750 grammes
Tous nos blogs cuisine Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 novembre 2014 1 10 /11 /novembre /2014 10:26

Partager cet article

Repost0
10 novembre 2014 1 10 /11 /novembre /2014 08:59

 

Ae-rome-tre-Baume--de-tail.jpg 

 

 

 

Bonjour,

 

Bravo à Hortense qui a trouvé la réponse exacte! Il s'agissait bien d'un aréomètre de Baumé.

La devinette n'était pas si facile mais vous êtes nombreux à avoir deviné à quoi servait cet instrument de mesure. Bravo et merci pour vos commentaires.

 

Comme l'a expliqué Hortense, l'aréomètre permet de déterminer la densité du liquide dans lequel on le plonge, selon le principe d'Archimède.

Cet aréomètre a été mis au point par Antoine Baumé (1728-1804), pharmacien et chimiste français. 

 

 

Antoine Baumé

 

 

Cet instrument se compose d'une tige cylindre creuse graduée en degrés Baumé prolongée par une ampoule flotteur lestée.

 

 

 

Ae-rome-tre-de-Baume-.jpg

 

 

Ae-rome-tre-de-Baume--graduation.jpg

 

Aéromètre de Baumé-ampoule flotteur lestée 

 

 

Plus le liquide est dense, moins l'aréomètre s'enfonce. Les chiffres qui sont à la limite de la surface indiquent la densité du liquide mesuré.

 

L'aréomètre Baumé, appelé aussi pèse-sirop, a été beaucoup utilisé, dans de nombreux domaines. 

Les œnologues et les vignerons l'utilisaient pour calculer le poids de sucre contenu dans le moût et évaluer ainsi le degré alcoolique du vin après fermentation.

En cuisine, on l'utilisait pour mesurer la concentration en sucre des sirops.

Il était aussi utilisé par les paludiers, comme le dit Hortense, pour analyser la saumure.

Officiellement, le degré Baumé n'est plus en usage en France (décret 61-501 du 3 mai 1961) mais il semblerait que l'échelle Baumé soit encore utilisée malgré ce décret. Les aréomètres Baumé sont interdits à la vente sauf pour usage décoratif. Heureusement, car j'aime beaucoup cet instrument. Merci à Jean de me l'avoir donné. 

 

 

A bientôt!

 

 


 


 

 

 

Partager cet article

Repost0
9 novembre 2014 7 09 /11 /novembre /2014 19:55

Partager cet article

Repost0
9 novembre 2014 7 09 /11 /novembre /2014 12:57

Vue-sur-la-place-depuis-l-eglise.jpg

 

 

 

Bonjour,

 

Aujourd'hui, je vous emmène à Iholdy, petit village de Basse-Navarre, au Pays basque, situé au sud-sud-ouest de Saint-Palais. Ce petit village d'un peu plus de 500 habitnats est remarquable par certains détails d'architecture.

 

Le village s'organise entre la maison noble, l'église entourée du cimetière et la place entre le fronton et la grande croix.

 

La maison noble, dont la mention la plus ancienne remonte à 1397, est le manoir d'Elizabelar. Située derrière l'église, elle comporte quatre échauguettes qui possèdent, pour trois d'entre elles, un culot figuré représentant un visage. Une des coiffes est caractéristique du XVIe siècle. La maison a été restaurée au XVIIe siècle, en 1680 (date portée sur la porte d'entrée principale) et l'a été de nouveau récemment (un peu trop?).

 

 

 

Le-manoir-d-Elizabelar.jpg

 

 

Echauguette.jpg

 

 

Culot-de-l-echauguette-1.jpg culot de l'échauguette 2

Culot de l'échauguette 3

 

 

Porte-d-entree-principale.jpg

 

 

 

L'église de la Décollation de Saint-Jean-Baptiste, construite au Moyen Âge,  a été remaniée au XVIIe siècle et restaurée au XXe.

Son clocher, à une baie campanaire, est de forme chantournée. 

Le porche latéral à étage est ouvert au sud et comporte une galerie soutenue par des piliers. Il abrite des dalles funéraires et des stèles discoïdales dont la plus ancienne porte la date de 1597.

A l'intérieur, il y a un niveau de galeries en charpente au nord, au sud et à l'ouest. Le plafond est décoré de caissons.

Le tableau du chœur représente la décollation de Saint-Jean-Baptiste.

Les fonds baptismaux sont creusés dans un bloc de pierre.

 

 

 

 

Le-fronton-et-l-eglise.jpg

 

 

Le clocher

 

 

Dalles-funeraires-sous-le-porche.jpg

 

 

        Stele-discoidale-1.jpg    Stele-discoidale-2.jpg

 

Stele-discoidale-3.jpg      Stele-discoidale-4.jpg

 

 

Les-galeries.jpg

 

 

Detail-du-plafond.jpg

 

 

Le chœur

 

 

Les-fonds-baptismaux.jpg 


 

 

Iholdy possède de nombreuses maisons du XVIIe, du XVIIIe et du XIXe siècle. 

On trouve des linteaux sculptés et peints sur un grand nombre d'entre elles, sur la place principale et tout autour. 

 

 

La maison Franxistegia, en face de l'église, porte sur son linteau la date de 1716.

 

 


La-maison-Franxistegia-en-face-de-l-eglise.jpg

 

 

Porte-d-entree.jpg

 

 

Detail-porte.jpg

 

 

Linteau.jpg

 

 

Sur-les-piliers.jpg

 


Les linteaux donnent souvent des informations sur les propriétaires des maisons, sur la date de construction ou des inscriptions religieuses. Ils sont souvent richement ornés. Je vous montre ceux que j'ai pu photographier.

 

 

 

Maison-Topino-au-dessus-de-la-porte.jpg

 

 

Maison Topino-au-dessus d'une fenêtre

 

 

Maison-Topino-linteau-de-porte.jpg

 

 

Au-dessus-de-la-porte-d-entree.jpg

 

 

Linteau-1.jpg

 

 

Linteau-2.jpg

 

 

Linteau-3.jpg

 

 

Linteau-5-copie-1.jpg

 

 

Linteau-7.jpg

 

 

Linteau-8.jpg

 

 

Porte-d-entree-2.jpg

 

 

Porte d'entrée-copie-1

 

 

Maison à Iholdy

 

 



Le château d'Iholdy, cité en 1300, "palacio" en 1385, est situé à 2 km du bourg. Appartenant à la famille d'Olcé depuis le XIVe siècle, il est reconstruit en 1664 par Jean d'Olcé, évêque de Bayonne de 1664 à 1681, qui célèbre le mariage de Louis XIV avec l'infante d'Espagne, Marie-Thérèse, à Saint-Jean-de-Luz.

 

 

 

Chateau-d-Olce.jpg

 

 

Campagne-a-cote-du-chateau.jpg

 

 

Avant-du-chateau.jpg

 

 

 

Si vous passez en Basse-Navarre, ne manquez pas de vous arrêter à Iholdy. Ce petit village recèle bien des trésors. J'y retournerai volontiers pour la Fête-Dieu qui donne lieu à de nombreuses festivités.

 

 

A bientôt!

 

 

Blason d'Iholdy et date du fronton

 


Partager cet article

Repost0
8 novembre 2014 6 08 /11 /novembre /2014 09:37

Partager cet article

Repost0
8 novembre 2014 6 08 /11 /novembre /2014 09:33

Devinette 8 novembre 2014

 

 

 

Bonjour,

 

Qu'est-ce que c'est? Pouvez-vous me le dire?

 

A lundi.

Bon week-end!

Partager cet article

Repost0
7 novembre 2014 5 07 /11 /novembre /2014 14:49

Partager cet article

Repost0
7 novembre 2014 5 07 /11 /novembre /2014 13:28

Paella

 

 

 

Bonjour,

 

Depuis quelques jours, la pluie n'arrête pas de tomber. Il fait froid et nous n'y sommes plus habitués après deux mois de soleil et de fortes chaleurs. Il n'y a pas longtemps, c'était encore l'été et nous nous regalions de soupes froides et de salades. Il faut s'y faire, nous sommes en automne et je dois me remettre à préparer des plats chauds. Mais j'ai envie de soleil et, comme il ne veut pas se montrer ou si peu dans le ciel, je vais le mettre dans nos assiettes. Pour ce faire, j'ai préparé une paella, ce plat qui a franchi depuis longtemps les frontières de l'Espagne pour devenir un plat international.


paella ou paelleraLa paella est née dans la région de Valence où le riz a été introduit dès l'Antiquité. Son nom est
tiré du plat dans lequel on la prépare, la paella. Vous entendrez souvent que ce plat s'appelle paellera. En réalité, la paellera est la personne qui cuisine la paella comme le paellero est celui qui la prépare mais aussi le trépied qui permet de la cuire au gaz. 

C'est une poêle le plus souvent en acier, poli, émaillé ou inoxydable, parfois à revêtement anti-adhésif, ou en aluminium revêtu ou en fonte. Elle n'a pas de manche mais deux anses. 

La paella se fait cuire en plein air, sur un feu de bois, ou sur le gaz. 

 

Il existe des milliers de recettes de paella. A l'origine, quatre éléments étaient indispensables à sa préparation : l'eau, le riz, le safran et l'huile d'olive.

L'authentique paella, la paella valenciana, a obtenu une appellation d'origine contrôlée (denominación de origen). Dix ingrédients sont nécessaires pour la préparer : De l'huile, du poulet, du lapin, des haricots plats, des haricots blancs ou garrofó, de la tomate, de l'eau, du sel, du safran et du riz de la région de Valence. On peut aussi y ajouter des artichauts, du piment doux ou pimentón, du poivron rouge, de l'ail et du persil, du canard, des escargots et du romarin.

Les autres paellas ne sont pas "valenciana".

Pour beaucoup, la cuisine espagnole se résume à la paella, à la sangria et au gazpacho.

La paella s'est mondialisée et est devenue un plat de riz où l'on mélange viandes et poissons qui n'a le plus souvent rien à voir avec l'authentique paella. L'Art Culinaire Français, publié en 1950, la décrit ainsi : "La paëlla est le mets indispensable aux grands festins des Espagnols, car il est trop coûteux pour être servi tous les jours; dans certains cas, il forme à lui tout seul tout le dîner tout au moins pour les mets de cuisine. J'engage les cuisiniers à ne servir ce mets qu'à des Espagnols.

Il entre dans les apprêts de ce mets, comme viande : filet de bœuf, filet de porc, chorizos et jambon; comme volaille et gibier : poulet, pigeons, perdreaux, lapins; comme poisson : anguilles, pageaux, escargots; comme légumes : artichauts tendres, piments doux frits à l'huile et pelés, petits pois, fèves, carottes, tomates."


Je vais vous donner la recette que j'ai employée, qui n'est pas celle de l'Art Culinaire Français (heureusement, car je serais encore à la préparer) ni celle de la paella valenciana mais plutôt celle d'un "riz à l'espagole" ou d'une paella mixta simplifiée. C'est ce que j'ai pu faire avec ce que j'avais dans mes placards, dans mon réfrigérateur et mon congélateur (il faisait trop mauvais pour sortir faire des courses!).

 

 

 

 

Ma paella

 

 

Pour 8 personnes :

 

2 blancs de poulet

1 morceau de chorizo à cuire

8 grosses crevettes

1 gros oignon doux

2 gousses d'ail

1 poivron vert

2 tomates

150 g de haricots verts surgelés

150 g de petits pois surgelés

4 cœurs d'artichauts surgelés

2 poivrons rouges en boîte

2 tasses (250 ml) de riz rond (j'emploie le riz Bomba de Calasparra)

9 tasses d'eau

2 cubes de bouillon de volaille ou de poisson

1 pincée de safran en filaments

Sel

Huile d'olive

 

 

 

Faire revenir le chorizo coupé en tranches dans la paella. Réserver. Enlever la graisse contenue dans la paella.

Faire dorer les blancs de poulet coupés en morceaux avec un filet d'huile d'olive dans la paella. Réserver. 

Faire revenir les crevettes crues quelques minutes. Réserver.

Faire revenir l'oignon et le poivron vert finement émincés dans la même paella. Ajouter l'ail écrasé. Quand le poivron commence à ramollir, ajouter les tomates râpées sans leur peau. Bien remuer et laisser cuire à feu doux jusqu'à ce que l'eau des tomates se soit évaporée.

Ajouter alors le riz et faire cuire en remuant quelques minutes jusqu'à ce que le riz devienne translucide. Vous pouvez arrêter la cuisson à ce moment-là pour ne la reprendre qu'une petite demi-heure avant de servir.

 

 

 

 

Ajouter le riz, remuer


 


Ajouter les haricots verts, les cœurs d'artichauts et les petits pois. 

Faire chauffer le bouillon et y incorporer le safran. Au bout de quelques minutes, verser le bouillon chaud dans la paella. Incorporer le poulet et le chorizo puis les crevettes. Faire cuire à feu vif pendant environ 7 minutes puis baisser le feu. Disposer les crevettes sur le dessus et continuer à faire mijoter à feu doux jusqu'à ce que toute l'eau se soit évaporée.

 

 

 

 

Ajouter les autres légumes, le bouillon puis les crevettes

 

 

 

 

Éteindre le feu. Couvrir avec une feuille de papier aluminium et laisser reposer 5 minutes environ.

Servir avec des quartiers de citron.

 

 

Bon appétit!

 



 


Partager cet article

Repost0
3 novembre 2014 1 03 /11 /novembre /2014 11:25

Partager cet article

Repost0
3 novembre 2014 1 03 /11 /novembre /2014 09:19

Le-chateau-de-Quillan-a-travers-la-toile-d-araignee.jpg

 

 

 

Bonjour,

 

Non, je ne vous ai pas tendu une toile d'araignée entre les arches d'un pont de Quillan... 

 

La semaine dernière, personne n'avait trouvé la bonne réponse. Cette semaine, vous l'avez tous trouvée. Ce qui ne vous a pas empêchés de penser que c'était trop simple et de chercher plus loin. Je m'en réjouis. Et je vous félicite tous.

 

Et j'en profite pour vous parler de l'endroit où a été prise cette photo. Il s'agit d'une toile d'araignée tendue sur la rambarde du pont Suzanne à Quillan.

 

 

 

Toile d'araignée avec vue sur l'Aude

 

 

Le pont Suzanne à Quillan 

 

 

 

Quillan est une petite ville de l'Aude, aux pieds des Pyrénées, mentionnée dès le Xe siècle. Elle doit son nom aux trois collines qui l'environnent, "les Trois quilles". Au XIIe siècle, la ville se développe. C'est une bastide entourée de murailles.

Autour de l'église Notre-Dame dont les murs ont été réalisés avec les galets de l'Aude, la vie s'organise dans un dédale de rues que l'on peut parcourir encore aujourd'hui. 

 

 

 

 

Rue à Quillan

 

 

 

Le château, bâti au XIIe et XIIIe siècles par les archevêques de Narbonne est le témoin de leur lutte avec les rois de France puis de la croisade des Albigeois.   

 

 

 

Le château de Quillan vu du pont

 

 

 

La ville souffre pendant les Guerres de religion puis reprend son essor grâce à sa situation à la croisée des chemins. A l'entrée du défilé de la Pierre Lys, en contrebas du plateau de Sault, elle est pendant des siècles une cité prospère. C'est la terre des radeliers, plus connus dans le pays sous le nom de carrassiers. Ces ouvriers charriaient les grumes coupées dans les forêts de la Haute-Vallée avant de les assembler en radeaux, les carrasses. Acheminées jusqu'à Trèbes, elles étaient ensuite chargées sur les péniches du canal du Midi. Cette activité florissante prend fin à l'arrivée du chemin de fer.

 

Première ville du département à être reliée à l'électricité, Quillan devient une importante cité chapelière au XXe siècle.

Jean Bourrel, propriétaire de la manufacture la plus importante, est aussi président de l'US Quillan, club de rugby à XV fondé en 1902. Il développe son club qui est finaliste du championnat de France en 1928 et devient champion de France en 1929.

Quillan est aussi la ville où a été organisé le premier Criterium de France en 1936 qui réunit tous les ans les meilleurs coureurs du Tour de France.

 

Après la seconde guerre mondiale, le chapeau se porte moins et l'industrie de la chapellerie décline. En 1952, Formica installe à Quillan sa seule usine en France, permettant ainsi à la ville de conserver sa tradition industrielle.


Aujourd'hui, l'usine est fermée et Quillan est une petite ville endormie qui vit surtout du tourisme vert. On y pratique les sports d'eaux vives, sur l'Aude. C'est le point de départ de nombreux sentiers de randonnées, de circuits VTT... et le siège de nombreux festivals.

Mais c'est aussi et surtout (pour moi) une étape sur le chemin des châteaux cathares. 

 

On est loin de la toile d'araignée...

 

 

A bientôt!

 

 

Partager cet article

Repost0

Profil

  • La nutrition en couleurs
  • Médecin nutritionniste, passionnée par la lumière et les couleurs, j'aime faire partager à ceux qui m'entourent mes connaissances en cuisine et en nutrition pour qu'ils puissent concilier santé, plaisir et gourmandise.
  • Médecin nutritionniste, passionnée par la lumière et les couleurs, j'aime faire partager à ceux qui m'entourent mes connaissances en cuisine et en nutrition pour qu'ils puissent concilier santé, plaisir et gourmandise.

Droits réservés

Les images de ce blog (dessins, photos...) ne sont pas libres de droits

Recherche