750 grammes
Tous nos blogs cuisine Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 décembre 2012 1 10 /12 /décembre /2012 07:09

 

Rue-bordee-de-jacarandas-a-Jerez-de-la-Frontera--Espagne-.jpg

 

 

Bonjour,

 

La réponse à la devinette de samedi dernier était : "fruits de jacaranda séchés et dorés à la feuille de cuivre".

 

Le jacaranda ou Jacaranda mimosifolia (ces feuilles ressemblent à celles du mimosa), que l'on appelle aussi "flamboyant bleu" est un arbre pouvant atteindre plus de 20 m de hauteur, originaire d'Amérique du sud et de Madagascar. En Europe du sud, certaines rues sont bordées de jacarandas, comme sur la photo ci-dessus prise à Jerez de la Frontera en Espagne. On peut voir de magnifiques jacarandas dans les avenues de Lisbonne ou de Séville. En France, on n'en trouve que sur la Côte d'Azur. 

 

Le jacaranda se couvre de fleurs bleu violacé à la fin du printemps et en début d'automne (il fleurit alors moins).

 

Sur la photo ci-dessous, prise à Rabat au Maroc (où des rues entières sont bordées de jacarandas), vous pouvez voir un jacaranda en fleurs avec des fruits sur la droite. Ce sont ces fruits que j'ai ramassés (pour leurs graines) et que j'ai dorés à la feuille de cuivre en suivant la technique que je vous ai expliqué il y a longtemps déjà dans l'article  La dorure.


 

 

 

Jacaranda.jpg

 

 

Les fruits séchés se présentent comme ça...

 

 

 

Fruits-de-jacaranda-seches.jpg

 

 

 

Ils contiennent des graines que l'on peut planter quand on habite une région aux hivers doux.

 

 

 

Graines de jacaranda


 

 

Je me suis amusée à dorer ces fruits pour en faire des décorations de Noël. Vous pouvez faire de même avec des noix ou d'autres fruits séchés (comme les grenades mais il faut longtemps pour que ce fruit sèche). Pour ce faire, il vous faut de la peinture , des pinceaux, de la miction à dorer et des feuilles d'or, de cuivre, d'argent ou d'aluminium. Vous trouverez toutes les indications sur la marche à suivre dans l'article La dorure  (cliquez dessus).

 

 

 

Dorure-de-fruits-de-jacaranda.jpg

 

 

 

Merci à tous ceux qui ont participé et bravo à tous ceux qui ont presque donné la bonne réponse.

 

 

A bientôt !

 

 

P.S. J'ai oublié de vous dire que le résultat de ma dorure n'était pas mal ! Moins beau que le jacaranda en fleurs mais... on n'est pas loin de Noël. Alors, je vous offre une photo de jacaranda prise dans les jardins de la Mamounia à Marrakech.

 

 

 

Jacaranda, palmier et olivier

 

 

 

Et vous montre mes fruits dorés (fruits de jacaranda, fruit de fromager, grenades naines séchées, oranges cueillies avant maturité et séchées) dans un compotier...

 

 

 

Fruits-dores.jpg

 

 

Partager cet article
Repost0
9 décembre 2012 7 09 /12 /décembre /2012 11:26

Plat Iznik style saz vers 1575-1585

Plat

Iznik, vers 1575-1585

Céramique, décor peint sous glaçure  

Musée du Louvre 

 

 

 

Bonjour,

 

La céramique à Iznik se développe particulièrement au XVIe siècle. C'est à partir des années 1520 que se développe le style saz. Le terme "saz" désigne en turc ancien une forêt épaisse et luxuriante, peuplée de créatures fabuleuses. Il qualifie des compositions végétales dans lesquelles entrent des fleurs exubérantes et de souples feuilles aux contours dentelés. Ce style fut développé par un peintre et poète nommé Shah Quli (mort en 1556) qui travaillait à l'illustration des manuscrits pour la cour. Il concevait aussi des modèles destinés à être transposés sur des supports variés.

 

L'un des accents visuels des compositions saz est une feuille aux contours dentelés et aux nervures apparentes dite "hançeri" car sa longue courbe évoque une dague de poignard (hançer en turc). Simplifiée à l'extrême, elle prend l'aspect d'un simple "s". 

 

 

 

 Carreau---detail-1570-1580.jpg

Carreau - détail

Iznik, vers 1570-1580

Céramique, décor peint sous glaçure

Musée du Louvre

 

 


A cet élément propre au style saz, sont associés des fleurs : tulipes, jacinthes, oeillets, violettes...

 

Je vous montre ci-dessous quelques exemples des pièces de ce style présentées au musée du Louvre.

 

 

 

 


Plat 1565-1580

Plat

Iznik, vers 1565-1580

Céramique, décor peint sous glaçure

Musée du Louvre

 

 


 

Plat Iznik vers 1565-1580

Plat

Iznik, vers 1565-1580

Céramique, décor peint sous glaçure

Musée du Louvre

 

 

 

 

Carreau Iznik vers 1545-1550

Carreau 

Iznik, vers 1545-1550

Céramique, décor peint sous glaçure

Musée du Louvre


 

 

 

A partir des années 1560, les céramistes ottomans emploient une engobe à base d'oxyde de fer pour obtenir un rouge vif en léger relief. Ils expérimentent aussi des teintes subtiles tels le rouge corail ou le bleu lavande. Les compositons florales sont fréquentes. En effet, l'horticulture est un passe-temps répandu parmi les élites ottomanes.

 

 

 

 

Coupe-a-fond-corail.jpg Coupe à fond corail

Iznik, vers 1560-1570

Céramique, décor peint sous glaçure

Musée du Louvre

 


 

Carreau Iznik

Carreau

Iznik

Céramique, décor peint sous glaçure

Musée du Louvre

 

 

 

Ecoinçon Iznik

Ecoinçon

Iznik

Céramique, décor peint sous glaçure

Musée du Louvre

 

 

 

 

Plat à décor floral Iznik vers 1565-1570

Plat à décor floral

Iznik, vers 1565-1570

Céramique, décor peint sous glaçure

Musée du Louvre

 


 

Plat à décor floral vers 1565-1570    

Plat à décor floral

Iznik, vers 1565-1570

Céramique, décor peint sous glaçure

Musée du Louvre

 

 

 

 

Plat aux tulipes Iznik vers 1560-1575

   Plat aux tulipes 

Iznik, vers 1560-1575

Céramique, décor peint sous glaçure

Musée du Louvre

 

 

 

 

Plat à décor concentrique Iznik vers 1565-1570

Plat à décors concentriques

Iznik, vers 1560-1575

Céramique, décor peint sous glaçure

Musée du Louvre


Plat au cyprès Iznik vers 1565-1570

      Plat au cyprès

Iznik, vers 1565-1570

Céramique, décor peint sous glaçure

Musée du Louvre

 

 

 

 

Les motifs de bateaux ou d'animaux apparaissent aussi souvent dans la céramique d'Iznik dès la seconde moitié du XVIe siècle et tout au long du XVIIe siècle.


Pichet aux voiliers
Pichet aux voiliers
Iznik, XVIe siècle
Céramique, décor peint sous glaçure
Musée du Louvre

Plat-aux-voiliers.jpg
Plat aux voiliers
Iznik, XVIe siècle
Céramique, décor peint sous glaçure
Musée du Louvre
Carreau-aux-oiseaux.jpg
Carreau aux oiseaux
Iznik, XVIe siècle
Céramique, décor peint sous glaçure
Musée du Louvre

Plat-aux-animaux.jpg
Plat aux animaux
Iznik, XVIe siècle
Céramique, décor peint sous glaçure
Musée du Louvre
Pichet-aux-animaux.jpg
Pichet aux animaux
Iznik, XVIe siècle
Céramique, décor peint sous glaçure
Musée du Louvre

 

 

Dans le dernier quart du XVIe siècle, les céramistes ottomans composent des décors abstraits qui s'enlèvent sur des fonds colorés ou des textures tels que les fonds d'écaille ou les fonds à spirales.

 

 

 

 

Plat à fond rouge Iznik vers 1585

Plat à fond rouge

Iznik, vers 1585

Céramique, décor peint sous glaçure

Musée du Louvre

 

 

Plat à fond d'écailles Iznik vers 1585

Plat à fond d'écailles

Iznik, vers 1585

Céramique, fond peint sous glaçure

Musée du Louvre

     

 

 

 

 Plat à écailles Iznik vers 1585

Plat à fond d'écailles

Iznik, vers 1585

Céramique, fond peint sous glaçure

Musée du Louvre

 


Plat à fond spiralé Iznik fin XVIe siècle
Palt à fond spiralé
Iznik, fin du XVIe siècle
Céramique, fond peint sous glaçure
Musée du Louvre

Les potiers ottomans du XVIe siècle tentent aussi d'imiter les porcelaines chinoises qui étaient alors très prisées par les élites notamment les vaisselles bleu et blanc de l'époque Yuan ou Ming.

Plat Iznik
Plat sinisant
Iznik, fin du XVIe siècle
Céramique, décor peint sous glaçure
Musée du Louvre

Plat-Iznik-16eme-siecle.jpg
Plat à décor sinisant
Iznik, fin du XVIe siècle
Céramique, décor peint sous glaçure
Musée du Louvre
Sur certaines pièces, les motifs sinisants sont peints dans un gris délicat.

Plat Iznik XVIe siècle
Plat sinisant
Iznik, fin du XVIe siècle
Céramique, décor peint sous glaçure
Musée du Louvre
J'espère que je ne vous ai pas trop embêtés avec mes céramiques d'Iznik. Mais il ne m'a jamais été permis d'en voir autant à la fois et je voulais vous en faire profiter. Si cela vous intéresse, allez faire un tour au musée du Louvre. Il y a plein d'autres pièces à découvrir.
Je ne vous ai pas parlé des panneaux décoratifs dont le Louvre possède une grande collection. Ce sera pour une autre fois. Il est temps que je change de sujet !
A bientôt !
P.S. Excusez la mise en pages, on ne fait pas toujours ce qu'on veut avec son ordinateur !
Partager cet article
Repost0
8 décembre 2012 6 08 /12 /décembre /2012 11:15

Devinette-du-8-decembre-2012.jpg

 

 

 

Bonjour,

 

Devinerez-vous ce que cette photo représente ?

La réponse lundi.

 

Bon week-end à tous !

 

 


 

Partager cet article
Repost0
5 décembre 2012 3 05 /12 /décembre /2012 15:36

 

 

Plat - Iznik - vers 1545-1555

Plat

Iznik, vers 1545-1550

Céramique, décor peint sous glaçure

Musée du Louvre

 

 

 

Bonjour,

 

Après l'introduction du bleu turquoise, la palette des céramiques d'Iznik s'enrichit encore d'une teinte rose ou aubergine, obtenue à partir d'oxyde de manganèse, et de différentes nuances de vert. 

 

Le répertoire décoratif subit aussi une profonde transformation. L'inspiration est moins abstraite, les compositions sont libérées de la géométrie.

 

 

 

 

Plat - Iznik - Vers 1545-1550 - 4

Plat

Iznik, vers 1545-1555

Céramique, décor peint sous glaçure

Musée du Louvre

 

 


Plat - Iznik - Vers 1545-1555 - 3

Plat

Iznik, vers 1545-1555

Céramique, décor peint sous glaçure

Musée du Louvre

 

 

 

Plat - Iznik - Vers 1545-1550 - 5 

Plat

Iznik, vers 1545-1550

Céramique, décor peint sous glaçure

Musée du Louvre


 

 

Branches fleuries évoquant le renouveau du printemps, grenades et variétés de fleurs cultivées dans les jardins ottomans envahissent les surfaces.

 

 

 

Carreau aux branches fleuries

Carreau aux branches fleuries

Iznik, vers 1540-1545

Céramique, décor peint sous glaçure

Musée du Louvre

 

 

 

Carreau aux branches fleuries - Iznik - Vers 1540-1545

Carreau aux branches fleuries

Iznik, vers 1540-1545

Céramique, décor peint sous glaçure

Musée du Louvre

 

 

 

Plat - Iznik - vers 1545-1555 - 2

Plat

Iznik, vers 1545-1555

Céramique, décor peint sous glaçure

Musée du Louvre

 

 

 

A bientôt pour la suite de l'histoire d'Iznik!

Partager cet article
Repost0
4 décembre 2012 2 04 /12 /décembre /2012 10:05

Plat - Iznik, vers 1510-1520

Plat

 Iznik, vers 1510-1520

Céramique, décor peint sous glaçure

Musée du Louvre 

 

 

Bonjour,

 

Lors de mon dernier voyage à Paris, je suis allée visiter la nouvelle aile du Louvre dédiée aux arts de l'Islam. J'ai pu y admirer de merveilleuses - et très nombreuses - pièces. Le Louvre possède en particulier une très importante collection de céramiques et, parmi elles, beaucoup de pièces provenant d'Iznik. La prise de photos sans flash étant autorisée au Louvre, je peux vous faire profiter de ma visite en vous présentant quelques-unes de ces pièces. Aujourd'hui, je vous montrerai les premières céramiques de l'Empire ottoman.

 

L'appellation "céramique d'Iznik" désigne les productions réalisées à partir de la seconde moitié du XVe siècle dans la ville d'Iznik (anciennement Nicée) en Turquie. Les potiers d'Iznik développent des décors et des coloris qui rencontrent un succès grandissant tout au long du XVIe siècle.

 

Après la prise de Contantinople et l'installation de la cour ottomane dans l'ancienne capitale byzantine, on observe un renouveau dans de nombreux domaines artistiques. Il apparaît une production de vaisselle de céramique d'une grande perfection technique répondant aux besoins d'une élite en demande d'objets de luxe et d'apparat. Cette production devait se poursuivre durant tout le XVIe siècle avant de connaître une période de lent déclin au cours du siècle suivant. Cette céramique s'est très rapidement exportée, en Italie notamment. La ville d'Iznik en fut le centre de production principal.

 

Jusque vers 1520, les décors sont dominés par des formes végétales stylisées propres au répertoire islamique ("rumi", en référence aux Seljoukides de Rum) et des motifs floraux dits "hatayi" inspirées de l'art chinois (Chine se disait "Hatay" en ottoman).

Un bleu de cobalt intense et profond est employé sur les plus anciennes pièces.

 

 

 

Carreau de bordure - Iznik, vers 1506

Carreau de bordure

Iznik, vers 1506

Céramique, décor peint sous glaçure

Musée du Louvre

 

 

Carreau de bordure - Iznik, vers 1512

Carreau de bordure

Iznik, vers 1512

Céramique, décor peint sous glaçure

Musée du Louvre

 

 

 

Lampe de mosquée - Iznik, vers 1510

Lampe de mosquée

Iznik, vers 1510

Céramique, décor peint sous glaçure

Musée du Louvre

 

 

 

Vase aux cyprès - Iznik, vers 1520-1525

      Vase aux cyprès

Iznik, vers 1520-1525

Céramique, décor peint sous glaçure

Musée du Louvre


 

 

Puis les compositions s'éclaircissent, s'aèrent et jouent l'alternance des fonds bleu et blanc. Vers 1520-1530, les céramistes explorent des voies nouvelles. Le répertoire se diversifie et des rehauts bleu turquoise (oxyde de cuivre) apparaissent.

 

 

 

Pichet - Iznik, vers 1530

Pichet

Iznik, vers 1530

Céramique, décor peint sous glaçure

Musée du Louvre

 

 

 

A bientôt pour la suite de la visite !


Partager cet article
Repost0
3 décembre 2012 1 03 /12 /décembre /2012 12:56

Vochol.jpg

 

 

 

Bonjour,

 

Après le Mexique, les États-Unis, c'est à la France de découvrir la Vochol®. Le musée du quai Branly l'a accueillie durant deux mois, du 2 octobre au 2 décembre dernier. Pour tous ceux qui n'ont pas eu l'occasion de la voir, j'écris ce petit article sur la Vochol.

 

Mais qu'est ce que c'est ?

 

Le nom de Vochol vient de la combinaison de vocho (appellation de la Coccinelle de Volkswagen au Mexique) et de Huichol, population vivant dans la Sierra Madre occidentale (au centre-ouest du Mexique). 

 

 

Arriere-Vochol.jpg

 

 

 

Le projet de la Vichol® a été initié pour mettre en valeur l'aspect rituel et le savoir-faire de la culture Huichol.

La Vichol® a été réalisée par huit artisans issus de deux familles  (les Bautista de Jalisco et les Ortiz de Nayarit) à partir du chassis d'une Volkswagen Coccinelle de 1990.

Cette voiture a été recouverte de 2 277 000 perles (soit environ 90 kg) qui ont été disposées selon des dessins inspirés de la culture traditionnelle huichol. On y trouve représentés les symboles de la culture huichol, des animaux, protecteurs des hommes, des scorpions, des serpents, l'aigle, médiateur entre les hommes et les dieux...

 

 

 

Vochol-arriere-detail.jpg

 

 

 

On y voit aussi le hikuri ou peyotl, petit cactus sans épines qui contient de la mescaline, connu pour ses propriétés psychotropes et hallucinogènes, que Carlos Castaneda, auteur de L'herbe du diable et la petite fumée, a associé à ses expériences. Ce cactus sacré est l'un des dieux des Huichols qui vont le récolter tous les ans lors de leur pélerinage sur la montagne sacrée de Wirikuta, à Real de Catorce, à la porte du désert de San Luis Potosi. Ce pélerinage est représenté au milieu du coffre.

 

 

 

Vochol-avant-droit.jpg

 

 

 

Ce projet  de l'AAMAP (Asociación de Amigos del Museo de Arte Popular), avec l'appui des États mexicains de Nayarit et Jalisco et de nombreuses institutions, a nécessité plus de 9 000 heures de travail. La Vochol® a été présentée dans les grandes institutions mexicaines, aux États-Unis et enfin à Paris. Elle sera vendue aux enchères et les fonds récoltés seront utilisés pour défendre et appuyer les plus de huit millions d'artisans mexicains.

 

Je vous laisse l'admirer...    

 

 

 

Vochol-detail-2.jpg

 

 

Vochol-detail.jpg

 

 

Vochol-portiere-avant-gauche-et-interieur.jpg

 

 

 

A bientôt !    


 

 



 

Partager cet article
Repost0
3 décembre 2012 1 03 /12 /décembre /2012 08:27

Fenetres.jpg

 

 

Bonjour,

 

Pas facile la dernière devinette... Personne n'a trouvé la bonne réponse. Il s'agissait du reflet de nuages au soleil levant sur les carreaux d'une fenêtre. 

 

J'adore photographier les reflets dans l'eau ou sur le verre (surtout quand les vitres sont en verre soufflé, ce qui déforme les images).

 

Ce que Zabeth pensait être la mer est en réalité une poutre située à l'intérieur. Paul pensait à une image satellite, à un littoral ou à une peinture sur verre. Mike voyait des peintures Art déco. Moi je voyais - tout en sachant ce que c'était - la mer au soleil couchant dans un lieu ressemblant à la baie d'Halong (où je ne suis jamais allée). En fait, on peut voir dans ces reflets tout ce qu'on veut et je remercie tous ceux qui ont fait marcher leur imagination.

 

J'aurais aussi pu vous montrer cette autre photo des mêmes fenêtres prise un peu avant avec un angle différent où l'on voit bien le toit d'une maison et des verrières déformées. 

 


 

rEFLET.jpg

 

 

 

Ou encore celle-là prise quelques minutes plus tard...

 

 

 

A-9h-19.jpg

 

 

 

A bientôt pour des photos plus conventionnelles !

Partager cet article
Repost0
30 novembre 2012 5 30 /11 /novembre /2012 21:17

 

Devinette du samedi 1er décembre

 

 

 

Bonjour,

 

Pouvez-vous me dire ce que cette photo représente?

 

 

A lundi pour la réponse et bon week-end!

 


Partager cet article
Repost0
28 novembre 2012 3 28 /11 /novembre /2012 08:09

 

 

L'Espagne vue de la Côte des Basques

 

 

Bonjour,

 

Juste quelques mots pour vous dire que je pars quelques jours pour d'autres cieux.

Profitez-en pour lire ou relire les derniers articles de ce blog (et les plus anciens) et pour laisser des commentaires (qui sont toujours les bienvenus).

 

 

A très vite ! 

Partager cet article
Repost0
27 novembre 2012 2 27 /11 /novembre /2012 08:06

 

Poulet Palava

 

 

Bonjour,

 

Je reste en Afrique aujourd'hui pour vous donner la recette d'un plat qui figurait sur la carte du restaurant du Musée national de Bamako que je vous ai montrée dimanche : le poulet Palava. C'était un de mes plats favoris quand j'allais dans ce restaurant. Et j'ai voulu le reproduire. Le problème était de trouver la recette. Dans mes livres de recettes africaines, aucune référence à ce plat. Il faut dire que mes livres sont en français et que ce plat est originaire de l'Afrique anglophone, plus particulièrement du Ghana où il est très populaire. Mais on le prépare aussi au Nigéria, au Liberia ou en Sierra Leone. J'ai donc cherché sur le net et ai trouvé de très nombreuses recettes de sauce palava, très différentes les unes des autres. J'ai appris qu'on pouvait utiliser la sauce palava pour agrémenter toutes sortes de viandes ou de poissons. On peut ajouter des gombos, utiliser des feuilles de taro ou des épinards. Je me suis fait ma propre recette avec les ingrédients que j'avais sous la main et c'est celle que je vous livre maintenant. 

 

 

 

Poulet Palava

 

Pour 4 personnes :

400 g de filets de poulet fermier

2 gousses d'ail

1 oignon moyen

4 tomates pelées et épépinées

2 cuillerées à soupe de beurre de cacahuètes ("crunchy" pour moi)

300 ml de bouillon de volaille

1 cuillerée à café de thym sec

250 g d'épinards en branches émincés (frais ou surgelés)

1 petit piment rouge

1 cuillerée à soupe d'huile d'arachide (dans les recettes originales on emploie de l'huile de palme)

Sel, poivre

 

 

Émincer finement les filets de poulet. Saler, poivrer. Faire sauter les lamelles de poulet avec l'ail écrasé dans une cocotte avec un peu d'huile à feu moyen. Réserver.

Faire revenir l'oignon émincé finement dans le reste de l'huile. Quand il devient transparent, ajouter les tomates coupées en dés et faire réduire à feu doux.

Ajouter ensuite le beurre de cacahuètes et la moitié du bouillon de volaille. Faire revenir à feu doux en remuant pendant 5 minutes puis ajouter le reste de bouillon, le thym, le piment émincé (dont vous aurez enlevé les graines) et les épinards hachés. Rectifier l'assaisonnement, ajouter le poulet et faire cuire à feu moyen pendant 15 minutes environ.

Servir avec du riz blanc, du foufou et/ou des bananes plantain bouillies.

 

Bon appétit !

 

 

P.S. Le poulet Palava du restaurant du Musée national était plus onctueux et plus gras. Le poulet était du "poulet bicyclette" effiloché, moins sec que le blanc de poulet, le plat devait contenir du gombo (qui donne à la sauce un côté gluant) et était fait à l'huile de palme qui donne un goût particulier. Mais comme vous le savez tous, l'huile de palme n'est pas vraiment recommandée du fait de sa teneur en acides gras saturés. Il vaut donc mieux en limiter la consommation. 


Je vous montre une photo de ce plat prise avec mon téléphone...

 

Poulet-Palava-du-restaurant-du-Musee-national-a-Bamako.jpg


Partager cet article
Repost0

Profil

  • La nutrition en couleurs
  • Médecin nutritionniste, passionnée par la lumière et les couleurs, j'aime faire partager à ceux qui m'entourent mes connaissances en cuisine et en nutrition pour qu'ils puissent concilier santé, plaisir et gourmandise.
  • Médecin nutritionniste, passionnée par la lumière et les couleurs, j'aime faire partager à ceux qui m'entourent mes connaissances en cuisine et en nutrition pour qu'ils puissent concilier santé, plaisir et gourmandise.

Droits réservés

Les images de ce blog (dessins, photos...) ne sont pas libres de droits

Recherche