750 grammes
Tous nos blogs cuisine Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 mars 2013 2 19 /03 /mars /2013 10:38

 

Sables-aux-graines-de-pavot.jpg

 

 

 

Bonjour,

 

Je vous ai beaucoup parlé de pavot ces jours-ci mais ne vous ai donné qu'une seule recette utilisant ses graines (cf. Gâteau au pavot ). Je vais donc vous en proposer une autre aujourd'hui, celle des sablés aux graines de pavot. Faciles à faire, ils vous permettront d'oublier cacahuètes et biscuits salés du commerce (dont on ne sait pas toujours avec quoi ils sont faits) pour l'apéritif. Vous pouvez les préparer à l'avance, les conserver crus au congélateur et les faire cuire quand vous en aurez besoin.

 

 

 

 

Sablés aux graines de pavot

 

 

Pour une quarantaine de petits sablés :

 

150 g de farine

100 g de parmesan râpé

90 g de beurre à température ambiante

1 oeuf battu en omelette

1 cuillerée à soupe d'eau froide

Sel, poivre

4 cuillerées à soupe de graines de pavot

 

 

Mélanger la farine et le parmesan. Incorporer le beurre et mélanger la pâte dans un grand bol du bout des doigts. Vous obtenez une sorte de crumble. Incorporer l'oeuf et l'eau puis mélanger, toujours du bout des doigts. Ajouter les graines de pavot. Diviser la pâte en deux boules dont vous ferez des boudins d'environ 5 cm de diamètre. Envelopper chaque boudin dans du film transparent et mettre les boudins au réfrigérateur pendant au minimum 1 heure (vous pouvez aussi les mettre au congélateur si vous n'en avez pas besoin le jour même.

 

 

 

Boudin-de-pate-a-sables.jpg

 

 

 

Préchauffer le four à 180°.

Détailler les boudins en tranches de 5 mm environ et disposer les tranches sur une plaque à pâtisserie recouverte de papier cuisson (en les espaçant une peu car elles ont tendance à s'étaler un peu à la cuisson).

 

 

 

Tranches-de-sables.jpg

 

 

 

Faire cuire dans le four chaud 15 minutes environ (le bord doit commencer à dorer).

Laisser refroidir sur une grille et déguster.

 

 

 

A bientôt !

 


Partager cet article
Repost0
18 mars 2013 1 18 /03 /mars /2013 08:55

 

 

4779496017_4057d612fa.jpg

 

 

 

Bonjour,

 

Vous n'avez pas été très nombreux à participer à la devinette de samedi dernier et je le regrette.

Comme l'a écrit Mike (dont j'apprécie la fidélité), la photo représentait bien des "g" de "p" ou graines de pavot. Je vous avais montré ces graines dans l'article  Gâteau au pavot. Ce sont les graines du pavot noir, appelé aussi oeillette ou pavot bleu, le Papaver somniferum var. nigrum. C'est avec ces graines que l'on fabrique l'huile d'oeillette. Connues comme épice chez les Sumériens il y a 6 000 ans, elles sont très utilisées au Moyen Orient pour parfumer les desserts, en Inde dans les plats de viande et surtout en Europe de l'Est dans les pains et les gâteaux. Elles contiennent des traces minimes d'alcaloïdes aux propriétés calmantes et analgésiques mais en quantité tellement infime qu'elles ne peuvent être considérées comme psychotropes. On peut les trouver un peu partout maintenant, dans les grandes surfaces comme dans les magasins bio. 

 

 

 

 

5658461563_6d46f03816.jpg

 

 

 

 

Il existe de très nombreuses variétés de pavot (famille des Papaveraceae genre Papaver), du coquelicot au pavot à opium. Elles ont toutes de grandes fleurs souvent très colorées. Je ne peux que vous conseiller, à l'approche du printemps, d'aller faire un tour dans les jardineries pour y acheter quelques graines de pavot. Il est grand temps de les semer si vous voulez colorer votre jardin. Annuels ou vivaces, les pavots sont la plupart de culture très facile.  

 

 

 

 

4695156710_f1efbab7be.jpg

 


 

2444454509_51f969abff.jpg

 

 

 

4813533137_55668f6fc0.jpg

 

 

 

 

Si vous ne deviez choisir qu'une variété, je vous conseillerais de planter ces pavots au nom imprononçable, les Eschscholzia californica ou pavots de Californie. Ils poussent comme du chiendent et ne nécessitent aucun entretien.

 

 

 


2312344515_7f694ca315.jpg

 

 

 

 

Bon semis et à bientôt !

 

 

Partager cet article
Repost0
16 mars 2013 6 16 /03 /mars /2013 09:13

Devinette-du-samedi-16-mars-2013.jpg

 

 

 

Bonjour,

 

Savez-vous ce que cette photo représente ?

 

Je vous donnerai la réponse lundi.

En attendant, j'espère que vous serez nombreux à trouver la bonne.

 

 

Bon week-end !

Partager cet article
Repost0
14 mars 2013 4 14 /03 /mars /2013 12:20

Gateau-de-la-Reine-de-Saba.jpg

 

 

 

Bonjour,

 

Je vous propose aujourd'hui un gâteau prénommé "gâteau de la Reine de Saba". Pourquoi porte-t-il ce nom, je ne peux vous le dire. Peut-être pour nous faire rêver aux contrées d'Arabie et à leurs trésors à l'époque où vivait la reine de Saba ... Peut-être parce qu'il est beau comme l'était cette fameuse reine selon la légende ... Je n'en sais rien mais vous donne la recette de ce gâteau au chocolat fait d'une pâte à biscuit allégée par des blancs en neige et rendu plus fin par le remplacement de la farine par de la fécule et des amandes en poudre.

 

 

 

 

Gâteau de la Reine de Saba

 


Pour 4 personnes :

 

125 g de chocolat à 70% de cacao

60 g de beurre

3 oeufs

125 g de sucre

40 g de fécule de maïs

75 g de poudre d'amandes

1 cuillerée à soupe de cacao sans sucre

 

 

Faire fondre le chocolat au micro-ondes (3 mn à demi-puissance). Ajouter le beurre et remettre le tout au micro-ondes 3 mn à demi-puissance. Bien mélanger.

Séparer le blanc des jaunes d'oeuf. Fouetter les jaunes d'oeuf avec le sucre jusqu'à ce que le mélange blanchisse.

Ajouter la fécule et la poudre d'amandes puis le mélange chocolat-beurre. Bien mélanger.

Préchauffer le four à 180°.

Monter les blancs en neige ferme. Mélanger 1/3 des blancs en neige et l'appareil au chocolat puis ajouter délicatement le reste des blancs en neige et mélanger jusqu'à ce que la pâte soit homogène.

Verser la pâte dans un moule beurré.

Enfourner pendant 30 mn.

Démouler et laisser refroidir. Quand le gateau est froid, le saupoudrer de cacao.

Servir avec une crème anglaise.

 

 

Bon appétit !


Partager cet article
Repost0
11 mars 2013 1 11 /03 /mars /2013 11:12

Bicyclette dans la médina

 

 

 

Rebonjour,

 

 

Comme promis, je vous emmène dans la médina de Marrakech, où j'aime me promener au gré du vent, attirée par une odeur, un mur, une vitrine ou... C'est comme ça que l'on découvre vraiment cette médina qui, malgré les nombreux touristes qui la visitent chaque année, garde tout son charme. Je vous y entraîne en photos, au hasard des rues. 

 


 

dans la médina


 

Dans la rue


 

Marchand de melons

 


 Dans le fondouk

 

 

Rue de la médina de Marrakech

 

 

Marrakech médina 1

 

 

Zellige-et-mur.jpg

 

 

Médina Marrakech

 

 

 Orangers.jpg

 

 

Au fond d'une ruelle médina Marrakech

 

 

Teinturiers à Marrakech

 

 

Marchand de plateaux médina Marrakech

 

 

Bric à brac

 

 

Porte médina marrakech

 

 

Tissus Marrakech

 

 

Balance et melons

 

 

Charrette de légumes dans la médina

 

 

En allant à l'école médina Marrakech

 

 

Ruelle-medina.jpg 

 

 

Couleurs

 

 

 

 Placette médina Marrakech

 

 

Souks Marrakech

 

 

Detail.jpg

 

 

 Rue des teinturiers

 

 

Au détour d'une rue    

 

 

Fondouk

 


Mur.jpg

 

 

Laines et menuisier

 

 

 

Après avoir erré dans toutes ces ruelles, allez faire un tour chez les antiquaires. Vous y trouverez certainement votre bonheur.

 

 

 

Antiquaire Marrakech 4

 

 

Antiquaire Marrakech 1

 

 

Plateau de table nacre

 

 

Chez-un-antiquaire-copie-1.jpg 

 

 

 

Et peut-être une lanterne pour éclairer vos soirées d'été ...   

 

A bientôt !

 

 

Lanterne.jpg

Partager cet article
Repost0
11 mars 2013 1 11 /03 /mars /2013 09:11

Lanterne-marocaine.jpg

 

 

 

Bonjour,

 

Je me suis mise ce matin à rechercher des photos pour illustrer la réponse à la devinette de samedi dernier. Mais l'heure avance et je ne vais pas vous faire attendre plus. La photo ne représentait que le haut de la lanterne marocaine que vous voyez ci-dessus. Mike, une fois de plus avait raison. Bravo! Et bravo aussi à toutes celles et tous ceux qui y ont vu des images de hammam ou d'église. Je pense que, si j'avais été à votre place, j'aurais moi aussi vu la coupole d'un hammam. A la vue de vos réponses, j'ai ressorti un livre que certains d'entre vous connaissent certainement Hammams - Les bains magiciens de Pascal Meunier, Samara Boustani et Maud Tyckaert, paru en 2000 aux éditions Dakota. On y trouve des photos qui ressemblent à celles de ... ma lanterne marocaine.

 

Je vais continuer à fouiller dans mes photos pour trouver l'endroit où j'ai acheté cette lanterne. Dans les souks, à Marrakech ... mais où ? Je vous emménerai donc faire une petite promenade dans la médina.

 

A très vite !

Partager cet article
Repost0
9 mars 2013 6 09 /03 /mars /2013 07:43

Devinette-du-samedi-9-mars-2013.jpg

 

 

 

Bonjour,

 

Comme tous les samedis (ou presque) je vous pose la même question : qu'est ce que cette photo représente ?

J'espère que vous serez nombreux à trouver la réponse.

 

 

A lundi.

Bon week-end !

Partager cet article
Repost0
6 mars 2013 3 06 /03 /mars /2013 18:33

Primeveres.jpg

 

 

 

Bonjour,

 

Les températures estivales que nous avons actuellement m'ont poussée à réaliser de nouveaux colliers aux couleurs du printemps. 

 

 

 

 

Basilic.jpg

 

 

Anis

 

 

 

Qu'en pensez-vous ?

 

 

A bientôt !

Partager cet article
Repost0
5 mars 2013 2 05 /03 /mars /2013 12:36

 

 La-chapelle-Saint-Sauveur.jpg

 

 

Bonjour,

 

En allant de Saint Jean Pied de Port à la forêt d'Iraty, il ne faut pas manquer la petite chapelle Saint Sauveur d'Iraty. 

Construite au XIIe siècle, c'est un des témoins des débuts de la christianisation au Pays basque. Elle est mentionnée dès le XIIe siècle (Paul Raymond - Dictionnaire topographique du département des Basses-Pyrénées, 1863, Paris, Imprimerie Impériale). Connue au XIIIe siècle sous le nom de Sanctus Salvador juxta Sanctum Justum et vers 1460 sous le nom de Sent Saubador deus Pors (collection Duchesne, volumes 99 à 114, Bibliothèque nationale de France), elle se situe sur la commune de Mendive, sur la route allant de Saint Jean le Vieux à la forêt d'Iraty, à quelques kilomètres du col de Burdincurutcheta.

 

 

 

 

Situation-de-la-chapelle-Saint-Sauveur.jpg

 

 

 

 

Cette chapelle relevait du commandeur d'Apat Ospitalea, qui, lui même, relevait de celui d'Irissary (Ordre de Malte).  

De fondation romane, elle se présente sous la forme d'un plan allongé à vaisseau unique. A l'est, l'abside semi-circulaire est couverte d'un toit à croupe en ardoise.

 

 

 

La-chapelle-Saint-sauveur-vue-du-col-de-Burdincurutcheta.jpg

 

 

 

La première restauration connue de la chapelle a eu lieu dans le deuxième quart du XVIIIe siècle, à la demande de Jean Oxoby Indart, curé de Béhorléguy (un village voisin), comme l'indique la date portée sur la clé de l'arc en plein cintre de la porte ouest.    

 

 

 

Inscription-1727-et-Indart-au-dessus-de-la-porte.jpg

 

 

 

Un chemin de croix extérieur fait le tour de l'édifice. Chaque station est représentée par une colonne sur socle supportant un dé de pierre portant l'inscription estacionea, le numéro de la station et un lauburu (croix basque), le tout surmonté d'une croix de fer.

 

 

 

L-une-des-stations-du-chemin-de-croix.jpg  Une-station-du-chemin-de-croix.jpg

Station-VIII-du-chemin-de-croix.jpg  Station-du-chemin-de-croix.jpg

 

 

 

Une dernière station, située à l'écart des autres, est datée de 1805.

 

 

 

Derniere-station-du-chemin-de-croix.jpg

 

 

 

Sur toutes les façades, à l'exception de la façade ouest, on trouve de petites ouvertures étroites par lesquelles on peut voir l'intérieur de la chapelle (fermée en ce moment) et ses deux niveaux : l'un semi-enterré sur lequel donne la porte sud et l'autre, sous comble auquel on accède par la porte ouest.

 

 

 

Face-nord-de-la-chapelle-Saint-sauveur.jpg

 

 

 

 

Étape sur le chemin de Saint-Jacques de Compostelle, cette chapelle faisait l'objet d'un important pélerinage pour la fête de l'Ascension.

Une plaque, située à gauche de l'entrée ouest, rappelle les passages frontaliers des Belges qui allaient rejoindre les forces alliées pendant la seconde guerre mondiale.

 

 

 

Plaque-apposee-a-cote-de-l-entree.jpg

 

 

 

Plusieurs légendes sont liées à cette chapelle. Parmi elles, j'ai retenu celle de Xaindia, "la sainte" en basque. Xaindia est une jeune servante travaillant dans une ferme d'un village voisin de la chapelle. Le maître de maison, qui a oublié un outil (une houe à deux dents) dans la montagne, lui demande d'aller le chercher. La jeune fille, qui veut montrer sa bravoure, accepte, malgré l'interdiction de sortir la nuit. Elle se moque bien de toutes les légendes affirmant que le jour est le domaine de l'homme et la nuit celui de Gaueko, qui représente toutes les forces maléfiques, les démons et les êtres fantastiques. Xaindia trouve la houe et repart pour la rapporter au village quand elle est emportée dans les airs par des esprits invisibles. Elle pense à faire une prière en passant au-dessus de la chapelle Saint Sauveur. Les esprits perdent alors toute emprise sur elle et l'abandonnent. Selon les versions de cette légende, Xaindia meurt ou est déposée doucement endormie à côté de la chapelle. 

Un oratoire a été construit juste au-dessus de la chapelle en son souvenir. On y trouvait une statuette en bois polychrome représentant une jeune fille tenant une houe à deux dents.

 

 

Oratoire.jpg

 

 

 

La chapelle Saint Sauveur est aussi le cadre de plusieurs légendes se rapportant à Basajaun, le "seigneur de la forêt", créature imaginaire vivant dans les montagnes basques et en particulier dans la forêt d'Iraty.

 

Je ne vous en dirai pas plus sur ces légendes basques mais vous invite à admirer les paysages qui entourent cette chapelle.  

 

 

 

La-vallee-de-Laurhibar.jpg

 

Vue-sur-la-face-nord-de-la-chapelle-Saint-sauveur.jpg 

 

Ecobuage-dans-la-montagne-vue-de-la-chapelle-saint-sauveur.jpg

 

Vue-de-la-chapelle.jpg

 

Vue-sur-les-montagnes.jpg


 

 

Après cette balade à la chapelle Saint Sauveur, continuez la route vers le col de Burdincurutcheta et la forêt d'Iraty. Si vous voulez voir de la neige, c'est le moment. Avec le vent du sud qui souffle actuellement, elle va fondre rapidement.

 

 

 

Foret-d-Iraty.jpg

 

 

Le-Rio-Iraty-entoure-de-neige.jpg

 

 

La-foret-d-Iraty.jpg

 

 

Ciel-et-neige.jpg

 

 

 

Chaussez vos raquettes ou vos skis avant une halte incontournable, le Chalet Pedro...

 

 

 

Le-Rio-Iraty.jpg

 

 

Le-chalet-Pedro.jpg

 

 

Maintenant que vous vous êtes bien restaurés, il est temps de reprendre la route. Mais attention au verglas !

 

 

Route-enneigee.jpg


 

Toutes les routes ne sont pas déneigées.

 

 

Route-d-Esterencuby.jpg

 

 

Il ne vous reste plus qu'à faire demi-tour...

 

 

A bientôt !

 


 

 

Partager cet article
Repost0
4 mars 2013 1 04 /03 /mars /2013 08:47

 

Spathe-et-spadice.jpg

 

 

 

Bonjour,

 

Je vous ai donné la réponse à la devinette de samedi dernier dans le titre. Il s'agit du spadice du Dypsis madagascariensis. C'est bien, comme l'a dit Mike (bravo!), le "s" d'un "p" ou le spadice d'un palmier. Je vous avais parlé des spadices et des spathes dans un article précédent (cf.  Spathes et spadices). Vous saurez tout sur les spathes et spadices en (re)lisant cet article.

 

L'image ci-dessous montre le spadice déployé (pour ceux qui ont vécu à Bamako, elle montre aussi l'entrepôt du magasin La Fourmi !).

 

 

 

 

Spadice-et-spathe.jpg

 

 

 

Le Dypsis madagascariensis ou palmier de Madagascar ou palmier plume est un palmier originaire de Madagascar. Il est cultivé comme palmier ornemental dans les régions tropicales. On en voit beaucoup à la Réunion.

Les bases foliaires de ce palmier sont recouvertes d'une pruine bleu vert clair caractéristique. 


 

 

 

Dypsis madagascariensis

 

 

 

Son stipe (ou faux tronc) a des anneaux proéminents.    

 

 

 

 

Stipe de Dypsis madagascariensis

 

 

 

Merci à tous ceux qui ont participé à cette devinette et bravo encore à Mike qui trouve (presque) toujours la bonne réponse.

 

A bientôt !

Partager cet article
Repost0

Profil

  • La nutrition en couleurs
  • Médecin nutritionniste, passionnée par la lumière et les couleurs, j'aime faire partager à ceux qui m'entourent mes connaissances en cuisine et en nutrition pour qu'ils puissent concilier santé, plaisir et gourmandise.
  • Médecin nutritionniste, passionnée par la lumière et les couleurs, j'aime faire partager à ceux qui m'entourent mes connaissances en cuisine et en nutrition pour qu'ils puissent concilier santé, plaisir et gourmandise.

Droits réservés

Les images de ce blog (dessins, photos...) ne sont pas libres de droits

Recherche