750 grammes
Tous nos blogs cuisine Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 octobre 2014 1 20 /10 /octobre /2014 08:52
Partager cet article
Repost0
20 octobre 2014 1 20 /10 /octobre /2014 07:11

Thon-rouge-sur-le-port-de-Marseille.jpg

 

 

 

Bonjour,

 

Merci à tous ceux qui ont participé à ce jeu.  

 

Non, la photo ne représentait pas un oignon rouge...

 

 

 

Oignon-rouge.jpg

 

 

 

Ni une tranche de betterave, même crapaudine...

 

betterave-copie-1.jpg

 

 

Ni une coupe de bois exotique...    

 

 

 

Coupe-de-bois.jpg

 

 

 

Il s'agissait tout simplement d'un morceau de tranche de thon rouge. Mais non de thon albacore comme l'a dit Hortense car cette espèce de thon, appelée aussi thon jaune ou Thunnus albacares (c'est l'atun claro espagnol) est un poisson tropical, absent de la mer Méditerranée où a été pêché le thon de la photo (comme c'est écrit sur l'ardoise déposée à côté du thon sur la photo ci-dessus : "thon rouge pêché au large de Marseille"). Mais ça, vous ne pouviez le savoir. Bravo donc à Hortense qui a deviné que la photo représentait du thon.

 

Le thon rouge atlantique, ou Thunnus thynnus, Scombridae, est réparti sur l'ensemble de l'Atlantique Nord et de la Méditerranée et, dans une moindre mesure dans l'Atlantique sud. Il effectue d'importantes migrations entre les régions froides où il se nourrit et les régions plus chaudes où il se reproduit. A la différence des autres espèces de thons qui sont tropicales ou sub-tropicales, le thon rouge réalise l'essentiel de son cycle de vie en eaux tempérées.

 

La pêche au thon rouge est une pêche traditionnelle. L'essor du marché du sushi-sashimi au sein duquel le thon rouge est une espèce "phare" à haute valeur marchande a amené à une surexploitation de cette espèce dans les années 1990-2000. Depuis 1998, la Commission Internationale pour la Conservation des Thonidés de l'Atlantique (CICTA) impose un quota de pêche qui est peu ou pas respecté par nombre de pays jusqu'en 2007.

Suite à l'avis alarmiste du comité scientifique de la CICTA en 2006, la commission de la CICTA a adopté un plan de reconstitution du "stock Est" sur 15 ans. Ce plan, mis en place en 2007, contient de nombreuses mesures comme la limitation du nombre de navires autorisés à pêcher le thon, l'interdiction des filets dérivants et l'utilisation d'avions pour repérer les bancs de poissons. Les thons pêchés doivent mesurer au moins 115 cm ou peser plus de 30 kg. Des dérogations sont accordées pour la pêcherie artisanale côtière dans la limite du sous-quota des 8-30 kg. Le pêcheur doit remplir une fiche pour chaque thon rouge capturé, qui est également bagué. 

En 2014, un arrêté, paru au J.O. du 2 avril, répartit les 2471 tonnes allouées à la France. Les pêcheurs professionnels de la Méditerranée recevront 2199 tonnes, ceux de l'Atlantique 247 tonnes et les plaisanciers 25 tonnes.

 

La pêche au thon rouge se divise entre une pêche artisanale côtière en Méditerranée et en Atlantique et une pêche à la senne en Méditerranée destinée à l'exportation. 

Les thoniers-senneurs sont basés pricipalement à Sète et à Marseille. La période de pêche pour ces gros bateaux est limitée à un mois. Leurs captures sont mises en cage et acheminées jusqu'à des fermes où les thons sont engraissés et revendus ultérieurement, surtout pour les marchés asiatiques et particulièrement le Japon.

Les marchés locaux et nationaux sont alimentés par les "petits métiers" de la Méditerranée qui pêchent à la traîne, à la canne ou à la palangre (longue ligne de plusieurs kilomètres de long avec un hameçon tous les 25 mètres) et les pêcheurs au chalut de l'Atlantique. La période de pêche est limitée et les quotas limités cette année pour les petits métiers de la Méditerranée à 230 tonnes à répartir entre les 87 licences octroyées.

 

Cet ensemble de mesures semble porter ses fruits et l'on peut penser que le thon rouge aujourd'hui n'est plus surexploité. Il subit cependant encore les conséquences de la surexploitation passée.

 

Il est donc possible aujourd'hui de manger du thon rouge en France. Comme les autres thons, c'est un poisson riche en protéines et, plus que les autres thons, c'est un poisson gras qui contient beaucoup d'acides gras oméga 3. Il est riche en phosphore, en vitamines du groupe B, en sélénium, en vitamine A, D et contient aussi du magnésium et du fer. N'en abusez cependant pas car il contient des niveaux élevés de mercure. Pour cette raison, il est conseillé d'en limiter la consommation à une à deux portions par semaine et de la déconseiller aux femmes enceintes ou allaitantes et aux enfants.

 

Après ce long discours sur le thon rouge qui ne vous aura pas trop embêtés, je l'espère, quelques photos du Vieux Port de Marseille et du port de Cassis et des jolies "barquettes marseillaises" (celles que l'on appelle "pointus" dans le Var et les Alpes-Maritimes)...

 

 

 

 

Marseille.jpg

 

 

Sur-le-Vieux-Port-a-Marseille.jpg

 

 

Barques-a-Cassis.jpg

 

 

Sur-le-port-de-Cassis.jpg

 

 

 

 

A bientôt!

Partager cet article
Repost0
19 octobre 2014 7 19 /10 /octobre /2014 07:57

Hoummos-de-potiron.jpg

 

 

 

 

Bonjour,

 

L'été se prolongeant, je continue à préparer ces petites purées ou "dip" dans lesquelles on trempe du pain pour l'apéritif. Le hoummos, ou hoummous, houmous, hummus, fait partie de mes préférés. C'est une purée à base de pois chiches qui fait partie intégrante du mezzé. Son nom complet, hoummos bel t'hiné ( حَمَص با لطحينة), signifie "pois chiches à la sauce de sésame". Le terme abrégé, hoummos (حَمَص) signifie seulement "pois chiche" en arabe. Je vous en ai déjà donné la recette (cf. Tzatziki, revithosalata, tyrokafteri... ), ainsi que celle du hoummos à la betterave (cf.  De la couleur pour l'apéritif).


Le "hoummos" de potiron n'est pas à proprement parler un hoummos puisqu'il ne contient pas de pois chiches. Je devrais plutôt l'appeler "purée" ou "dip". Vous me pardonnerez cet écart de langage, je l'espère, quand vous aurez essayé la recette que je vais immmédiatement vous donner.

 

 

 

 

"Hoummos" de potiron

 

 

Pour un bol :

 

500 g de potiron

2 gousses d'ail

2 cuillerées à soupe de sauce de sésame ou tahina

2 cuillerées à soupe de jus de citron

1/2 cuillerée à café de cumin en poudre

Persil ciselé

Sel

 

 

Peler le potiron. Retirer les pépins et tous les filaments. Couper le potiron en gros cubes. Le mettre dans une casserole avec un petit peu d'eau, saler, couvrir et faire cuire à petit feu pendant environ une demi-heure. 

Bien faire égoutter le potiron dans une passoire fine ou un chinois.

 

 

 

Faire-egoutter-le-potiron.jpg

 

 

 

Écraser le potiron à la fourchette puis ajouter le tahina, les gousses d'ail écrasées et le jus de citron. Saler puis réduire en purée (avec un mixeur plongeant par exemple). Saupoudrer de cumin et de persil ciselé.

 

Servir avec des tranches de pain, du pain pita ou des gressins.

 

 

Bon apéritif!

 

 

Partager cet article
Repost0
18 octobre 2014 6 18 /10 /octobre /2014 12:44
Partager cet article
Repost0
18 octobre 2014 6 18 /10 /octobre /2014 11:53

 

 

 

Devinette du samedi 18 octobre 2014

 

 

 

Bonjour,

 

Savez-vous ce que cette photo représente? J'espère que vous serez nombreux à donner la bonne réponse.

Je vous donnerai la mienne lundi.

 

Bon week-end!

Partager cet article
Repost0
29 septembre 2014 1 29 /09 /septembre /2014 11:59
Partager cet article
Repost0
29 septembre 2014 1 29 /09 /septembre /2014 11:34

Regimes-de-dattes.jpg

 

 

 

Bonjour,

 

Vous l'avez compris en voyant la photo ci-dessus. La photo de la devinette montrait des dattes fraîches photographiées sur un marché des Baléares fin août. Bravo Nicole pour cette bonne réponse (instantanée qui plus est!).

 

Après leur naissance, les dattes grossissent jusqu'au printemps. Elles sont encore vertes. Vers juillet-août, elles se mettent à jaunir. Elles sont encore un peu astringentes. On peut les cueillir à ce moment là et elles mûrissent peu à peu.

 

 

 

Naissance-des-regimes-de-dattes.jpg

 

Regimes-de-dattes-verts.jpg

 

Regimes-de-dattes-jaunissent.jpg

 

 

 

En septembre, les régimes de dattes sont à point pour être récoltés.

 

 

 

Regimes-de-dattes-en-train-de-murir.jpg

 

Regime-de-dattes-mures.jpg

 

 

 

Je vous reparlerai plus tard de ce fruit délicieux qui a été tant vanté dans les livres sacrés.

 

Mais avant de vous laisser, je voudrais faire une petite remarque sur les commentaires que j'ai reçus. Florence a parlé de nèfle. Effectivement, la datte fraîche et encore jaune a la même couleur que la nèfle mûre. Quant à la jujube (réponse d'Isabelle), elle ressemble à la datte et on l'appelle d'ailleurs aussi datte chinoise. Mais sa couleur est plus foncée et elle n'a pas le même goût que les dattes. Mais je ne vous avais pas fait goûter...

 

 

A bientôt!

Partager cet article
Repost0
28 septembre 2014 7 28 /09 /septembre /2014 16:25
Partager cet article
Repost0
28 septembre 2014 7 28 /09 /septembre /2014 15:30

Verrine-avocat-poivron-crevette.jpg

 

 

 

Bonjour,

 

Il ne fait pas très beau aujourd'hui mais c'est dimanche. Et j'ai décidé de préparer une petite entrée qui sorte de l'ordinaire. Après un coup d'oeil dans le réfrigérateur, je me suis dit que je devais utiliser le reste de poivrons rouges marinés que j'avais oublié de servir la veille. J'avais aussi deux avocats mûrs à point, de la crème fraîche et des crevettes crues au congélateur. De quoi remplir des verrines pour le déjeuner. 

Je vous donne tout de suite la recette de ces verrines aux couleurs de l'Italie qui nous rappellent que l'été n'est encore pas trop loin malgré le manque de soleil aujourd'hui.

 

 

 

 

Verrines à l'avocat, aux poivrons marinés et à la crevette

 

 

Pour 4 grandes verrines ou 12 petites :

 

2 avocats

1 citron vert

1 petit oignon

Piment d'Espelette

Sel

1/2 bol de poivrons marinés (cf.  Les tapas - Pimientos morrones et ajo blanco)

4 grosses crevettes ou 12 petites (pour des petites verrines)

10 cl de crème fraîche liquide

Ciboule ou ciboulette

 

 

Mixer rapidement la chair des avocats avec le jus du citron vert, l'oignon haché, une pincée de piment d'Espelette et une pincée de sel.

Répartir la purée d'avocat au fond des verrines.

Mixer les poivrons marinés et ajouter la purée de poivrons dans les terrines.

Faire cuire les crevettes au court-bouillon. Les décortiquer et les laisser refroidir.

Monter la crème fraîche en chantilly (je ne l'ai pas fait par manque de temps mais c'est mieux de le faire!). Ajouter une pincée de sel et remuer délicatement.
Répartir la chantilly dans les verrines sur la purée de poivrons. Disposer dessus les crevettes et décorer avec quelques lanières de poivron mariné, de la ciboulette ou de la ciboule. Réserver au réfrigérateur jusqu'au moment de servir.
Bon appétit!

 

 

 

P.S. Et pour vous prouver que le soleil n'est pas très loin, je vous montre sa photo prise hier soir devant le port de Guéthary avec mon téléphone. Il faisait plus de 26°!

 

 

 

 

Guethary-27-septembre-2014.jpg

Partager cet article
Repost0
27 septembre 2014 6 27 /09 /septembre /2014 09:52
Partager cet article
Repost0

Profil

  • La nutrition en couleurs
  • Médecin nutritionniste, passionnée par la lumière et les couleurs, j'aime faire partager à ceux qui m'entourent mes connaissances en cuisine et en nutrition pour qu'ils puissent concilier santé, plaisir et gourmandise.
  • Médecin nutritionniste, passionnée par la lumière et les couleurs, j'aime faire partager à ceux qui m'entourent mes connaissances en cuisine et en nutrition pour qu'ils puissent concilier santé, plaisir et gourmandise.

Droits réservés

Les images de ce blog (dessins, photos...) ne sont pas libres de droits

Recherche

Archives