régime méditerranéen ou diète méditerranéenne est une pratique alimentaire traditionnelle dans plusieus pays du bassin méditerranéen. Elle a été inscrite, comme "le repas gastronomique des Français", le 16 novembre 2010 sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l'humanité par l'UNESCO comme "un ensemble de savoir-faire, connaissances pratiques et traditions qui vont du paysage à la table, y compris les cultures, la récolte ou la moisson, la pêche, la conservation, la transformation, la préparation et, en particulier, la consommation d'aliments". comme on peut le voir, l'UNESCO a employé le terme "diète" (du grec δίαιτα, mode de vie) dans son sens originel. Je vous parlerai ici plus particulièrement des caractéristiques du modèle nutritionnel traditionnel des pays méditerranéens qui intéresse beaucoup les scientifiques depuis la publication des résultats de l'étude de Ancel Keys. Ce scientifique américain pensait que le mode de vie et le régime alimentaire pouvait avoir un impact sur la santé et en particulier sur les maladies cardio-vasculaires. Il lance en 1956 une vaste étude internationale dans sept pays qui s'est étalée sur une quinzaine d'années. Et il a mis en évidence le lien très étroit qui existait entre le mode de vie et les habitudes alimentaires et la protection contre les maladies coronariennes. Globalement, les habitants des pays méditerranéens étaient en général en meilleur santé que ceux des patys plus nordiques. C'est la Crète qui avait le taux de mortalité le plus bas et dans ce pays les affections cardio-vasculaires étaient très rares ainsi que les cancers. A l'autre bout du classement, se situaient la Finlande, les États-Unis et les Pays-Bas. Cette étude a fait grand bruit et les scientifiques ont voulu comprendre quel était le secret de la longévité des Crétois.

 

Pour tenter de répondre à la question, le Professeur français Serge Renaud lance alors une étude à Lyon de 1988 à 1993. Cette étude portait sur des personnes ayant été victimes d'un infarctus moins de six mois avant le début de la recherche. La moitié des sujets suivait le régime préconisé par  l'American Society of Cardiology et l'autre moitié suivait ce que l'on appelait alors "le régime crétois". Les résultats furent éloquents. Le nombre d'accidents cardio-vasculaires diminuèrent de façon très sensible dans le groupe qui suivait le régime crétois. La conclusion était évidente : la longévité des Crétois était due prioritairement à leurs habitudes alimentaires. De là est venue la vogue de ce que l'on appelle le "régime crétois" et du "régime méditerranéen".

 

Ce régime est caractérisé par une consommation en abondance de fruits, de légumes, de céréales, de légumineuses et d'huile d'olive et une consommation faible de produits animaux (viande, fromages, beurre, oeufs), le tout accompagné de vin ou d'infusions. Cela ne vous rappelle pas la pyramide alimentaire (cf.La pyramide alimentaire ) ? Pour illustrer ce propos, je vous présente un tableau comparatif des habitudes alimentaires tiré de l'étude des sept pays (source : Serge Renaud, Le régime santé, Éditions Odile Jabob, Paris, 1995).

 

  Crète Pays méditerranéens Pays-Bas États-unis

 Aliments (g/j)

 

Pain

Légumes secs

Légumes verts

Fruits

Viande

Poisson

Graisses ajoutées

 

 

 380

30

191

464

35

18

95

 

 

 416

18

191

130

140

34

60

 

 

 252

2

227

82

138

12

79

 

 

 97

1

171

233

273

3

33

 

Comme vous pouvez le voir, les Crétois mangeaient 3 fois plus de pain que les Américains, 30 fois plus de légumes secs, à peu près la même quantité de légumes verts (mais certainement moins traités), deux fois plus de fruits, presque dix fois moins de viande (la viande n'était consommée que dans les grandes occasions et au cours des repas de fêtes et ce n'était pas de la viande rouge), plus de poisson et plus de graisses ajoutées (de l'huile d'olive mais pas de beurre). Vous remarquerez que j'emploie l'imparfait. En effet, en Crète comme dans le monde entier, les traditions se perdent et la "malbouffe" se généralise. Résultat : l'obésité n'arrête pas de se développer, les maladies cardio-vasculaires, le diabète et les cancers tuent de plus en plus.

 

Et pour vous convaincre du lien évident entre les habitudes alimentaires et la mortalité, je vais vous raconter l'histoire de Roseto, une petite ville américaine fondée en 1882 par des émigrés italiens. Ces émigrés italiens avaient trouvé en arrivant aux États-Unis du travail dans les mines d'ardoise de Bangor en Pennsylvanie. Très vite, leur communauté grossit, ils firent venir leur famille et fondèrent la ville de Roseto. Très vite, on remarqua que les maladies coronariennes étaient beaucoup plus rares à Roseto que dans les villes voisines. Des médecins s'intéressèrent de plus près à la question et comparèrent la mortalité dans les villes de Roseto, de Bangor (qui avait été fondée par des colons gallois), de Nazareth (fondée par des émigrés allemands) et de Stroudsburg qui regroupait différentes ethnies. Entre 1955 et 1961, la mortalité totale était inférieure de 32% à Roseto et la mortalité coronarienne de 72% pour les hommes et de 46% pour les femmes. On avait remarqué que Roseto différait par son régime alimentaire des autres villes. Les habitants de Rosetto avaient gardé les habitudes alimentaires de l'Italie du XIXe siècle. Mais comme le taux de cholestérol était voisin dans les quatre villes, les chercheurs ne pouvaient pas croire que la faible mortalité des habitants de Roseto était due à leur mode d'alimentation. Et ils ne pouvaient croire que des habitudes alimentaires qui allaient à l'encontre de ce que préconisait l'American Heart Association puissent être responsables de la protection des habitants de Roseto vis à vis de la maladie coronarienne.

Mais voilà qu'entre 1965 et 1974, la mortalité coronarienne augmente dramatiquement à Roseto. Que se passait-il ? On fit une nouvelle enquête alimentaire en 1985 et on découvrit alors que les Rosétains, instruits comme les autres Américains du rôle néfaste des graisses et du cholestérol, avaient changé de régime et adopté le "régime prudent" de l'American Heart Association. Leur consommation d'huile d'olive avait diminué de 50%, ils fumaient beaucoup moins et ne produisaient presque plus leur vin (et en consommaient beaucoup moins aussi). De plus la société rosetaine avait changé avec l'arrivée d'épouses étrangères et la non-adhésion des nouvelles générations aux valeurs traditionnelles. Il n'y avait plus la même cohésion sociale et la même solidarité nationale.

 

Cette histoire que Serge Renaud relate dans son livre Le régime santé m'a beaucoup marquée.

 

Je vous laisse réfléchir à tout ça.

 

A bientôt !

Partager cet article

Repost 0
Published by La nutrition en couleurs - dans Nutrition
commenter cet article

commentaires

Profil

  • La nutrition en couleurs
  • Médecin nutritionniste, passionnée par la lumière et les couleurs, j'aime faire partager à ceux qui m'entourent mes connaissances en cuisine et en nutrition pour qu'ils puissent concilier santé, plaisir et gourmandise.
  • Médecin nutritionniste, passionnée par la lumière et les couleurs, j'aime faire partager à ceux qui m'entourent mes connaissances en cuisine et en nutrition pour qu'ils puissent concilier santé, plaisir et gourmandise.

Droits réservés

Les images de ce blog (dessins, photos...) ne sont pas libres de droits

Recherche