750 grammes
Tous nos blogs cuisine Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 février 2012 6 11 /02 /février /2012 09:08

 

Figues-surgelees-et-miel.jpg

 

Bonjour,

 

La France grelotte. Dans la plupart des régions, les températures sont négatives, du moins la nuit quand le soleil ne brille pas.

Vous savez que l'homme est homéotherme, c'est à dire qu'il doit maintenir sa température interne constante à 37°C. Quand la température extérieure varie entre 20 et 22°(neutralité thermique), l'organisme ne dépense presque pas d'énergie pour cette thermorégulation. Mais lorsque la température extérieure s'écarte de la neutralité thermique, le maintien de la température interne à 37° implique une dépense d'énergie supplémentaire. Par temps froid, l'équilibre est maintenu par une augmentation de la thermogénèse (par les contractions musculaires qui permettent de lutter contre le froid), par temps chaud, par une augmentation de la thermolyse (par vaporisation de l'eau de la sudation qui permet de lutter contre la chaleur). La dépense énergétique liée à la thermorégulation a diminué de nos jours, dans nos régions, du fait du chauffage et de la climatisation. Mais sachez qu'elle peut être importante. Elle est en effet très variable selon la température de l'air. Ce que résume le tableau ci-dessous. 

 

 

Température de l'air (°C) Dépense énergétique (kJ/heure)
0 12,6
10 6
18 3,6
30 7

Dépense énergétique en fonction de la température de l'air (d'après Scérén-CNDP)

 

 

Vous comprenez maintenant pourquoi vous avez faim depuis quelques jours ? Et pourquoi vous avez envie de manger des aliments à forte densité calorique ? Mais que cette explication ne vous pousse pas à avaler n'importe quoi sous prétexte que vous dépensez plus pour la thermorégulation quand il fait très froid ou quand il fait très chaud. Ceci n'est valable que si vous ne vivez pas avec le chauffage ou en climatisé, ceci est variable suivant la façon dont vous êtes habillés...

Mais je vous donne quand même la recette du crumble aux figues (surgelées) que j'ai fait pour me réchauffer (le four chauffe très bien la cuisine !) 

 

 

 

Crumble aux figues

 

Pour 6 ramequins : Crumble aux figues

600 g de figues surgelées

100 g de farine

65 g de beurre salé

65 g de sucre cristallisé

2 cuillerées à soupe de miel

 

Préchauffer le four à 200°. Répartir les figues surgelées dans les ramequins et les arroser d'un filet de miel. Mettre les ramequins à chauffer au four à micro-ondes, à puissance maximale pendant 3 minutes. Pendant ce temps, préparer le crumble en mélangeant la farine, le sucre et le beurre froid coupé en petits dés jusqu'à obtenir une sorte de semoule irrégulière. Disposer ce crumble sur les figues et enfourner pendant 30 minutes environ. Servir tiède.

 

 

Bon appétit !

Partager cet article
Repost0
31 janvier 2012 2 31 /01 /janvier /2012 08:45

Brochettes-de-poisson.jpg

 

Bonjour,

 

Pour illustrer ce que je vous ai dit hier soir, j'ai préparé pour le dîner des brochettes de poisson. Que j'ai faites avec ce que j'avais dans mon congélateur. Et dans mon placard...

Une bonne idée pour diversifier les espèces de poisson. Je vous en donne la recette. Une recette des plus simples, facile et rapide à préparer. Que l'on peut utiliser pour un repas de fête ou pour n'importe quelle occasion. Seul petit défaut : les poissons utilisés pour les brochettes sont souvent chers car on ne peut employer que des filets ou de grosses crevettes ou des coquilles Saint Jacques. Les poissons et fruits de mer surgelés, moins coûteux que les produits frais, bien décongelés (je pense surtout aux coquilles Saint Jacques qu'il est bon de faire tremper dans un mélange de lait et d'eau pendant 2 heures avant emploi), peuvent parfaitement faire l'affaire pour cette recette.

 

 

 

Brochettes de poisson surgelés

 

Pour 6 personnes :

 

2 filets de saumon

3 filets de poisson blanc (cabillaud, merlu, lotte...)

6 coquilles Saint Jacques (ou 6 grosses crevettes)

2 grosses échalotes

10 g de beurre

1 cuillerée à café bombée de farine

2 cuillerées à soupe de Noilly Prat

20 cl de crème fraîche

1 pincée de piment d'Espelette

1 pincée de safran en filaments

Sel, poivre

 

Couper les poissons choisis en gros cubes. Les enfiler sur des brochettes.

Peler et ciseler finement les échalotes. Les faire blanchir dans une petite casserole avec un peu d'eau. Saler, poivrer. Quand l'eau s'est évaporée, ajouter le beurre et la farine et remuer avec une cuillère en bois pour faire un roux. Ajouter le Noilly Prat puis la crème fraîche, le safran et le piment d'Espelette. Faire épaissir et réserver.

Faire cuire les brochettes dans une poêle avec un petit filet d'huile d'olive ou à la plancha. Saler. Faire réchauffer la sauce à l'échalote après avoir rectifié l'assaisonnement.

Servir les brochettes recouvertes de sauce avec quelques petits légumes braisés et du riz blanc.

 

 

Bon appétit !

 

 

 

Partager cet article
Repost0
30 janvier 2012 1 30 /01 /janvier /2012 14:57

2967660244_6a1a7b4280.jpg

 

Bonjour,

 

Je vous ai dit l'autre jour (cf. Mangez du poisson ! ) que manger du poisson était bon pour la santé. J'ai eu de nombreuses réactions au sujet de cet article. Et je veux faire une petite mise au point.

Certes la consommation de poisson permet de couvrir les besoins en nutriments bénéfiques (et notamment en acides gras oméga 3). Mais les poissons sont considérés depuis de nombreuses années comme des contributeurs potentiels de substances toxiques comme le méthylmercure et les dioxines et PCB (polychlorobiphényles).

Les poissons contiennent tous des acides gras oméga 3 mais à des teneurs très différentes d'une espèce à une autre. Les poissons dits "gras" ont une teneur en lipides supérieure à 2%, les poissons dits "maigres" inférieure à 2%. Les poissons gras contiennent plus d'acides gras oméga 3 (EPA ou acide icosapentaénoïque et DHA ou acide docosahexaénoïque) que les poissons maigres. Mais à teneur lipidique équivalente, les poissons n'ont pas la même teneur en DHA et EPA. Ce que je résume dans le tableau ci-dessous tiré du rapport de l'AFSSA du 14 juin 2010 relatif aux bénéfices/risques liés à la consommation de poisson.

 

Teneur en lipides totaux

Teneur en ω 3

EPA et DHA

Espèces de poissons

 

Poissons gras (>2%)

Forte teneur

(3 g/100 g)

Saumon, sardine, maquereau, hareng, truite fumée
Teneur moyenne (1,4 g/100 g) Rouget, anchois, pilchard, bar ou loup, truite, dorade, turbot, éperlan, brochet, flétan
Poissons maigres (<2%)

Faible teneur

(0,3 g/100 g)

Thon (conserve), colin ou lieu noir, cabillaud, merlan, sole, julienne, raie, merlu, baudroie ou lotte, carrelet ou plie, limande

 

Les poissons sont les premiers contributeurs de l'exposition au méthylmercure (MeHg). Le système nerveux du foetus étant très sensible au MeHg pendant son développement, l'AFFSA a recommandé aux enfants de 0-30 mois et aux femmes enceintes ou allaitantes d'éviter la consommation d'espadon, marlins et sikis ainsi que de requin et de lamproie, poissons prédateurs sauvages qui présentent des taux élevés de MeHg.

Le risque d'exposition aux dioxines et PCB augmente avec le nombre de poissons consommés et surtout avec le nombre de poissons gras consommés. Le risque de surexposition aux PCB par la consommation de poissons est avéré en raison de la contamination importante de certaines espèces très bioaccumulatrices (en particulier l'anguille, certains poissons d'eau douce comme le barbeau, le brème, la carpe...,  certains poissons gras...). Il est recommandé de limiter la consommation de ces espèces particulièrement pour les femmes en âge de procréer, enceintes ou allaitantes et les enfants de moins de 3 ans.

 

En conclusion, il est recommandé de manger deux portions de poisson par semaine (une de poisson maigre et une de poisson gras) pour couvrir les besoins en oméga 3 et limiter le risque de surexposition aux contaminants. Le respect de ces recommandations permet de plus d'améliorer les apports alimentaires en vitamine D (dont les poissons gras constituent la meilleure source).

Essayez de varier les espèces, les lieux d'approvisionnement (poissons sauvages, poissons d'élevage, lieux de pêche...) et mangez du poisson sans appréhension !

 

 

A bientôt ! 

 

Partager cet article
Repost0
27 janvier 2012 5 27 /01 /janvier /2012 16:00

Coriandre fraîche

 

Bonjour,

 

J'ai promis l'autre jour à une amie d'écrire des articles sur les herbes et les épices. Je commence aujourd'hui par la coriandre ou Coriandrum sativum qui est l'une des herbes les plus couramment utilisées dans le monde. Appelée aussi persil arabe, persil chinois, son nom français vient du latin coriandrum tiré du grec κορίανδρον ( il semblerait que la coriandre tire son nom grec de  κορις qui signifie "punaise", car on reproche souvent à cette plante herbacée d'avoir une odeur de punaise). Les Arabes l'appellent kosbor (كزبور ). Les Espagnols cilantro.

 

Fleurs-de-coriandre.jpgC'est une plante herbacée de la famille des Apiacées (Ombellifères). Originaire du bassin méditerranéen, d'Asie Mineure ou du Proche-Orient, elle était utilisée par les Égyptiens, par les Grecs et par les Romains. Elle est mentionnée dans la Bible.

Au Moyen Âge, elle est répandue dans toute l'Europe. Elle est introduite en Amérique par les Espagnols.

 

La coriandre est utilisée pour ses feuilles et pour ses graines.

Les feuilles sont indissociables de la cuisine du sud-est asiatique (qui se sert aussi des racines de coriandre), de l'Inde, de l'Amérique latine et de celle du Maghreb et du Moyen-Orient. En Occident (sauf au Portugal), on ne les utilisait pas, car on leur reprochait de dégager une odeur fétide. Mais, sous l'influence des cuisines étrangères, la coriandre est devenue aujourd'hui l'une des herbes les plus populaires.

 

Les graines (ou fruits) de la coriandre graines de coriandresont un des constituants des poudres et des pâtes de curry. Elles sont cultivées et utilisées sèches, entières ou moulues, en Russie, en Ukraine, en Roumanie, en Chine, en Inde, au Pakistan, en Argentine ou au Mexique. On en tire une huile essentielle qui est très employée en boulangerie et en charcuterie, en parfumerie ainsi que dans certains produits pharmaceutiques.

 

De nombreuses vertus sont traditionnellement attribuées à la coriandre qui est cultivée comme plante médicinale depuis l'Antiquité. On lui reconnaît des propriétés stomachiques et carminatives : elle est utilisée dans le traitement des troubles digestifs comme les ballonnements, les spasmes, les flatulences... Elle serait stimulante et excitante et entre dans la composition de l'Eau de mélisse des Carmes. A hautes doses, elle serait narcotique et anxiolytique. Elle est pour cela employée en Iran contre l'anxiété et les insomnies.

Tous ses effets sur la santé n'ont pas encore été étudiés ou que partiellement et surtout chez l'animal. Mais on connaît ses principes actifs. La coriandre contient de nombreux anti-oxydants, surtout des acides phénoliques mais aussi des coumarines, des terpénoïdes et des flavonoïdes. Les feuilles de la coriandre sont aussi très riches en bêta-carotène.

Ce sont également une excellente source de vitamine K dont on connaît le rôle dans la coagulation sanguine (ce qui est à prendre en compte lors de traitement anti-coagulant).

Attention ! La coriandre peut être à l'origine d'allergies chez les personnes sensibles aux ombellifères.

 

En attendant les résultats d'études chez l'homme sur l'activité anti-oxydative de la coriandre, sur son activité antibactérienne et sur ses effets sur les lipides sanguins, contentons-nous d'en user en cuisine. Les graines moulues parfument agréablement nombre de tajines. Quant aux feuilles, elles sont indispensables dans la confection d'un couscous, de nombreux plats asiatiques, de la salsa mexicaine ou du guacamole...

 

N'hésitez pas à planter des graines de coriandre dans votre jardin, que vous habitiez en zone tempérée ou sous des climats plus chauds (les photos ci-dessus ont été prises dans mon jardin à Bamako). Vous pourrez ainsi récolter des feuilles quand vous en aurez besoin, avant l'apparition des fleurs. A moins que vous ne vouliez récolter les graines.

 

Je vous donne ma recette de guacamole pour illustrer cet article sur la coriandre.

 

 

 

GuacamoleGuacamole.jpg

 

Pour un bol de guacamole :

 

3 avocats

1 petit oignon

1 tomate

1 citron vert

Quelques feuilles de coriandre fraîche

Tabasco

Sel

 

Mixer la chair des avocats. Peler et hacher très finement l'oignon. Peler et épépiner la tomate et la couper en petits dés. Mélanger la purée d'avocat, l'oignon et la tomate. Ajouter le jus du citron vert et quelques gouttes de Tabasco. Saler et parsemer de quelques feuilles de coriandre fraîche grossièrement ciselées. Conserver au réfrigérateur avant emploi.

Un petit truc pour éviter que le guacamole brunisse : incorporer dans le bol un des noyaux d'avocat que vous enleverez juste avant de servir. Essayez, ça marche !

 

 

A bientôt !

 

Partager cet article
Repost0
27 janvier 2012 5 27 /01 /janvier /2012 10:38

Lentilles-a-la-marocaine.jpg

 

Bonjour,

 

Je vous ai déjà dit tout le bien que je pensais des lentilles (cf. Des lentilles pour devenir riche... ).

Aujourd'hui, le ciel est gris. Je cherchais un plat pour nous réconforter et nous consoler de l'absence de soleil. Et j'ai trouvé : des lentilles à la marocaine. Rien de tel pour se donner le moral. Je vous en donne ma recette.

 

 

Lentilles à la marocaine

 

Pour 6 personnes :

 

250 g de lentilles

1 gros oignon

3 gousses d'ail

2 grosses tomates ou une boîte de pulpe de tomates

Quelques branches de persil plat et de coriandre

Huile d'olive

1 cuillerée à café de cumin en poudre

2 cuillerées à café de piment doux

1/2 cube de bouillon de poule dégraissé

Sel, poivre

 

Peler et émincer finement l'oignon. Le faire revenir dans une cocotte avec un filet d'huile d'olive puis ajouter l'ail écrasé. Quand les oignons commencent à prendre couleur, ajouter les tomates pelées et coupées en petits dés (ou la pulpe de tomates), le cumin, le piment, le bouillon de poule et les lentilles préalablement rincées. Recouvrir avec trois bols d'eau. Poivrer. Couvrir et faire mijoter à feu doux pendant une demi-heure. Rectifier l'assaisonnement.

Ajouter le persil et la coriandre ciselés. Servir chaud ou froid en salade.

 

Bon appétit !

Partager cet article
Repost0
26 janvier 2012 4 26 /01 /janvier /2012 09:13

La Garonne

 

Bonjour,

 

J'ai été absente assez longtemps et pour me faire pardonner je vous adresse quelques photos d'un petit coin plein de charme où je suis passée : le port de Lagrange à Parempuyre.

Parempuyre, c'est une petite ville du Médoc, située au nord de Bordeaux, pas très loin de l'estuaire de la Gironde.

En hiver, c'est assez calme, surtout le dimanche et surtout quand il ne fait pas beau. Mais, regardez vous-même. Je suis sûre que vous aurez envie d'aller vous y promener aux beaux jours.

 

Les bords de la Garonne

 

Vous y verrez ces jolies cabanes qui servent pour la pêche au carrelet. Et tout le long de la Garonne, vous trouverez de quoi vous restaurer dans les nombreux restaurants qui s'y sont installés (mais qui sont fermés en hiver, le plus souvent).

 

Cabane-pour-la-peche-au-carrelet.jpg 

Carrelet.jpg

 

En regardant vers Bordeaux

 

Certains se sont aménagés de petites terrasses sur le quai. Pour pouvoir admirer le paysage ou pour prendre un petit apéro après la pêche...

 

Petite terrasse sur la Garonne

 

En face

 

D'autres préfèrent voir pousser les fleurs... Il y en a même en ce moment.

 

 

Souci

 

Perdues dans la mousse...

 

Mousse.jpg

 

Enseigne 

 

 

Rue du Port de Lagrange

 

 

A bientôt ! 

 

 

Partager cet article
Repost0
20 janvier 2012 5 20 /01 /janvier /2012 17:32

Habas-con-jamon.jpg

 

Bonjour,

 

Aujourd'hui temps gris et petite pluie fine. Quelques rayons de soleil m'ont permis d'aller faire mon marché au rayon des surgelés. J'avais en vérité une petite idée derrière la tête : celle de préparer des fèves au jambon. C'est mon amie du blog "Darluna" qui me l'avait soufflée. Or, où trouver des fèves en cette saison si ce n'est au rayon des surgelés ?

Il y en avait deux sortes, des pelées et de plus petites non pelées. J'ai pris aujourd'hui des pelées. Vous allez me dire que rien ne vaut les légumes frais. Je ne suis pas d'accord. Mieux vaut un légume cueilli en pleine saison, à maturité et surgelé qu'un légume resté souvent plusieurs jours sur l'étal de votre marchand de fruits et légumes. Les légumes surgelés contiennent pratiquement autant de vitamines que les légumes frais et plus que des légumes qui ont traîné longtemps dans votre réfrigérateur.

Mais revenons à mes fèves. Pour vous dire que la fève est un légume intéressant au point de vue nutritionnel. Elle contient en effet beaucoup plus de protéines que la plupart des légumes frais (5 à 6 g pour 100 g contre 1 à 2 g pour 100 g). Ces protéines végétales sont très riches en lysine mais légèrement déficitaires en méthionine et en cystine. En consommant en même temps des fèves et des céréales ou une petite quantité de protéines animales, on réalise une association optimale pour la qualité protéique de l'alimentation. Quand on mange un plat de fèves, on peut réduire ainsi la portion de viande du repas (ce qui permet ainsi de limiter l'apport en graisses saturées présentes surtout dans les produits d'origine animale).

De plus, la fève contient beaucoup de fibres (6,5 g pour 100 g) qui permettent de renforcer l'apport souvent insuffisant du reste de la ration alimentaire. Ces fibres aident à lutter contre la paresse intestinale (surtout quand les fèves sont consommées crues).

Les fèves contiennent aussi des quantités intéressantes de vitamines (du groupe B, de la vitamine C et un peu de vitamine E), du fer, du calcium, du magnésium...

Certains me diront que les fèves sont très caloriques. Je leur répondrai qu'elles le sont plus effectivement que les légumes frais en général (60 kcal pour 100 g contre 20 à 40 g en général) mais moins que les petits pois ou les pommes de terre. En effet, la fève est riche en matières sèches (18% à l'état cru contre 6 à 12% dans la plupart des légumes frais). Les calories de la fève sont donc bien l'inverse de "calories vides" (source : Aprifel).

Vous êtes convaincus ? Vous voulez la recette ? Je ne sais pas si elles sont aussi bonnes que celles de Castañeda à Grenade (dont parle le blog "Darluna") mais elles sont quand même délicieuses. Et c'est un plat particulièrement bien équilibré. Que demander de plus ?

Je vous donne la recette de ce plat typiquement espagnol de la région de Grenade (où on le prépare avec le fameux jambon des Alpujarras).

 

 

Fèves au jambon (Habas con jamón)

 

Pour  4 personnes :

600 g de petites fèves (fraîches ou surgelées)

1 gros oignon

100 g de jambon sec coupé en petits dés (j'ai utilisé du jamón Ibérico mais vous pouvez utiliser un autre jambon sec)

1 cube de bouillon de pot au feu dégraissé

250 ml d'eau

Huile d'olive

 

Peler les fèves si elles sont fraîches.

Peler l'oignon et l'émincer finement.

Le mettre à revenir dans une cocotte à feu doux avec un filet d'huile d'olive. Quand l'oignon devient transparent, ajouter les dés de jambon puis les fèves. Faire revenir un instant puis ajouter l'eau et le cube de bouillon (ou 250 ml de bouillon fait maison). Bien remuer et laisser revenir à feu doux pendant une vingtaine de minutes.

 

 

Bon appétit !

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
19 janvier 2012 4 19 /01 /janvier /2012 09:40

 

4536649569_2e4267cb70.jpg 

Bonjour,

 

Je vous ai dit hier qu'il fallait manger du poisson et particulièrement du poisson gras au moins deux fois par semaine. Pour illustrer ce conseil, je vous propose aujourd'hui des rillettes de sardine, bourrées d'oméga 3. Une recette facile que vous pouvez préparer très rapidement et qui plaira à tous pour l'apéritif.

 

 

Pour un bol de rillettes :

 

1 boîte de sardines à l'huile

2 cuillerées à soupe de fromage blanc

1 cuillerée à café de moutarde à l'ancienne

1 filet d'huile d'olive

Quelques brins de ciboulette

1 échalote

1 pincée de piment d'Espelette

 

Ouvrir les sardines, les égoutter et retirer l'arête centrale. Éplucher et ciseler très finement l'échalote. Mixer très rapidement (la pâte obtenue ne doit pas être lisse) les sardines avec le fromage blanc, la moutarde,l'échalote et un filet d'huile d'olive. Ajouter la ciboulette ciselée et le piment d'Espelette. Mettre au frais avant de servir avec des tranches de pain grillé.

 

 

Bon apéritif !

 

A bientôt !

Partager cet article
Repost0
18 janvier 2012 3 18 /01 /janvier /2012 13:36

Sardines

 

Bonjour,

 

Une étude récente sur l'influence de la consommation de poisson sur le cerveau a fait l'objet d'une communication  lors du dernier congrès de la Société de Radiologie d'Amérique du Nord (RSNA)*.

Des chercheurs ont suivi pendant 10 ans 260 sujets n'ayant aucun trouble cognitif et ont comparé par IRM en 3D le volume de leur cerveau. Les personnes consommant du poisson de façon régulière et plus d'une fois par semaine conserveraient un volume de substance grise supérieur à ceux qui en consomment peu. Ce maintien de la substance grise est particulièrement marqué dans certaines aires telles que l'hippocampe et le cortex cingulaire postérieur et orbifrontal. Or on sait que l'altération de ces zones a un lien avec les troubles cognitifs et la maladie d'Alzheimer.

 

Cet effet conservateur de la consommation de poisson sur le volume de la substance grise semble être lié aux acides gras oméga 3 car il n'est pas retrouvé chez les personnes consommant le poisson frit, c'est à dire cuit à haute température. Or on sait que ces acides gras oméga 3 sont très sensibles à la chaleur.

 

On savait déjà que ces acides gras avaient un rôle dans la prévention et le traitement des maladies cardio-vasculaires et sur le cerveau. Mais c'est la première fois que l'on démontre physiquement le rôle des oméga 3. D'autres études sont encore à réaliser pour étayer ces premières conclusions.

 

En attendant, mangez du poisson au moins deux fois par semaine et en particulier des poissons gras tels que le saumon, le thon, le maquereau ou les sardines qui sont les plus riches en acides gras oméga 3. N'oubliez pas que le poisson est aussi une source de protéines d'excellente qualité, qu'il contient aussi de nombreux minéraux comme le phosphore, le magnésium, le zinc, le cuivre, le sélénium... et des vitamines du groupe B. Préparez le poisson de préférence au court bouillon, en papillote ou grillé ou encore cru...

 

Bon appétit !

 

216424492_3e715ca9c5.jpg

 

* Radiologic Society of North America 97th Scientific Assembly and Annual Meeting : Abstract SST 11-04. Presented November 29, 2011

Partager cet article
Repost0
15 janvier 2012 7 15 /01 /janvier /2012 17:56

Hiver-a-Souraide.jpg

 

 

Bonjour,

 

Quelques photos du Pays basque en hiver prises sur le golf de Souraïde ce matin pour mes amis de Bamako... et pour tous les autres.

 

Au départ du 1, tout est givré.

 

 

Depart-trou-n-1.jpg

 

 

 

Tout est givré

 

 

 

Vue sur le practice

 

 

 

Trou n°4

 

 

 

Le trou n°8

 

 

Mais le soleil brille et il fait vite presque chaud...

 

 

Trou n°3

 

 

 

Moutons

 

 

Tout est redevenu vert

 

 

Collines du Pays basque

 

 

 

Moutons à Souraïde

 

 

 

Paysage

 

 

 

Trou n°6

 

 

Et les ajoncs brillent au soleil

 

 

Ajoncs.jpg

 

 

A bientôt !

Partager cet article
Repost0

Profil

  • La nutrition en couleurs
  • Médecin nutritionniste, passionnée par la lumière et les couleurs, j'aime faire partager à ceux qui m'entourent mes connaissances en cuisine et en nutrition pour qu'ils puissent concilier santé, plaisir et gourmandise.
  • Médecin nutritionniste, passionnée par la lumière et les couleurs, j'aime faire partager à ceux qui m'entourent mes connaissances en cuisine et en nutrition pour qu'ils puissent concilier santé, plaisir et gourmandise.

Droits réservés

Les images de ce blog (dessins, photos...) ne sont pas libres de droits

Recherche