750 grammes
Tous nos blogs cuisine Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 mai 2013 1 20 /05 /mai /2013 12:20

7-copie-1

 

 

 

Bonjour,

 

La devinette de samedi dernier était difficile à résoudre? Certainement, puisque personne n'a trouvé la bonne réponse. Seule Florence s'en est approchée en voyant une applique de style Art déco. La photo représentait un détail des parois de verre sablé et gravé qui couvrent les murs du hall du Casino municipal de Biarritz. Ces parois représentent les vagues de l'océan qui borde le casino. Ce monument construit en 1929 dans le style Art déco a été sauvé de la destruction en 1991 et réhabilité de 1992 à 1994 par l'architecte François Lombard qui lui a redonné sa splendeur d'antan.

 

 

 

 

Casino 14

 

 

Sortie du Casino Municipal

 

 

 

Certains des éléments ont simplement été reconstitués à l'identique, d'autres ont été réinterprétés dans le style des années 30, en utilisant les matériaux préférés de l'époque : acajou et verre sablé. 


Quelques exemples en images...

 

 

Mosaïque du sol du Casino municipal

Mosaïque du sol de l'entrée

 

 

Casino Municipal-Détail colonne

Colonne du hall

 

 

Plafond casino municipal

Détail de la verrière de l'entrée

 

 

Fresque-entourant-une-verriere.jpg

Plafond de l'entrée    

 

 

Frise du plafond au Casino Municipal

Frise du plafond

 

 

 Verriere.jpg

      Verrière du hall

 

 

Casino Municipal intérieur

      Baie donnant sur la mer

 

 

Vue-sur-la-mer.jpg 

      La vue du hall

 

 

 

A bientôt !

 

Sources : Biarritz Madame

Photos : L'atelier des couleurs

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
18 mai 2013 6 18 /05 /mai /2013 09:52

Devinette-du-samedi-18-mai-2013.jpg

 

 

 

Bonjour,

 

Devinerez-vous ce que cette photo représente?

 

 

A lundi pour la réponse...

 

Bon week-end!

Partager cet article
Repost0
17 mai 2013 5 17 /05 /mai /2013 22:23

12

 

 

 

Bonsoir,

 

Depuis quelque temps le soleil s'amuse avec les nuages. Je ne peux m'empêcher de vous envoyer quelques photos prises ce soir entre la plage de Marbella et celle de la Milady, à Biarritz.

 

 

 

16

 

 

10

 

 

17

 

 

3

 

 

9

 

 

18

 

 

4

 

 

 

En espérant que le ciel sera moins noir demain...

 

 

A bientôt !

Partager cet article
Repost0
13 mai 2013 1 13 /05 /mai /2013 08:41

Casiers à anchois

 

 

 

Bonjour,

 

Vous avez presque tous deviné que la photo de la dernière devinette représentait des casiers en plastique mais personne n'a pensé que ces casiers empilés étaient ceux qu'emploient les pêcheurs de Fontarrabie. Je vous l'accorde, ces casiers n'ont rien de particulier et peuvent avoir de multiples utilisations. Mais j'avais envie de vous montrer quelques photos prises la semaine dernière dans le port de Fontarrabie (ou Hondarribia), ce port de pêche du Pays basque espagnol dont je vous ai déjà beaucoup parlé (cf.  Promenade à FontarrabieHondarribia ou Fontarrabie) et auquel j'ai consacré un album photos que vous pouvez regarder sur ce blog.

Il pleuvait beaucoup et le ciel était tout gris. Des conditions météo pas vraiment optimales pour faire de belles photos de cartes postales. Mais... regardez plutôt ces couleurs.... et les casiers où sont alignés les anchois et autres poissons.

 

 

 

On débarque les poissons

 

 

Pêcheur

 

 

Bateau

 

 

On range

 

 

Port Fontarrabie

 

 

Couleurs

 

 

Proue

 

 

Pluie

 

 

Aux manœuvres

 

 

Nettoyage des filets

 

 

Evêque

 

 

Vierge

 

 

Filets

 

 

On nettoie les filets

 

 

Verts et bleu

 

 

Un chalutier s'en va

 

 

 

Comme ces pêcheurs, je vous dis "à bientôt" et vais de ce pas admirer les couleurs du ciel qui, aujourd'hui, est bleu.

Partager cet article
Repost0
11 mai 2013 6 11 /05 /mai /2013 15:17

Devinette-du-samedi-11-mai-2013.jpg

 

 

 

Bonjour,

 

Une petite devinette en couleur pour oublier le gris du ciel...

Savez-vous ce que représente cette photo?

 

 

A lundi pour la réponse...

 

Bon week-end !

Partager cet article
Repost0
1 mai 2013 3 01 /05 /mai /2013 14:33

3493349375_8c9b8fc11e.jpg

 

 

 

Bonjour,

 

Savez-vous pourquoi on offre du muguet le 1er mai ? La légende veut que l'on ait offert un brin de muguet à Charles IX, de passage dans la Drôme, le premier mai 1560. Dès 1561, il en offrit à toutes les dames de la Cour. Depuis, la coutume veut que l'on offre du muguet ce jour qui est devenu celui de la fête du Travail.

 

A bientôt !

Partager cet article
Repost0
29 avril 2013 1 29 /04 /avril /2013 08:53

Glacon-dans-un-verre.jpg

 

 

 

Bonjour,

 

Oui, il s'agissait bien d'un glaçon dans un verre de vin rosé. Je vous en montre ici un autre angle de prise de vue.

Bravo à Agnès qui a trouvé la première la réponse et bravo à tous ceux qui l'ont suivie et à tous ceux qui ont fait travailler leur imagination. 

 

 

A bientôt !

 

 


Partager cet article
Repost0
27 avril 2013 6 27 /04 /avril /2013 14:55

Devinette-du-samedi-27-avril-2013.jpg

 

 

 

Bonjour,

 

Pouvez-vous me dire ce que cette photo représente?

J'espère que cette devinette sera plus facile à résoudre que les précédentes et que vous serez nombreux à trouver la bonne réponse.

 

 

A lundi et bon week-end!

Partager cet article
Repost0
26 avril 2013 5 26 /04 /avril /2013 10:39

 

Volets-a-Lectoure.jpg

      Maisons à Lectoure

 

 

 

 

Bonjour,

 

Je suis passée l'autre jour à Lectoure, dans le Gers, et suis allée visiter l'atelier qui a remis au goût du jour le pastel des teinturiers. Comme vous le savez, je suis passionnée par les couleurs et ne pouvais pas manquer cette occasion d'en savoir un peu plus sur cette plante qui produit un bleu qui ressemble à celui du ciel.

 

 

 

Enseigne-Les-Bleus-de-Lectoure.jpg

 

 

Isatis-tinctoria-devant-entree-des-Bleus-de-pastel-de-Lect.jpg

 

 

 Atelier-des-Bleus-de-Lectoure.jpg

Atelier et boutique "Bleu de Lectoure" à Lectoure

 

 

 

Le pastel des teinturiers, Isatis tinctoria, est une plante bisannuelle de la famille des Brassicaceae comme les choux, les radis, la roquette ou le colza.  Elle pousse de façon spontanée dans la plupart des régions tempérées du globe. C'est une plante érigée qui porte une rosette de feuilles basales. Sur la tige s'étagent des feuilles plus petites. Isatis tinctoria fleurit en avril, mai. Les fleurs, groupées en grappes sont de couleur jaune.   

 

 

 

Planche-Isatis-tinctoria.jpg 

      Isatis tinctoria

 

 

Fleurs-d-Isatis-tinctoria.jpg

Isatis tinctoria

 

 

Feuilles-d-Isatis-tinctoria.jpg 

      Rosette de feuilles basales d'Isatis tinctoria

 

 

 

 

 

Utilisation du pastel comme plante tinctoriale    

 

Le pastel des teinturiers ou Isatis tinctoria ou guède (ou gesde ou waide) était utilisé surtout comme plante tinctoriale en France. Seules les feuilles de la plante étaient utilisées.

 

La matière colorante n'existe pas en tant que telle dans les feuilles qui contiennent un précurseur, l'isatan B qui a la propriété de produire de l'indoxyle. L'association de deux molécules d'indoxyle entrant en contact avec l'oxygène de l'air produit le pigment bleu.

Les feuilles récoltées à maturité (quand elles commencent à se border de brun et de violet) étaient lavées puis mises à sécher dans un endroit aéré pour éviter qu'elles ne pourrissent. Elles étaient ensuite broyées dans des moulins pasteliers.

 

 

 

Moulin-a-pastel.jpg

Moulin pastelier

 

 

La pâte obtenue était mise en "coques" ou "cocagnes" d'environ 15 cm de diamètre (qui ressemblaient aux coques d'indigo mais avec un diamètre supérieur) qu'on laissait ensuite sécher plusieurs mois dans des séchoirs ou en plein air, dans des paniers en osier en haut de mâts dont on enduisait la base de graisse pour mettre les cocagnes hors de portée des voleurs (d'où l'expression "mâts de cocagne"). Séchées, les cocagnes pouvaient alors être stockées et conditionnées pour l'exportation.

 

 

Coques-d-indigo.jpg

Coques d'indigo

 

 

Plus tard, on les écrasait et on les mouillait avec de l'eau sale et de l'urine humaine pour déclencher une nouvelle fermentation. La pâte granuleuse obtenue s'appelait l'agranat et servait de base aux teintures.

C'est l'oxydation à l'air du jus verdâtre extrait de la pâte fermentée qui permettait d'obtenir le bleu pastel, de grande tenue à l'eau et au soleil.

Toutes ces manipulations demandaient de nombreux mois de travail et employaient une importante main d'œuvre.

Aujourd'hui, la préparation de la teinture a été simplifiée mais elle n'en reste pas moins délicate.

Le pastel est utilisé aujourd'hui pour teindre les étoffes.

 

 

 

Tissus-teints-au-bleu-de-Lectoure.jpg

Tissus teints au bleu de Lectoure

 

 

Le pastel est employé aussi en décoration. Autrefois, les paysans récupéraient le fond des cuves de fermentation pour peindre les voûtes des églises, les portes, les charrettes (d'où le nom de "bleu de charrette" encore utilisé aujourd'hui). Cette peinture était fongicide et avait le pouvoir de repousser les insectes. A l'heure actuelle, de nombreuses peintures et lasures sont fabriquées avec le pastel et l'on peut voir, surtout dans la région de Lectoure, de nombreuses maisons dont les menuiseries sont peintes en bleu. Ces peintures, très résistantes, peuvent aussi être utilisées sur d'autres supports que le bois.

 

 

 

 

Maisons-a-Mas-d-Auvignon.jpg

      Maisons à Mas d'Auvignon (Gers)

 

 

Rue-a-Terraube.jpg 

Rue à Terraube (Gers)

 

 

Volet-peint-au-pastel.jpg

Volet peint au pastel

 

 

Librairie-a-Lectoure.jpg

Restaurant-librairie à Lectoure

 

 

Bleu-de-Lectoure-sur-mur.jpg

Mur et charrette peints au bleu de Lectoure

 

 


Le pastel est aussi utilisé pour les Beaux Arts : aquarelles, peintures à l'huile, encres, bâtons de pastel.

 

 

 

 

Histoire du pastel


Le pastel ou Isatis tinctoria est connu pour ses propriétés tinctoriales depuis le néolithique. La maîtrise de la teinture au pastel est attestée dans plusieurs sites. Des analyses chimiques réalisées à partir de fragments textiles et de fibres témoignent de l'usage d'Isatis tinctoria au moins à partir du VIe siècle avant J.C., notamment au Danemark, en Autriche, en Allemagne, en France et en Italie (Zech-Matterne V. La guède (isatis tinctoria L.), une plante cultivée durant l'âge de fer, en Gaule? 2010).

Les Égyptiens l'employaient comme plante tinctoriale et teignaient au pastel les bandelettes dont ils emmaillotaient leurs momies. Les Grecs et les Romains l'utilisaient pour ses propriétés médicinales, comme anti-inflammatoire et cicatrisant. Les Romains dédaignaient les étoffes teintes au pastel dévolues aux vêtements de travail des artisans et des paysans. De plus, ils associaient la couleur bleue aux ennemis, les Barbares celtes et germains, qui usaient des propriétés tinctoriales de la plante pour se colorer la peau lors de certaines cérémonies religieuses. "On donne dans la Gaule le nom de glastum à une plante semblable au plantain : les femmes et les filles des Bretons s'en teignent le corps, et noires comme des Éthiopiennes, paraissent, nues, dans certaines cérémonies religieuses." (Pline l'Ancien, Naturalis historia, XXII, 2). Aux dires de César (Guerre des Gaules), les Barbares se teignaient la peau du visage et du corps avec du pastel avant de livrer bataille, ce qui leur donnait une allure fantomatique qui terrifiait les légions romaines (qui avaient "une peur bleue").

Isatis tinctoria était aussi employée dans l'Antiquité pour la peinture murale (Vitruve, De Architectura, VII, 14-2).

Durant le haut Moyen-Âge, le bleu reste une teinte marginale mais, au début du XIIe siècle, une évolution s'amorce, portée par l'adoration croissante de la Vierge. Le dieu des Chrétiens devient un dieu de lumière. Et la lumière est bleue. La Vierge habite le ciel et on la revêt donc d'un manteau bleu.

 

 

 

Vierge-dans-la-cathedrale-de-Lectoure.jpg

Statue de la vierge - Cathédrale de Lectoure

 

 

 

Puisque la Vierge s'habille de bleu, le roi de France le fait aussi. Philippe-Auguste puis Saint-Louis sont les premiers à adopter cette couleur. Les seigneurs s'empressent de les imiter et le désir de bleu gagne peu à peu toute la société (Michel Pastoureau - Bleu. Histoire d'une couleur, Paris, Le Seuil, 2000). L'essor du bleu s'accompagne de celui des teintures végétales qui permettent de l'obtenir et notamment de celui du pastel appelé aussi guesde ou guède ou waide. Les techniques tinctoriales progressent de manière décisive, permettant enfin de teindre dans des bleus francs et solides. 

Les conséquences économiques sont énormes. La demande de guède devient industrielle. Au XIIIe siècle, le pastel est cultivé à grande échelle en Allemagne (en Thuringe), en Italie (en Toscane) et en France (en Normandie et en Picardie). Amiens est devenue très prospère à cette époque grâce au commerce de la guède (appelée aussi "bleu d'Amiens") utilisée pour la teinture des draps. Ce sont les dons des négociants enrichis par la plante qui ont permis la reconstruction de sa cathédrale incendiée en 1218 à partir de 1220.

Au XIVe siècle, la culture se répand en Languedoc et est à l'origine de la prospérité de l'Albigeois, du Lauragais et de Toulouse aux XVe et XVIe siècles. La région, que l'on appelle le "Pays de cocagne", devient le plus grand grenier à pastel de tout le continent. L'"or bleu" fait la fortune des négociants toulousains comme Pierre d'Assézat ou Pierre de Bernuy, qui se font construire de superbes hôtels particuliers dans la ville rose.

 

 

 

6916694428_478327677d.jpg

L'hôtel d'Assézat à Toulouse

 

 

3764931539_f97a21cd16.jpg

Porte de l'hôtel de Bernuy (Lycée Pierre de Fermat) à Toulouse

 

 

 

Mais cette fortune aussi fulgurante qu'éphémère ne surmonte pas les incidents de l'histoire. Les guerres de religion et l'importation de l'indigo rapporté des Indes par les Portugais et les Espagnols mettent une fin à cet âge d'or. En 1569, on compte moins de 100 moulins pasteliers dans la région d'Albi et en 1701, malgré un réglement protégeant le pastel signé par le roi en 1699, on n'en dénombre plus que 60.

Au début du XIXe siècle, lors du blocus continental, l'indigo devient rare et très cher. Or, il fallait teindre en bleu les uniformes de la "grande Armée" qui se préparait à la campagne de Russie. Le pastel est alors réhabilité. Napoléon fait entreprendre des recherches qui permettent de diminuer le temps d'extraction de la poudre colorante. La région retrouve pour un temps la culture du pastel qui est abandonnée très vite avec le retour de la monarchie et... de l'indigo et disparait totalement à la fin du siècle avec le développement des teintures chimiques.

 

Aujourd'hui, le pastel est remis au goût du jour du fait de l'engouement pour les teintures naturelles et suite à l'obtention de nouveaux produits dérivés. Il est utilisé pour ses propriétés tinctoriales mais aussi en cosmétologie du fait des vertus dermatologiques de son huile. Ses propriétés médicinales sont reconnues, notamment par la médecine chinoise qui l'utilise pour traiter les infections virales, particulièrement celles des voies respiratoires supérieures, et comme anti-inflammatoire. Plusieurs essais in vitro et chez l'animal ont permis de confirmer ses propriétés et quelques études sont en cours chez l'homme. Isatis tinctoria est peut-être la plante du futur. L'avenir nous le dira.

 

 

A bientôt ! 

 

Partager cet article
Repost0
25 avril 2013 4 25 /04 /avril /2013 10:06

Gressins-a-la-farine-d-epeautre.jpg

 

 

 

Bonjour,

 

J'ai oublié hier de vous donner la recette de mes gressins à la farine d'épeautre. Comme on me l'a demandé, je vais le faire aujourd'hui. Mais d'abord je vais vous dire quelques mots sur l'épeautre que tout le monde ne connaît pas.

L'épeautre est une céréale ancienne et rustique, proche du blé. Les Romains l'appelaient farrum (ce qui a donné le nom "farine"). On distingue l'épeautre ou "grand épeautre", appelé aussi "blé des Gaulois" (Triticum aestivum var.spelta), l'amidonnier ou moyen épeautre (Triticum amyleum) et l'engrain ou petit épeautre (Triticum amyleum). Tous ces blés sont "à grain vêtu", c'est à dire que le grain reste couvert de sa balle lors de la récolte.

 

 

 

Epeautre-blanc-barbu.jpg

 

 


Le grand épeautre est cultivé dans les régions froides, montagneuses et peu fertiles de l'europe du Nord, le petit épeautre dans les sols peu fertiles de Provence.

 

 

 

Engrain-commun.jpg

 

 


J'ai utilisé pour réaliser ces gressins du grand épeautre. Il est facile à digérer et bien toléré même par les personnes sensibles au gluten (sa teneur en gluten est plus faible que celle du blé ce qui le rend plus digeste que le blé). Il est plus riche en protéines que le blé et surtout plus riche en lysine que les autres céréales. Sa teneur en magnésium, en zinc et en fer est aussi plus importante que celle du blé. Il est aussi plus riche en fibres que le blé. 

On dit qu'il a tendance à alcaliniser les urines (alors que le blé les acidifie) et qu'il est conseillé aux personnes souffrant d'arthrose.

Il a un autre intérêt : son petit goût de noix... Essayez cette recette, vous ne serez pas déçus.

 

 

 

Gressins à la farine d'épeautre

 

200 g de farine intégrale de grand épeautre

120 ml d'eau tiède

1 cuillerée à café de levure de boulanger déshydratée

1 cuillerée à soupe de romarin sec

1 cuillerée à soupe de graines de sésame

1 petite pincée de sucre en poudre

Sel

 

 

Mettre la levure et la pincée de sucre dans un petit bol rempli de 120 ml d'eau tiède (entre 37 et 40°). Lorsqu'elle mousse, l'ajouter à la farine d'épeautre dans un grand bol. Bien mélanger (au pétrin si possible). Ajouter le romarin et le sésame puis le sel. Poser la pâte obtenue sur une surface farinée et la pétrir pendant environ 5 minutes avec la paume de la main. La pâte obtenue est flexible et ne colle pas aux doigts. Remettre la boule de pâte dans le grand bol. Couvrir d'un linge humide et mettre le tout dans un endroit tiède (un four allumé quelques instants puis éteint est un endroit idéal) pendant une heure environ.

Préchauffer le four à 190°.

Reprendre la pâte qui a gonflé, la pétrir un peu à nouveau puis l'étaler sur une surface farinée avec un rouleau. La couper en bandelettes d'1/2 à 1 centimètre de largeur. "Tortiller" les bandelettes et les poser sur une plaque à pâtisserie recouverte de papier cuisson.

Faire cuire dans le four chaud pendant une quinzaine de minutes.

Faire refroidir sur une grille et conserver dans une boîte en fer.

Servir avec des dips.

 

 

A bientôt !

Partager cet article
Repost0

Profil

  • La nutrition en couleurs
  • Médecin nutritionniste, passionnée par la lumière et les couleurs, j'aime faire partager à ceux qui m'entourent mes connaissances en cuisine et en nutrition pour qu'ils puissent concilier santé, plaisir et gourmandise.
  • Médecin nutritionniste, passionnée par la lumière et les couleurs, j'aime faire partager à ceux qui m'entourent mes connaissances en cuisine et en nutrition pour qu'ils puissent concilier santé, plaisir et gourmandise.

Droits réservés

Les images de ce blog (dessins, photos...) ne sont pas libres de droits

Recherche