750 grammes
Tous nos blogs cuisine Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 décembre 2012 1 17 /12 /décembre /2012 08:31

 

Recipient-destine-a-proteger-les-femmes-enceintes-et-le.jpg

 

 

 

Bonjour,

 

Merci encore à ceux qui ont participé au jeu de samedi dernier. Vous avez presque trouvé la bonne réponse. Mike l'a presque donnée. Je vous remontre la photo de la devinette.

 

 

 

Devinette du samedi 15 décembre - Récipient destiné à g

 

 

 

Il s'agissait d'un récipient destiné à guérir les maux de dos. Ce récipient utilise des "vertèbres" très pointues pour capturer de façon radicale les causes à l'origine de maux de dos. Cette représentation permettait d'éloigner plus facilement la maladie.

 

Ce récipient est apparenté aux nombreux autres pots de guérison documentés chez les Cham-Mwana et les Longuda, peuples d'Afrique de l'Ouest établis au Nigéria dans la vallée occidentale de la Gongola, principal affluent de la Benoué.

 

Ces objets ou kwandalwa (au singulier kwandalha) étaient utilisés pour lutter contre des maladies telles que la lèpre, le paludisme, la varicelle, la variole, voire la folie et pour soigner certains symptômes comme les lombalgies, les céphalées, les vomissements ou la toux. Les Cham-Mwana donnaient des noms spécifiques aux récipients associés à chacun de ces maux. Le récipient de la devinette s'appelait ainsi kulok-kulok. Celui de la photo au-dessus, qui était destiné à protéger les femmes enceintes et leur foetus s'appelait jina bitibiyu. Ces deux objets datent de la fin du XXe siècle.

 

Ces objets, conçus principalement par des femmes étaient destinés à transférer un mal spécifique du patient au pot. Ils étaient abandonnés à bonne distance de la maison du malade. C'est ainsi que l'on a découvert ces pots de guérison dans les collines où vivaient les Cham-Mwana et les Longuda avant qu'ils ne s'installent en plaine, dans des lieux plus accessibles.

 

D'autres pots étaient destinés à contenir les âmes des défunts. Ces objets qui servaient à la divination étaient généralement conservés par les guérisseurs dans des sanctuaires.    


Ces objets - et bien d'autres pièces - sont exposés actuellement au musée du quai Branly pour l'exposition Nigeria, arts de la vallée de la Benoué.

 

 

 

Affiche-expo-Nigeria.jpg

 

 

 

A bientôt !

Partager cet article
Repost0
15 décembre 2012 6 15 /12 /décembre /2012 13:29

sans-titre.jpg

 

 

 

Rebonjour,

 

Deux ans déjà que ce blog a vu le jour ! Deux ans que je n'ai pas vu passer. Deux ans que j'écris, avec plaisir, des articles sur des sujets aussi divers que la nutrition, la cuisine, les plantes ou les voyages. Deux ans que je vous emmène visiter les cuisines du monde, les bords de mer, des villes ou des villages, des musées..., que je vous donne des rudiments de nutrition...

 

Vous avez été presque 50 000 à me rendre visite et vous avez lu plus de 110 000 pages. C'est vous qui faites vivre ce blog et je souhaite que vous soyez plus nombreux encore. Donnez l'adresse de ce blog à vos amis, j'en serai ravie.

 

N'hésitez pas à vous inscrire à la newsletter, à me laisser des commentaires, à me dire quels sont les articles qui vous intéressent le plus. C'est encourageant pour moi et j'essaierai de satisfaire vos souhaits.

 

Merci à toutes et à tous. Longue vie à l'atelier des couleurs ! Et bon anniversaire !


 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
15 décembre 2012 6 15 /12 /décembre /2012 09:08

Devinette-du-samedi-15-decembre-2012.jpg

 

 

Bonjour,

 

Avez-vous une idée de ce à quoi peut servir cet objet africain ?

Pas facile !

 

 

Bon week-end !    

 

Partager cet article
Repost0
14 décembre 2012 5 14 /12 /décembre /2012 12:47

Croissants-a-la-vanille.jpg

 

 

 

Bonjour,

 

En Europe de l'est, en Allemagne, en Autriche, en République tchèque, en Slovaquie, en Roumanie, en Hongrie... comme plus près de chez nous en Alsace, il est de coutume de préparer pour Noël de petits gâteaux qui seront dégustés durant toute la période de l'Avent. Les préparatifs commencent dès novembre. Il existe de très nombreuses recettes.

 

La moitié de ma famille étant tchèque, j'ai assisté et participé depuis toute petite à la confection de ces petits gâteaux. Mes préférés sont les croissants à la vanille, appelés en tchèque vanilkové rohlíčky ou en allemand vanillekipferl. On dit qu'ils sont originaires d'Autriche où ils auraient été confectionnés pour célébrer la victoire de l'armée hongroise sur les Turcs.

Je vous en donne la recette.

 

 

 

Croissants à la vanille

 

Pour une quarantaine de petits croissants :

 

140 g de farine

105 g de beurre

45 g d'amandes en poudre

45 g de sucre

1/2 oeuf battu en omelette

1/2 cuillerée à café de vanille en poudre

60 g de sucre glace

2 sachets de sucre vanillé

 

Mélanger le sucre et la vanille en poudre. Ajouter le beurre mou, la farine, les amandes en poudre puis l'oeuf. Travailler doucement du bout des doigts jusqu'à obtenir une boule de pâte homogène. Réserver au réfrigérateur pendant au minimum une heure.

Préchauffer le four à 170°.

Diviser la pâte en quatre morceaux. Former des petits pâtons de pâte de 1 à 1,5 cm de diamètre. Les couper tous les 5 cm environ et façonner ces morceaux en croissants que vous placerez sur une plaque à pâtisserie légèrement farinée ou recouverte de papier cuisson ou de silicone.


 

 

Preparation-des-croissants-a-la-vanille.jpg

 

 

Mettre au four une quinzaine de minutes. Pendant que les croissants cuisent, mélanger le sucre glace et le sucre vanillé dans un grand bol. Dès la sortie du four, rouler les croissants dans le sucre glace vanillé puis laisser refroidir sur une grille.

Ces petits gâteaux se conservent très longtemps dans une boîte en fer (mais j'ai bien peur que les miens ne tiennent pas jusqu'à Noël, il y a trop d'amateurs !).

 

 

Bonne préparation de Noël !

 


Partager cet article
Repost0
13 décembre 2012 4 13 /12 /décembre /2012 08:28

30

 

 

Bonjour,

 

Tous les articles que j'ai écrits sur Iznik jusqu'à maintenant parlaient des faïences d'Iznik en général. Je ne pouvais clore ce chapitre sans vous montrer une partie de la fabuleuse collection de carreaux d'Iznik du musée du Louvre.

 

Quand on pense "Iznik", on pense le plus souvent à "carreaux". Il faut dire qu'on ne peut que s'émerveiller devant ces carreaux qui décorent encore en Turquie les murs des mosquées, les pavillons de Topkapi ou les mausolées des princes ottomans.


La structure des murs de céramique reste la même tout au long de l'histoire d'Iznik et même après. Dans la partie inférieure, des carreaux forment une plinthe. Au-dessus, se déployent de grands panneaux constitués de carreaux répétant à l'infini le même motif ou formant une composition unifiée sous une arcature. La couleur de la bordure contraste généralement avec celle du champ central. Le mur est couronné d'un bandeau à inscription ou d'un bandeau de fleurons.

 

 

16

 

 

7

 


L'évolution des carreaux d'Iznik, qui est très bien expliquée au musée du Louvre, suit celle de la faïence produite dans cette ville en général.

 

Les carreaux d'Iznik n'ont pas toujours été carrés. Jusqu'au milieu du XVIe siècle, on trouve des carreaux de forme hexagonale parfois combinés à des triangles.

 

 

22

 

 

23

 

 

 

24

 

 

Certains portent une étoile et conservent un dessin géométrique.

 

 

28

 

 

Après 1550, le carré s'impose.

 

 

38

 

 

Entre 1500 et 1540, les décors peints sous glaçure sont limités à deux tons de bleu.

 

 

 

26

 

 

Vers 1540-1555, le violet/aubergine et le vert s'ajoutent aux bleus. Puis apparaissent divers tons comme le corail, le rouge et des verts de nuances diverses. Une technique particulière, la "ligne noire", consiste à séparer des glaçures colorées par un trait de manganèse et permet une palette plus riche. Elle passe de mode après 1560. 

 

 

 

10

 

 

 

11

 

 

 

12

 

 

 

 

17

 

 

 

 

31

 

 

 

Vers 1630-1660, les bleus prédominent, le rouge se fait plus discret et le dessin perd en précision. Apparaissent des représentations de la Mecque et de Médine.    

 

 

 

33

 

 

 

34

 

 

 

35

 

 

 

37

 

 

40

 

 

39

 

 

 

Par décret de 1585, Iznik a l'obligation de consacrer toute sa production au Palais. La dernière grande commande impériale se fait pour la Mosquée bleue. C'est le début de la fin d'Iznik. En 1648, il ne reste plus à Iznik que 9 ateliers alors qu'on en dénombrait 300 au début du siècle. Et en 1719, les derniers fours d'Iznik sont définitivement abandonnés. 

 Vers 1720-1750, des céramistes d'Iznik viennent produire à Istanbul des carreaux à la vive palette incluant le jaune mais dont la qualité est inégale.

 

 

 

25

 

 

Au XVIIIe et au XIXe siècle, Kütahya devient le principal centre de production de céramique en Turquie. Il n'y a plus de production à Iznik depuis 1719. 

 

Mais, en 1993, est créée la Fondation d'Iznik qui a pour but de faire connaître l'art de la céramique dans cette ville et de protéger cet héritage. Depuis 1996, une production respectant la technologie utilisée dans la fabrication des faïences d'Iznik au XVIe siècle sort des ateliers d'Iznik. Vive le renouveau d'Iznik !

 

 

A bientôt !

 

 

P.S. Vous pouvez voir une partie des faïences d'Iznik présentées au Louvre dans l'album photo "Iznik".

 

 

 

 


Partager cet article
Repost0
12 décembre 2012 3 12 /12 /décembre /2012 07:53

Cookies-aux-flocons-d-avoine-et-aux-raisins.jpg

 

 

 

Bonjour,

 

Il fait froid et nous avons besoin de nous réconforter avec de petites douceurs. Je vous propose aujourd'hui de préparer quelques cookies faciles à réaliser et bien meilleurs que ceux que vous pouvez trouver dans votre supermarché. 


N'allez pas croire que je vous conseille de manger des petits gâteaux pour rester en forme et/ou espérer perdre des kilos. Non, mais je vous incite à ne pas en acheter et à en préparer vous-même le jour où vous en aurez envie. Vous saurez ainsi ce qu'ils contiennent, vous vous ferez plaisir en les réalisant et vous ferez plaisir à ceux qui vous entourent. Et, comme vous n'en ferez pas tous les jours (ça prend plus de temps que de mettre un paquet de biscuits dans son caddie !), vous les apprécierez d'autant plus et vous en mangerez moins. 


Avant de vous donner la recette, je veux vous dire un petit mot sur les flocons d'avoine. Pour beaucoup, flocons d'avoine est synonyme de porridge. Et pour beaucoup aussi, le porridge est une sorte de bouillie pas très appétissante. Car rares sont ceux en France qui savent le préparer. 

Les flocons d'avoine sont en réalité un aliment très sain. On peut les incorporer dans n'importe quelle pâte pour améliorer sa qualité nutritionnelle. Les flocons d'avoine sont riches en glucides (60 g pour 100 g) à index glycémique moyen (non cuits, ils ont un index glycémique de 40 à comparer à l'index glycémique des corn flakes qui est de 85). Ils n'entraînent donc pas, comme les aliments à index glycémique élevé, d'élévation brutale de la glycémie.

Les flocons d'avoine sont riches en fibres (9 g pour 100 g dont 4 g de fibres solubles) dont le bêta-glucane qui a des propriétés régulatrices sur la glycémie et sur le taux de cholestérol. 

Les flocons d'avoine contiennent aussi, comme les autres céréales, des protéines (11 g pour 100 g) et des lipides (8 g pour 100 g). Ils sont riches en vitamines du groupe B et en vitamine E et en minéraux (zinc, sélénium, cuivre, fer, manganèse, magnésium, phosphore, calcium...).

Les flocons d'avoine sont donc à recommander à tous (sauf à ceux qui présentent une maladie coeliaque ou intolérance au gluten).

 

Après cette apologie des flocons d'avoine, je vous donne vite la recette des cookies. 

 

 

 

Cookies aux flocons d'avoine et aux raisins

 

Pour une trentaine de petits cookies :

 

85 g de beurre

4 cuillerées à soupe de sucre semoule 

125 g de sucre roux (la prochaine fois, j'en mettrai moins, j'ai trouvé mes cookies trop sucrés)

1 oeuf

120 g de raisins secs

100 g de farine

150 g de flocons d'avoine

1/2 cuillerée à café de levure chimique

1/2 cuillerée à café d'extrait de vanille liquide

1/2 cuillerée à café de cannelle en poudre

1 cuillerée à soupe d'eau

1 pincée de sel


Préchauffer le four à 180°.

Battre ensemble les deux sucres et le beurre ramolli dans un robot ou à la main jusqu'à obtenir une pâte jaune pâle mousseuse. Ajouter l'oeuf, la vanille et une cuillerée à soupe d'eau et continuer à fouetter le mélange.

Incorporer peu à peu la farine tamisée, la levure, la cannelle et le sel puis, en continuant de battre le mélange, les flocons d'avoine et les raisins secs. 

Disposer sur une plaque recouverte de papier cuisson des petites boules de pâte de la taille d'une noix que vous aplatirez à l'aide de la paume de la main. 

 

 

preparation-des-cookies.jpg

 

 

Faire cuire au four à mi-hauteur pendant 10 minutes environ. Le bord des cookies doit être bien cuit et le centre rester moelleux. Laisser refroidir sur une plaque et conserver dans une boîte en fer.

 

 

A déguster avec modération avec un bon café ou une tasse de thé...

 

 

A bientôt !

 


Partager cet article
Repost0
10 décembre 2012 1 10 /12 /décembre /2012 09:28

Lentilles corail

 

 

 

Bonjour,

 

Vous connaissez mon amour pour les lentilles. J'ai déjà écrit un article au sujet de cette légumineuse (cf. Des lentilles pour devenir riche... ) qui est la source essentielle de protéines peu coûteuses dans plusieurs régions du monde.

Je voudrais insister une fois de plus sur l'intérêt non seulement des lentilles mais aussi des autres légumes secs. Les Français les considèrent comme bénéfiques pour la santé mais ils pensent souvent, à tort, qu'ils font prendre du poids. Et la consommation annuelle française par habitant ne dépasse pas 2 kg. Les autres pays européens en consomment plus : 3,9 kg/an/habitant. La consommation au niveau mondial est encore plus importante : 5,9 kg par/an/habitant. 

Et pourtant, les légumes secs sont une des meilleures sources de protéines végétales et de glucides complexes. Ils sont riches en fibres, en vitamines du groupe B et en minéraux comme le calcium et le fer. Et ils ne contiennent que peu de lipides (et des bons!). Ils font partie de la base de la pyramide alimentaire (cf.  La pyramide alimentaireLa pyramide du régime méditerranéen) et sont classés dans deux des compartiments de l'assiette américaine (vegetables et proteins, cf.  Il n'y a plus de pyramide alimentaire aux USA...).

Ils se conservent bien, se cuisinent aisément et on peut les accommoder de façon très variée. On peut les consommer en salades, en purée, en soupes, en plat principal, en accompagnement, été comme hiver. 

Mais ils sont oubliés. Et j'essaie de vous les faire redécouvrir car je pense qu'ils ne méritent pas cet oubli. En vous proposant sur ce blog différentes manières de les préparer, je tente de vous réconcilier avec ces légumes oubliés.

 

Aujourd'hui, je vais vous proposer une recette indienne à base de lentilles corail. Ces lentilles sont décortiquées et ont, comme leur nom l'indique, une jolie couleur corail (qui, malheureusement, disparaît plus ou moins à la cuisson). Ces lentilles sont très utilisées dans la cuisine d'Afrique du Nord, du Moyen-Orient et surtout de l'Inde. 

 

Comme les autres lentilles et comme les légumineuses en général, les lentilles corail contiennent beaucoup de protéines (19,2 g pour 100g). Si elles sont déficientes en méthionine et en cystéine (comme tous les légumes secs), elles sont riches en lysine (contrairement aux céréales). L'association des lentilles avec des céréales comme le riz permet d'avoir un repas complet en acides aminés essentiels.

Les lentilles corail sont aussi riches en glucides à index glycémique peu élevé (40,8 g pour 100 g) et pauvres en lipides (1g pour 100 g). Elles contiennent aussi des fibres mais moins que les lentilles non décortiquées (8,8 g pour 100 g), des vitamines (particulièrement de la vitamine B1) et des oligo-éléments (particulièrement du fer et du magnésium).

 

Sans plus tarder, je vous donne ma recette de dhal de lentilles corail (en Inde, le mot dhal désigne tout plat fait avec des légumineuses. Chaque famille a sa recette mais les ingrédients sont sensiblement les mêmes). Vous pouvez manger ce dhal avec du riz (basmati bien sûr !) et/ou avec un cari. 

 

 

 

Dhal de lentilles corail

 

Pour 4 personnes :

 

250 g de lentilles corail

6 graines de cardamome

6 clous de girofle

1 bâton de cannelle

1 oignon

1 gousse d'ail

1 morceau de rhizome de gingembre de 2 cm

1 piment vert

1/2 cuillerée à café de garam masala 

2 cuillerées à soupe d'huile

1/2 citron

Quelques feuilles de coriandre fraîche

 

 

Commencer par rincer les lentilles corail dans une passoire fine (les lentilles corail sont petites).

Préparer les autres ingrédients.

 

 

Oignon--epices--jpg

 

 

Hacher finement l'oignon.

Faire revenir les clous de girofle, le bâton de cannelle et les graines de cardamome dans une cocotte avec un peu d'huile. Ajouter l'oignon.

Râper le gingembre et écraser l'ail haché et le piment vert (je n'avais que du rouge!) épépiné et coupé en petites rondelles.

Quand l'oignon est transparent, ajouter la pâte obtenue avec le gingembre, l'ail et le piment.

 

 

 

Ajouter-la-pate-faite-de-gingembre--piment-et-ail.jpg

 

 

Bien remuer et laisser revenir environ 5 minutes.

 


Remuer.jpg 

 

 

Puis ajouter les lentilles rincées et égouttées.

 

 

Ajouter-les-lentilles-corail.jpg

 

 

Laisser revenir une minute puis ajouter de l'eau de sorte qu'il y en ait un centimètre au-dessus des lentilles. Porter à ébullition, saler puis couvrir et laisser revenir à feu moyen pendant 15 à 20 minutes.

Ajouter alors le garam masala. Faire revenir deux minutes puis servir arrosé de jus de citron et parsemé de feuilles de coriandre (le mien sortait du congélateur!).

 

 

Dhal de lentilles corail

 

 

Vous n'avez plus qu'à vous régaler.

 

 

A bientôt !

Partager cet article
Repost0
10 décembre 2012 1 10 /12 /décembre /2012 07:09

 

Rue-bordee-de-jacarandas-a-Jerez-de-la-Frontera--Espagne-.jpg

 

 

Bonjour,

 

La réponse à la devinette de samedi dernier était : "fruits de jacaranda séchés et dorés à la feuille de cuivre".

 

Le jacaranda ou Jacaranda mimosifolia (ces feuilles ressemblent à celles du mimosa), que l'on appelle aussi "flamboyant bleu" est un arbre pouvant atteindre plus de 20 m de hauteur, originaire d'Amérique du sud et de Madagascar. En Europe du sud, certaines rues sont bordées de jacarandas, comme sur la photo ci-dessus prise à Jerez de la Frontera en Espagne. On peut voir de magnifiques jacarandas dans les avenues de Lisbonne ou de Séville. En France, on n'en trouve que sur la Côte d'Azur. 

 

Le jacaranda se couvre de fleurs bleu violacé à la fin du printemps et en début d'automne (il fleurit alors moins).

 

Sur la photo ci-dessous, prise à Rabat au Maroc (où des rues entières sont bordées de jacarandas), vous pouvez voir un jacaranda en fleurs avec des fruits sur la droite. Ce sont ces fruits que j'ai ramassés (pour leurs graines) et que j'ai dorés à la feuille de cuivre en suivant la technique que je vous ai expliqué il y a longtemps déjà dans l'article  La dorure.


 

 

 

Jacaranda.jpg

 

 

Les fruits séchés se présentent comme ça...

 

 

 

Fruits-de-jacaranda-seches.jpg

 

 

 

Ils contiennent des graines que l'on peut planter quand on habite une région aux hivers doux.

 

 

 

Graines de jacaranda


 

 

Je me suis amusée à dorer ces fruits pour en faire des décorations de Noël. Vous pouvez faire de même avec des noix ou d'autres fruits séchés (comme les grenades mais il faut longtemps pour que ce fruit sèche). Pour ce faire, il vous faut de la peinture , des pinceaux, de la miction à dorer et des feuilles d'or, de cuivre, d'argent ou d'aluminium. Vous trouverez toutes les indications sur la marche à suivre dans l'article La dorure  (cliquez dessus).

 

 

 

Dorure-de-fruits-de-jacaranda.jpg

 

 

 

Merci à tous ceux qui ont participé et bravo à tous ceux qui ont presque donné la bonne réponse.

 

 

A bientôt !

 

 

P.S. J'ai oublié de vous dire que le résultat de ma dorure n'était pas mal ! Moins beau que le jacaranda en fleurs mais... on n'est pas loin de Noël. Alors, je vous offre une photo de jacaranda prise dans les jardins de la Mamounia à Marrakech.

 

 

 

Jacaranda, palmier et olivier

 

 

 

Et vous montre mes fruits dorés (fruits de jacaranda, fruit de fromager, grenades naines séchées, oranges cueillies avant maturité et séchées) dans un compotier...

 

 

 

Fruits-dores.jpg

 

 

Partager cet article
Repost0
9 décembre 2012 7 09 /12 /décembre /2012 11:26

Plat Iznik style saz vers 1575-1585

Plat

Iznik, vers 1575-1585

Céramique, décor peint sous glaçure  

Musée du Louvre 

 

 

 

Bonjour,

 

La céramique à Iznik se développe particulièrement au XVIe siècle. C'est à partir des années 1520 que se développe le style saz. Le terme "saz" désigne en turc ancien une forêt épaisse et luxuriante, peuplée de créatures fabuleuses. Il qualifie des compositions végétales dans lesquelles entrent des fleurs exubérantes et de souples feuilles aux contours dentelés. Ce style fut développé par un peintre et poète nommé Shah Quli (mort en 1556) qui travaillait à l'illustration des manuscrits pour la cour. Il concevait aussi des modèles destinés à être transposés sur des supports variés.

 

L'un des accents visuels des compositions saz est une feuille aux contours dentelés et aux nervures apparentes dite "hançeri" car sa longue courbe évoque une dague de poignard (hançer en turc). Simplifiée à l'extrême, elle prend l'aspect d'un simple "s". 

 

 

 

 Carreau---detail-1570-1580.jpg

Carreau - détail

Iznik, vers 1570-1580

Céramique, décor peint sous glaçure

Musée du Louvre

 

 


A cet élément propre au style saz, sont associés des fleurs : tulipes, jacinthes, oeillets, violettes...

 

Je vous montre ci-dessous quelques exemples des pièces de ce style présentées au musée du Louvre.

 

 

 

 


Plat 1565-1580

Plat

Iznik, vers 1565-1580

Céramique, décor peint sous glaçure

Musée du Louvre

 

 


 

Plat Iznik vers 1565-1580

Plat

Iznik, vers 1565-1580

Céramique, décor peint sous glaçure

Musée du Louvre

 

 

 

 

Carreau Iznik vers 1545-1550

Carreau 

Iznik, vers 1545-1550

Céramique, décor peint sous glaçure

Musée du Louvre


 

 

 

A partir des années 1560, les céramistes ottomans emploient une engobe à base d'oxyde de fer pour obtenir un rouge vif en léger relief. Ils expérimentent aussi des teintes subtiles tels le rouge corail ou le bleu lavande. Les compositons florales sont fréquentes. En effet, l'horticulture est un passe-temps répandu parmi les élites ottomanes.

 

 

 

 

Coupe-a-fond-corail.jpg Coupe à fond corail

Iznik, vers 1560-1570

Céramique, décor peint sous glaçure

Musée du Louvre

 


 

Carreau Iznik

Carreau

Iznik

Céramique, décor peint sous glaçure

Musée du Louvre

 

 

 

Ecoinçon Iznik

Ecoinçon

Iznik

Céramique, décor peint sous glaçure

Musée du Louvre

 

 

 

 

Plat à décor floral Iznik vers 1565-1570

Plat à décor floral

Iznik, vers 1565-1570

Céramique, décor peint sous glaçure

Musée du Louvre

 


 

Plat à décor floral vers 1565-1570    

Plat à décor floral

Iznik, vers 1565-1570

Céramique, décor peint sous glaçure

Musée du Louvre

 

 

 

 

Plat aux tulipes Iznik vers 1560-1575

   Plat aux tulipes 

Iznik, vers 1560-1575

Céramique, décor peint sous glaçure

Musée du Louvre

 

 

 

 

Plat à décor concentrique Iznik vers 1565-1570

Plat à décors concentriques

Iznik, vers 1560-1575

Céramique, décor peint sous glaçure

Musée du Louvre


Plat au cyprès Iznik vers 1565-1570

      Plat au cyprès

Iznik, vers 1565-1570

Céramique, décor peint sous glaçure

Musée du Louvre

 

 

 

 

Les motifs de bateaux ou d'animaux apparaissent aussi souvent dans la céramique d'Iznik dès la seconde moitié du XVIe siècle et tout au long du XVIIe siècle.


Pichet aux voiliers
Pichet aux voiliers
Iznik, XVIe siècle
Céramique, décor peint sous glaçure
Musée du Louvre

Plat-aux-voiliers.jpg
Plat aux voiliers
Iznik, XVIe siècle
Céramique, décor peint sous glaçure
Musée du Louvre
Carreau-aux-oiseaux.jpg
Carreau aux oiseaux
Iznik, XVIe siècle
Céramique, décor peint sous glaçure
Musée du Louvre

Plat-aux-animaux.jpg
Plat aux animaux
Iznik, XVIe siècle
Céramique, décor peint sous glaçure
Musée du Louvre
Pichet-aux-animaux.jpg
Pichet aux animaux
Iznik, XVIe siècle
Céramique, décor peint sous glaçure
Musée du Louvre

 

 

Dans le dernier quart du XVIe siècle, les céramistes ottomans composent des décors abstraits qui s'enlèvent sur des fonds colorés ou des textures tels que les fonds d'écaille ou les fonds à spirales.

 

 

 

 

Plat à fond rouge Iznik vers 1585

Plat à fond rouge

Iznik, vers 1585

Céramique, décor peint sous glaçure

Musée du Louvre

 

 

Plat à fond d'écailles Iznik vers 1585

Plat à fond d'écailles

Iznik, vers 1585

Céramique, fond peint sous glaçure

Musée du Louvre

     

 

 

 

 Plat à écailles Iznik vers 1585

Plat à fond d'écailles

Iznik, vers 1585

Céramique, fond peint sous glaçure

Musée du Louvre

 


Plat à fond spiralé Iznik fin XVIe siècle
Palt à fond spiralé
Iznik, fin du XVIe siècle
Céramique, fond peint sous glaçure
Musée du Louvre

Les potiers ottomans du XVIe siècle tentent aussi d'imiter les porcelaines chinoises qui étaient alors très prisées par les élites notamment les vaisselles bleu et blanc de l'époque Yuan ou Ming.

Plat Iznik
Plat sinisant
Iznik, fin du XVIe siècle
Céramique, décor peint sous glaçure
Musée du Louvre

Plat-Iznik-16eme-siecle.jpg
Plat à décor sinisant
Iznik, fin du XVIe siècle
Céramique, décor peint sous glaçure
Musée du Louvre
Sur certaines pièces, les motifs sinisants sont peints dans un gris délicat.

Plat Iznik XVIe siècle
Plat sinisant
Iznik, fin du XVIe siècle
Céramique, décor peint sous glaçure
Musée du Louvre
J'espère que je ne vous ai pas trop embêtés avec mes céramiques d'Iznik. Mais il ne m'a jamais été permis d'en voir autant à la fois et je voulais vous en faire profiter. Si cela vous intéresse, allez faire un tour au musée du Louvre. Il y a plein d'autres pièces à découvrir.
Je ne vous ai pas parlé des panneaux décoratifs dont le Louvre possède une grande collection. Ce sera pour une autre fois. Il est temps que je change de sujet !
A bientôt !
P.S. Excusez la mise en pages, on ne fait pas toujours ce qu'on veut avec son ordinateur !
Partager cet article
Repost0
8 décembre 2012 6 08 /12 /décembre /2012 11:15

Devinette-du-8-decembre-2012.jpg

 

 

 

Bonjour,

 

Devinerez-vous ce que cette photo représente ?

La réponse lundi.

 

Bon week-end à tous !

 

 


 

Partager cet article
Repost0

Profil

  • La nutrition en couleurs
  • Médecin nutritionniste, passionnée par la lumière et les couleurs, j'aime faire partager à ceux qui m'entourent mes connaissances en cuisine et en nutrition pour qu'ils puissent concilier santé, plaisir et gourmandise.
  • Médecin nutritionniste, passionnée par la lumière et les couleurs, j'aime faire partager à ceux qui m'entourent mes connaissances en cuisine et en nutrition pour qu'ils puissent concilier santé, plaisir et gourmandise.

Droits réservés

Les images de ce blog (dessins, photos...) ne sont pas libres de droits

Recherche