750 grammes
Tous nos blogs cuisine Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 mai 2011 6 14 /05 /mai /2011 14:59

 

 Cerises

 

Bonjour,

 

Je vous ai parlé du vert, du bleu, du jaune, du noir, de l'ocre... mais jamais du rouge. J'aurais pu aborder le sujet quand je vous ai parlé de la tomate. Et pourtant le rouge est "la" couleur par excellence. Le latin coloratus comme l'espagnol colorado signifient d'ailleurs "coloré" et aussi "rouge". En russe, le mot  красный ("rouge") signifie aussi "beau".

La couleur rouge est celle qui est la mieux perçue à distance par l'oeil humain car c'est celle qui se réfracte le plus rapidement sur la rétine. Peu présent dans la nature, le rouge tranche avec l'environnement. C'est la couleur du feu et celle du sang.

 

Dans l'Antiquité, le rouge est la couleur du pouvoir. Le Dieu Mars, les centurions romains et certains prêtres sont vêtus de rouge. La couleur rouge est associée à la mise en scène du pouvoir et du sacré.

Dès le Moyen Âge, le rouge est l'une des couleurs liturgiques. Associé au blanc, le rouge est le symbole de l'Église, de la papauté et de rituels. Les cardinaux sont vêtus de rouge dès le XIIIe siècle.3482060905_6e900e7a35.jpg Le rouge est la couleur de la Pentecôte et de l'Esprit Saint. Il brille, il anime, il purifie. C'est aussi la couleur des flammes de l'enfer et celle du Diable dont l'habit est souvent rouge (comme le feu) ou rouge et noir (comme les ténèbres dans lesquelles il évolue). Le rouge est aussi la couleur du sang du Christ et de la rédemption. C'est lui qui est présent, sous l'espèce du vin, dans le sacrifice de la messe.

Mais c'est aussi la couleur de la colère et de la violence, celle des assassins et des criminels, des prostituées et de tous ceux qui transgressent l'ordre social, moral ou religieux.

 

Le rouge est la première couleur stable dans l'histoire des teintures. Dans la Rome impériale, on le fabrique avec le murex, un coquillage rare des bords de la Méditerranée. On obtient une couleur plus ou moins éclatante par fermentation du liquide jaune contenu dans la glande du coquillage. Les tissus teints avec le murex sont réservés à l'empereur et aux chefs de guerre. Les techniques de teinture au murex se perdent et au Moyen Âge, on utilise le kermès vermilio, cochenille qui parasite certaines espèces de chênes, pour obtenir des tissus d'un rouge éclatant.  Cette teinture, connue depuis l'Antiquité, utilise les oeufs des cochenilles femelles qui sont séchés puis broyés. Elle nécessite des quantités énormes de femelles pour obtenir un peu de matière colorante (avec un kg d'oeufs, on obtient 10 g de pigment pur), ce qui explique que les tissus teints au kermes sont réservés aux princes et aux grands dignitaires. Les paysans se contentent de la garance qui donne une teinte moins éclatante. La garance est une plante grimpante dont les racines contiennent une substance rouge, l'alizarine.

 

Avec la Réforme, le rouge devient immoral. En effet, dans un passage de l'Apocalypse, saint Jean raconte la chevauchée de la grande prostituée de Babylone sur une bête venue de la mer. Et à la fin du XVIe siècle, les hommes ne s'habillent plus en rouge (à l'exception des cardinaux et des membres de certains ordres de chevalerie).  Mais les femmes continuent à porter du rouge et en particulier les mariées, surtout chez les paysans. Cela est l'usage jusqu'au XIXe siècle. Les prostituées aussi portent du rouge. Elles en ont même l'obligation pour qu'on puisse les distinguer des autres femmes (c'est aussi la raison pour laquelle on accrochait une lanterne rouge à la porte des maisons closes). Car le rouge est aussi la couleur du danger, de l'interdit. 3619400519_f2f902a0e5.jpg

 

En 1789, l'Assemblée constituante décrète qu'en cas de troubles, un drapeau rouge sera placé aux carrefours pour signifier l'interdiction d'attroupements. En 1791, Le maire de Paris fait hisser le drapeau rouge face à la menace d'émeute au Champ-de-Mars. Les gardes nationaux tirent sans sommation et l'on compte une cinquantaine de morts. Le drapeau rouge, teint du sang des "martyrs de la révolution" devient l'emblème de la révolution. En 1848, ce sont les insurgés qui le brandissent  devant l'Hôtel de Ville et il s'en faut de peu pour qu'il ne remplace pas le drapeau tricolore. Le drapeau rouge est le symbole des luttes sociales. La Russie soviétique l'adopte en 1918 et la Chine communiste en 1949.

 

Dans le domaine de la signalisation routière, les panneaux d'interdiction ou de danger sont rouges. Le rouge des feux tricolores ordonne aux automobilistes de s'arrêter, comme le drapeau rouge, sur les plages surveillées, interdit la baignade. 223895331_f8f33f2384.jpg Le rouge symbolise le danger. Il y a l'alerte rouge, le carton rouge, le téléphone rouge...

 

 

 

Le symbole de la Croix Rouge Internationale comme celui du Croissant rouge sont nés au XIXe siècle. L'emblème de la5609695312_93607214a9.jpg Croix Rouge, adopté en 1864 par les Conventions de Genève, n'est en fait que le drapeau suisse inversé. dans certains pays qui y voyaient un symbole chrétien, il a été remplacé par le Croissant Rouge.

 

Le rouge est aussi un symbole de reconnaissance d'un mérite. Il en est ainsi pour la décoration de la Légion d'Honneur. Dans un tout autre domaine, le Label Rouge permet d'identifier les produits de qualité.

ruban-rouge.pngQuant au ruban rouge, il est accroché sur les vêtements pour afficher sa solidarité vis à vis des personnes atteintes du VIH ou du sida.

 

Le rouge est aussi le symbole de la fête, du luxe, du spectacle. C'est une des couleurs les plus utilisées pour les décorations de Noël. C'est la couleur dominante des lieux de plaisir et de divertissement. Les salles de théâtre et les opéras sont le plus souvent habillées de rouge, du sol au plafond et des fauteuils aux rideaux. Le tapis rouge est déroulé pour accueillir les hôtes de marque et généralement déployé à l'entrée des hôtels et palaces ou des salles de festival. La muleta

 

Le rouge est une couleur excitante. Cela explique peut-être la couleur rouge de la muleta employée par le torero au cours de la faena. En réalité, contrairement à une idée reçue, le taureau ne peut voir cette couleur et il n'est attiré que par le mouvement de cette étoffe rouge.

 

Il n'en reste pas moins que le rouge attire l'oeil humain. Ce n'est donc pas pour rien qu'on l'associe à la passion et à l'érotisme.

 

Évoquant le danger et la séduction, le rouge ne peut laisser indifférent. En décoration, il est conseillé de l'employer par Veranda-la-nuit.jpgpetites touches car il peut donner trop de caractère à une pièce. Convivial et sensuel, le rouge donne aux pièces une ambiance feutrée et lumineuse.

   

Peut-être plus encore que les autres couleurs, le rouge est une couleur ambivalente et porteuse de symboles multiples.

 

 

A bientôt !

Partager cet article

Repost0
13 mai 2011 5 13 /05 /mai /2011 16:56

Spadice-de-Dypsis-madagascariensis.jpg

 

Bonjour,

 

Vous vous demandez ce que représente la photo ci-dessus ? Ce ne sont pas des larves, ce ne sont pas de nouveaux légumes. Ça fait partie du monde végétal mais ce n'est pas comestible, pas à ma connaissance du moins. Vous donnez votre langue au chat ? C'est le détail du spadice d'un palmier, le Dypsis madagascariensis.

 

Ce palmier, originaire de Madagascar a un stipe aux anneaux proéminents et des feuilles plumeuses.

 

Spathe et spadice de Dypsis madagascariensisLe spadice est une inflorescence en épi ou en panicule enveloppée par une spathe. La spathe est une bractée en forme de sac, de cornet, enveloppant un spadice (définitions du Petit Robert).

Les spadices sont caractéristiques de la famille des Arecaceae (ou arécacées) ou Palmae (ou palmiers) et de celle des Araceae (dont font partie les arums).

 

Les inflorescences femelles du palmier-dattier (Phoenix dactylifera) ont trois carpelles indépendants dont un seul se développe pour former la datte. Régime de dattes

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je vous montre quelques photos du Dypsis madagascariensis.Dypsis madagascariensis

 

 

 

 

 

 

 

Stipe de Dypsis madagascariensisElle n'est pas belle, la nature ?

 

 

A bientôt !

Partager cet article

Repost0
10 mai 2011 2 10 /05 /mai /2011 11:23

Lentilles

 

 

Bonjour,

 

Il paraît qu'il faut manger des lentilles pour devenir riche. Les Italiens recommandent d'en consommer le premier jour de l'An. Les sorcières qui pratiquent la magie blanche, prescrivent à ceux qui veulent devenir riches, des lentilles sans viande ni assaisonnement le premier dimanche de l'année. Cette prescription est encore plus efficace si on la renouvelle une fois par mois mais obligatoirement le jeudi. Il faut ne manger aucun autre aliment, ni au repas de midi, ni au repas du soir.

D'autres recommandent de manger, la nuit de la Saint Sylvestre, du raisin, des lentilles et des dattes, cela apporte la santé et attire la chance.

Et s'ils avaient raison... Je ne sais pas si les lentilles font devenir riches, mais ce qui est sûr c'est qu'elles ont des atouts majeurs pour la santé. Des études ont montré que la consommation régulière de lentilles comme d'autres légumineuses permettaient un meilleur contrôle du diabète, diminuait le risque de maladies cardiovasculaires et de cancer colorectal.

 

Les lentilles sont, comme les autres légumineuses, riches en protéines mais manquent d'un acide aminé, la méthionine. Les personnes qui mangent peu ou pas de protéines animales, peuvent y remédier en mélangeant les lentilles avec des céréales. Les cuisines traditionnelles le savent bien, qui combinent souvent légumineuses et céréales. Le mujaddarah, plat traditionnel du Liban, de Syrie et de Palestine, mélange ainsi lentilles et riz.

 

Les lentilles contiennent des glucides. Leur index glycémique est très peu élevé. Elles sont aussi très riches en fibres. C'est pourquoi la consommation de lentilles entraîne très vite une sensation de satiété. Les fibres insolubles permettent de prévenir la constipation. Les fibres solubles contribuent à la prévention des maladies cardiovasculaires par une normalisation du taux de cholestérol sanguin. Les fibres contenues dans les lentilles entraîneraient un risque moindre de cancer du côlon. Enfin, ces éléments permettraient d'aider au contrôle du diabète.

 

Les lentilles sont riches en anti-oxydants, en vitamines du groupe B, en fer, en phosphore, en manganèse, en cuivre, en magnésium, en potassium, en sélénium, en zinc... C'est un aliment de choix pour l'enfant en période de croissance et pour la femme enceinte.

 

La richesse qu'apporte les lentilles ne serait-elle pas la santé ?

 

Originaire du Proche-Orient, la lentille est l'une des premières légumineuses domestiquées, il y a 9000 ou 10 000 ans. Sa culture s'est rapidement répandue avec le développement de l'agriculture, au néolithique. Elle est très estimée dans l'Égypte des pharaons.

Dans la Grèce antique, on la considére comme l'aliment du pauvre et l'on dit des nouveaux riches qu'ils n'aiment plus les lentilles...

Au fil des siècles, elle devient un des aliments de base pour les populations du Proche-Orient, de l'Afrique du Nord et de l'Inde.

En Europe, sa consommation diminue au cours du siècle dernier. Réputée très nourrissante, elle est boudée par les personnes soucieuses de leur ligne. Or, une portion de 100 g de lentilles n'apporte que 120 calories. De plus le pouvoir rassasiant des lentilles permet de limiter le besoin de sucre ultérieur et les grignotages entre les repas. 

 

Ces dernières années, les consommateurs européens, soucieux de leur santé, n'hésitent plus à l'inviter à leur table. D'autant plus que certains grands chefs l'associent à des produits "nobles" comme le foie gras ou le poisson fumé, quand ils ne "revisitent" pas le petit salé aux lentilles...

 

Qu'elle soit verte, brune, noire ou corail, la lentille devient brune à la cuisson. Je ne peux vous conseiller de faire comme l'empereur Héliogabale à Rome qui couvrait ses lentilles de pierres précieuses. Mais vous pouvez ajouter à vos plats des herbes, des tomates, des carottes, des graines de grenade... qui  ajouteront un peu de couleur à vos lentilles.

 

Pour illustrer ce dernier propos, je vous donne ma recette de salade de lentilles, une salade bien fraîche et colorée qui illuminera vos tables d'été.

 

 

 

Salade de lentillesSalade-de-lentilles.jpg

 

Pour 4 personnes :

 

100 g de lentilles

1 oignon

1 poivron vert

3 tomates

1/2 cuillerée à café de cumin en poudre

1/2 cuillerée à café de coriandre en poudre

3 cuillerées à soupe de persil ciselé

1 jus de citron

2 cuillerées à soupe d'huile d'olive

Sel, poivre

 

Faire cuire les lentilles dans de l'eau froide après les avoir rincées. Préparer la vinaigrette avec l'huile, le jus de citron, le cumin et la coriandre. Saler, poivrer. Arroser les lentilles avec la vinaigrette. Couper l'oignon et le poivron en petits dés et les tomates en dés un peu plus gros. Ajouter aux lentilles avec le persil. Bien mélanger.

Servir frais.

 

Bon appétit !

 

 

A bientôt !

Partager cet article

Repost0
9 mai 2011 1 09 /05 /mai /2011 09:35

Pirogue près de Ségou

 

Bonjour,

 

La première fois que je suis venue au Mali, c'était par la route. Après avoir traversé le désert si inhospitalier du Tanezrouft, quand on arrive à Gao, c'est le paradis. Après de longues journées sans avoir vu d'autre eau que celle des jerricans qui constituent la plus grosse partie de votre cargaison, vous apercevez le Niger. Et sur ce fleuve majestueux, de superbes embarcations de toute taille, les pirogues avec leurs extrémités effilées.

 

Je reviens au Mali des dizaines d'années plus tard et je retrouve les pirogues de mes souvenirs. Longues, étroites, elles se déplacent sans bruit sur le fleuve. On les appelle aussi "pinasses" comme les embarcations du Bassin d'Arcachon qui étaient utilisées pour la pêche et l'ostréiculture. Pourquoi ? Je n'arrive pas à le comprendre. Car le mot "pinasse" vient du latin pinus (pin) et est inapproprié pour désigner les pirogues maliennes qui sont fabriquées avec toutes sortes de bois sauf avec du pin. Un Arcachonnais (peut-être celui qui a baptisé la zone côtière de Mauritanie du nom de banc d'Arguin comme le banc situé à l'entrée du Bassin D'Arcachon !) a dû passer par le fleuve Niger il y a fort longtemps et reconnaître les bateaux de son lointain pays. Même si les pirogues maliennes n'ont pas l'avant relevé comme les pinasses du Bassin d'Arcachon... Au contraire, leur particularité est d'être très plates et d'avoir la poupe et la proue très pointues. En tout cas, le nom est resté...

 

Pirogue cousue de TombouctouAu Mali, on peut voir ces pirogues partout sur le fleuve. Dans le delta du Niger, selon la légende, la première pirogue aurait été construite au moment du déluge par les 300 djins qui travaillaient pour le prophète Misira. D'autres racontent que c'est le chasseur légendaire Mama Pamanta qui, ayant réussi à se débarrasser de deux serpents très dangereux, hérita de leur pirogue qui n'était autre ... qu'un python. D'autres encore parlent d'une pirogue en or appartenant à la divinité d'eau Maïma. Ce qui est sûr, c'est que les pirogues du Mali sont très anciennes. D'abord construites en jonc, en roseau et en paille, elles sont ensuite taillées dans des troncs de bois. Les techniques évoluant, on est passé de la pirogue monoxyle à la pirogue cousue puis à la pirogue cloutée.

 

Les pirogues tressées en roseaux étaient encore utilisées il y a quelques générations pour la chasse à l'hippopotame. 

Les pirogues monoxyles, de construction simple (un tronc d'arbre évidé et grossièrement ouvragé) seraient contemporaines de la période d'installation des Bozos dans le delta du Niger.  Elles se sont répandues dans toute l'Afrique de l'Ouest. René Caillié, au début du XIXe siècle, les évoque dans son Voyage à Tombouctou : "Nous traversâmes le Lin dans une pirogue si incommode, que nous pensâmes renverser. elle était faite d'un tronc d'arbre tortueux, très étroite, et faisait eau; le moindre mouvement la faisait tellement incliner que l'eau entrait à bord." Ces pirogues étaient taillées dans un bois tendre (fromager, baobab...).

 

Fabrique-de-pirogues-cousues.jpgLes pirogues cousues, sont fabriquées avec des planches de bois dur, le plus souvent de caïlcédrat (Khaya senegalensis). Elles sont souvent de plus grande taille et permettent le transport de lourdes marchandises. René Caillié raconte : "La grande pirogue qui devait nous conduire à Tombouctou était dans le port, et ... nous allions nous y embarquer. Elle était couverte de nattes, et chargée de riz, de mil, de coton, d'étoffe, de miel, de beurre végétal, et d'une infinité d'autres productions du pays. Cette embarcation me parut très fragile; elle était, comme les petites, jointe avec des cordes; elle avait bien soixante tonneaux de jaugeage."

Grâce à ces pirogues, le Niger et ses affluents deviennent au XIXe siècle le principal axe de commerce de longue distance, Djenné et Tombouctou, situées au carrefour du sel, de la kola, de l'or, des vivres et des esclaves deviennent  de grosses places commerciales.

 

Les pirogues cloutées ne seraient apparues que vers le milieu du XIXe siècle. Nées à Djenné (d'où leur nom de Djenne kurun ou kangué, pirogue de Djenné en bamanan), elles se diffusent rapidement dans toute la région et dans les pays alentour. Plus grandes que les pirogues cloutées, elles s'équipent d'un gouvernail.

 

De Koulikoro à TombouctouA l'heure actuelle, quelques chantiers fabriquent encore des pirogues. Le bois est brûlé ce qui le rend plus malléable. Les planches sont sciées. Les clous sont forgés à l'unité sur place à partir du fer blanc des boîtes de conserve. Pour obtenir une étanchéité maximum, on place des chiffons entre les planches avant de les clouer. Le bois le plus employé est toujours le caïlcédrat même si l'on en trouve de moins en moins. La construction d'une pirogue de 9,5 m peut nécessiter jusqu'à deux tonnes de bois. Les pirogues fabriquées en caïlcédrat ont une durée de vie de vingt ans environ. Encore faut-il choisir un bon bois qui a un bon djinn. La pirogue rapportera alors beaucoup d'argent à son propriétaire. Si l'arbre coupé a appartenu à un mauvais djinn, la pirogue construite avec ses planches ne sera pas excellente et le propriétaire de cettePirogue bleue embarcation n'aura plus qu'à la vendre pour en acheter une autre. Sinon il sera toujours malchanceux.

 

Les pirogues sont encore maniées à la perche pour les plus petites. Les plus grosses sont équipées de moteurs souvent puissants. Il existe encore quelques pirogues à voile. A faible tirant d'eau, elles peuvent naviguer sur le Niger en toute Convoi de pinasses sur le Nigersaison. Elles assurent les transports de marchandises (et en particulier du sable) et des personnes. Elles sont aussi utilisées pour la pêche et gardent encore aujourd'hui une dimension culturelle. Elles occupent une place centrale dans les sociétés des pêcheurs Bozos.

 

Pêche à BamakoJe vous laisse les admirer dans les albums photos du Mali (Bamako, Ségou, Ségou Koro, Environs de Markala) où j'ai ajouté quelques nouvelles images.Pinasse à voile

 

 

 

 

 

A bientôt !

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
6 mai 2011 5 06 /05 /mai /2011 09:59

Coucher de soleil à Oualidia

 

Bonjour,

 

Aujourd'hui, je voudrais vous confier quelques réflexions au sujet de mon blog. Depuis plus de quatre mois, je vous parle de nutrition, de plantes, d'histoire, de couleurs, je vous donne des recettes...

Peu d'entre vous laissent des commentaires et donc il est difficile pour moi de me faire une idée de ce dont vous aimeriez que je vous parle. Je ne peux que le deviner en voyant quels sont les articles qui ont été le plus lus. Je croyais d'après les commentaires qui me sont faits oralement ou par courrier que les articles où figurent des recettes étaient les plus appréciés. C'est vrai pour certains comme celui  Les salades marocaines (suite)  qui occupe la deuxième place dans le "hit parade" des articles des 30 derniers jours. Et pourtant, je l'ai écrit en janvier. 

 

Mais je remarque que nombre d'entre vous sont  plus intéressés par la nutrition et en particulier par l'équilibre alimentaire. Ainsi l'article La pyramide alimentaire , écrit en mars est à la première place du "hit parade". Le régime méditerranéen et La pyramide du régime méditerranéen occupent la troisième et la cinquième place. Suivent d'autres articles sur la nutrition que je ne vais pas énumérer ici. Ce blog étant avant tout un blog de nutrition, je ne peux que m'en réjouir. Je voudrais juste attirer votre attention sur un point. Manger équilibré, c'est bien mais cela n'a jamais empêché de grossir. Vous ne devez pas, sous prétexte de manger équilibré, manger plus que ce dont vous avez besoin. Je ne peux que vous répéter d'écouter vos envies et d'apprendre à ressentir vos sensations de faim et de satiété.

 

Je crois que certains l'ont bien compris car l'article Non, la gourmandise n'est pas un vilain défaut !, écrit en janvier,  occupe encore la douzième place. Ce qui me ravit. Je pense en effet que le plaisir et la gourmandise sont une des clefs qui permettent de rester en bonne santé. Plaisir et santé sont indissociables. Comme l'a défini l'OMS (Organisation Mondiale de la Santé), la santé est un état de bien-être physique mais aussi moral. Manger doit être un bonheur et non une série de contraintes. Pour manger avec plaisir, il faut se servir de ses cinq sens. Ainsi vous pourrez déguster ce que vous mangez, ainsi vous éviterez beaucoup de troubles du comportement alimentaire. Et vous ne grossirez plus.

La gastronomie, qui est l'art de cuisiner mais aussi d'apprêter les plats pour les rendre agréables à la vue, au goût mais aussi à l'odorat, au toucher et à l'ouïe, peut vous aider.

 

La connaissance des produits que l'on utilise en cuisine, leur histoire, la botanique, les voyages, les couleurs et leurs associations sont utiles pour rêver et pour accéder au plaisir de manger. C'est pourquoi j'écris des articles sur ces thèmes.

 

Je terminerai en vous exhortant à laisser quelques commentaires au sujet des articles. J'y répondrai.

 

 

Merci d'avance et à bientôt !

 

 

P.S. Nous sommes le 6 mai, jour de l'INND (International No Diet Day). Je viens de le découvrir. Donc pas de régime aujourd'hui... et les autres jours non plus. D'accord ?

 

 

 

Partager cet article

Repost0
5 mai 2011 4 05 /05 /mai /2011 09:48

 

5004141804_1585ac8cfb.jpg 

Bonjour,

 

Je vous ai beaucoup parlé ces derniers temps de cuisine méditerranéenne. Peut-être parce qu'il fait chaud ici, que les beaux jours arrivent en France, que l'on a envie de salades, de plats rafraîchissants et que les légumes de printemps et bientôt d'été ont fait leur apparition. Et je me rends compte que je n'ai encore pas dit un mot sur la tomate. Comment ai-je pu l'oublier ? On a du mal à imaginer la cuisine méditerranéenne sans tomate. Et pourtant, la tomate, comme le piment, la pomme de terre ou le maïs et les haricots ne sont arrivés dans notre Vieux Monde qu'au XVIe siècle, apportés par les conquistadors.

 

Originaire des régions andines côtières de l'Amérique du Sud, elle est domestiquée par les Aztèques en Amérique2991912538_22ed0587d8.jpg centrale. Les conquistadors l'introduisent en Espagne où elle est rapidement cultivée et consommée. Elle arrive ensuite dans le royaume de Naples qui fait partie des royaumes de la Couronne d'Aragon et gagne toute l'Italie. La première mention écrite de la tomate apparaît en 1544 dans les Comentarii, ouvrage d'un botaniste et médecin vénitien Petrus Matthiolus. Il appelle la tomate pomo d'oro et en donne une description sommaire dans le chapitre consacré aux mandragores. 

Classée dans la famille des Solanaceae, les scientifiques de l'époque ne considèrent pas la tomate comme comestible. Apparentée à la mandragore, on lui confère des propriétés mystérieuses, notamment aphrodisiaques (d'où est certainement venu son nom de "pomme d'amour" en occitan (poma d'amor) ou en provençal (poumo d'amour). On lui reconnaît des vertus médicinales et elle est aussi cultivée comme plante ornementale. L'agronome Olivier de Serres la voue à la décoration des tonnelles et le catalogue Andrieux-Vilmorin la classe encore dans les plantes ornementales en 1760.

 

Ses qualités culinaires ne sont reconnues que dans l'Europe du Sud : en Espagne d'abord, puis en Italie, en Provence et dans le Languedoc. A la fin du XVIIIe siècle, l'Encyclopédie de Diderot et d'Alembert met en avant ses qualités gustatives : "Le fruit de la tomate étant mûr est d'un beau rouge et il contient une pulpe fine, légère et très succulente, d'un goût aigrelet relevé et fort agréable, lorsque ce fruit est cuit dans le bouillon ou dans divers ragoûts. C'est ainsi qu'on le mange fort communément en Espagne et dans nos provinces méridionales, où on n'a jamais observé qu'il produisît de mauvais effets".

A Paris, la tomate n'est pas connue à la veille de la Révolution et ce n'est qu'en 1790 qu'elle y fait son apparition quand des Provençaux arrivent dans la capitale pour la Fête de la Fédération. Le restaurant les Trois Frères Provençaux  met alors la tomate sur sa carte et fait connaître ce fruit aux Parisiens.

 

Les Anglo-Saxons, qui craignent la toxicité qui caractérise le feuillage des Solanacées, attendront le milieu du XIXe siècle pour cultiver la tomate comme les habitants de l'Europe de l'Est où l'Église et la Synagogue, préoccupées par la prétendue propension de la tomate à exciter le désir sexuel, empêchent pendant longtemps la propagation de la tomate. A la fin du XIXe siècle, les manuels culinaires anglais recommandent encore de faire bouillir la tomate pendant 5595071022_b1c17f49e3.jpgtrois heures pour éviter tout risque toxique.

 

Jusqu'à la fin du XIXe siècle, même en France, la tomate est  peu utilisée sauf en Provence et dans le sud. Le Petit Dictionnaire de Cuisine d'Alexandre Dumas, écrit en 1870,  la cite comme un "fruit qui nous vient des peuples méridionaux, chez lesquels il est en grand honneur". Ce n'est que vers les années 1920-1930 que la tomate commence à être largement commercialisée sur tout le territoire.

 

Maintenant, ce légume-fruit est le légume le plus consommé dans le monde après la pomme de terre. Chaque Français en consomme 27 kg par an. Les Grecs sont les plus gros consommateurs de tomates : 129 kg par personne et par an (données 2005). Et ils ont bien raison. La tomate se prête à toutes les préparations : on peut la manger crue, cuite, en salade, farcie, en jus, en sorbet... Et elle a plein de qualités nutritionnelles dont je vous parlerai un autre jour.

 

 

A bientôt !

 

Partager cet article

Repost0
3 mai 2011 2 03 /05 /mai /2011 18:42

5440545081_6678f9497f.jpg

 

Bonjour,

 

The Lancet a publié il y a peu de temps une méta-analyse sur l'évolution de l'indice de masse corporelle (IMC* ou BMI pour Body Mass Index) dans 199 pays entre 1998 et 2008 (The Lancet, Volume 377, Issue 9765, p. 557-567). Pas de doute, la population mondiale grossit. En dix ans l'IMC moyen a augmenté de 0,4 kg/m2 pour les hommes et de 0,5 kg/m2 pour les femmes. Le taux d'obésité mondial dans le même temps est passé de 4,8% à 9,8% pour les hommes et de 7,8% à 13,8% pour les femmes. Cette augmentation de l'indice de masse corporelle touche tous les pays à de rares exceptions. Parmi les pays développés, ce sont les États-Unis, le Royaume Uni et l'Australie qui enregistrent la plus forte augmentation (plus d'un kg/m2) alors que la Suisse, l'Italie ou la France sont moins touchées (0,3 à 0,4 kg/m2). L'étude montre aussi une très forte augmentation de l'indice de masse corporelle chez les femmes d'Amérique latine, d'Afrique du Nord, du Moyen Orient et du sud de l'Afrique sub-saharienne. 5413148717_1cb249b4e6.jpg

 

Le surpoids et l'obésité augmentent alors que la société actuelle a érigé la minceur voire la maigreur en modèle de beauté. Ce phénomène a contribué au développement d'un arsenal de stratégies pour maigrir et à un foisonnement de conduites nutritionnelles visant à réduire le poids corporel. Il suffit de regarder les couvertures des magazines (surtout féminins), les rayons "diététique" des librairies et les présentoirs des pharmacies tous les ans, à l'approche de l'été ou encore de lire les articles sur le sujet sur internet.  Tous promettent des résultats miraculeux. Crèmes amincissantes, pilules pour avoir le ventre plat, recettes pour maigrir en quelques jours, nouveaux régimes-minceur, tout est bon pour celui qui veut perdre du poids. Mais les régimes font-ils maigrir ? Et sont-ils sans danger ?

 

Fin novembre, l'ANSES (Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail) a  publié un rapport (cf. link) sur les risques sanitaires liés aux pratiques alimentaires d'amaigrissement. Ce rapport de 160 pages, qui étudie les régimes les plus populaires a fait beaucoup parler de lui. En effet, tous ces régimes entraînent des déséquilbres nutritionnels :

  • plus de 80% des régimes dépassent les recommandations pour les apports en protéines
  • plus de la moitié des régimes dépassent les recommandations pour les apports en lipides
  • la quasi-totalité des régimes présentent des apports en glucides inférieurs aux recommandations
  • dans 74% des régimes, les apports en fibres sont inférieurs aux recommandations (parfois dix fois moins)
  • les apports en fer sont insuffisants pour la femme dans 61% des régimes
  • 50% des régimes n'apportent pas assez de magnésium
  • Les besoins en calcium et en sodium sont en général couverts mais sont parfois apportés en excès...

Je m'arrête là mais la liste est longue. Tous ces déséquilbres nutritionnels ont, comme vous pouvez vous en douter, des conséquences : 

  • reprise du poids : 80% des personnes ayant suivi un régime amaigrissant ont repris du poids après un an ou ont gagné des kilos supplémentaires
  • perte de masse musculaire plutôt que de graisse et restauration de la masse graisseuse mais non de la masse musculaire dès l'arrêt du régime
  • diminution de la densité minérale osseuse avec un risque accru de fracture
  • problèmes cardiovasculaires dus aux fluctuations du poids
  • problèmes de transit intestinal et risque de cancer colorectal à cause des faibles apports en fibres
  • troubles de l'ovulation chez les femmes, inflammation et fibrose au niveau du foie, apparition de calculs biliaires...
  • troubles du comportement alimentaire.

J'arrête cette liste ici mais si vous voulez en savoir plus, lisez le rapport de l'ANSES. Il est édifiant.

L'ANSES conclut en disant que "la prise en charge d'une demande d'amaigrissement nécessite un accompagnement médical spécialisé". Le rapport insiste sur le fait "que la recherche de perte de poids sans indication médicale comporte des risques, en particulier lorsqu'il est fait appel à des pratiques alimentaires déséquilibrées et peu diversifiées". 

 

J'ajouterai que, pour perdre du poids et surtout ne pas en gagner, rien ne vaut une alimentation équilibrée, diversifiée, correspondant à vos goûts. Il n'y a pas de régime miracle. Il suffit juste de veiller à ce que les apports énergétiques ne dépassent pas les besoins. Pour y arriver, il faut écouter les signaux de faim et de satiété que vous envoie votre cerveau. Il n'y a pas d'aliments qui font maigrir, d'autres qui font grossir, je ne le répéterai jamais assez.

Et n'oubliez pas : pour réduire les risques de prise de poids, il est essentiel que l'évolution des habitudes alimentaires soit associée à une activité physique régulière.

 

Je vous laisse réfléchir à tout ça.

 

 

A bientôt !

 

 

* IMC : indice de masse corporelle. Pour le calculer, il suffit de diviser son poids en kg par sa taille en m au carré. Par exemple, une personne de 60 kg mesurant 1,60 m aura un IMC de 23,44 kg/m2. On considère comme normal un IMC compris entre 18,5 et 24,9 kg/m2. En-dessous, on parle de maigreur, au-dessus, de surpoids ou d'obésité.

Partager cet article

Repost0
3 mai 2011 2 03 /05 /mai /2011 09:56

Le Sotrama vu par un artiste

 

Bonjour,

 

Aujourd'hui, je vous emmène à Bamako pour y découvrir le sotrama. Qu'est ce que c'est ? C'est un minibus, souvent de marque Toyota ou Mercedes, qui sert au transport en commun. Je pense que son nom est l'abréviation de "société de transport malien".

 

L'intérieur du SotramaPeints en vert, les sotrama desservent tous les quartiers de la capitale du Mali. Sommairement aménagés, ils peuvent transporter jusqu'à 23 passagers plus le conducteur et l'apprenti ou prantiquè (celui qui récupère l'argent du trajetRétroviseur auprès des passagers). Si on les remarque quand on arrive à Bamako, c'est qu'ils sont en général très colorés. Tous les sotrama sont différents et il est rare d'en voir un sans dessin, autocollant ou inscriptions diverses et variées. En général en très mauvais état, ils n'ont que très rarement des vitres, ce qui permet de laisser circuler librement l'air à l'intérieur. Ils sont tellement emblématiques de Bamako, que le Musée national du Mali en expose un dans la cour avec ses personnages en carton pâte. Plus vrai que nature... La plaque du Sotrama

 

 

 

Si vous allez à Bamako, vous ne pourrez pas les manquer. Vous pourrez emprunter un sotrama pour la somme modique de 75 à 150 Fcfa ( 12 à 23 centimes d'euros environ) suivant leSotrama trajet.

 

Composante de l'identité de la ville au même titre que les yellow cabs de New York, les taxis coccinelle de Mexico ou les petits taxis des villes marocaines, ils sont souvent des oeuvres d'art ambulantes. Je vous laisse les admirer. Chargement du sotrama sur la route de Koulikoro

 

 

 

 

 

 

Allez dans l'album photos "Bamako", vous en verrez plein d'autres.

 

 

A bientôt !

Partager cet article

Repost0
28 avril 2011 4 28 /04 /avril /2011 16:41

Flamboyant-copie-1 

 

Bonjour,

 

Les flamboyants commencent à fleurir à Bamako. C'est le signe annonciateur de la grosse chaleur qui précède la saison des pluies, paraît-il. Fleurs de Delonix regia

Je voulais vous faire profiter de la beauté de ces arbres et de leur floraison spectaculaire vermillon éclatant ou jaune.

 

Originaire de Madagascar, le flamboyant ou Delonix regia est un grand arbre de la famille des Caesalpinaceae qui pousse Fleur de flamboyantdans les régions intertropicales. Son feuillage découpé disparaît pendant la saison sèche pour réapparaître à la saison des pluies. Ses graines sont enfermées dans de longues gousses.Graines de Delonix regia

 

 

 

 

 

  Feuille-de-Delonix-regia.jpg

 

 

 

 

 

 

Il existe aussi dans la même famille des petits flamboyants. Le Caesalpina pulcherrima ou fleur de paon, orgueil de Chine ou Pride of Barbados est un arbuste de 2 à 3 mètres de haut. C'est l'emblème de la Barbade.

Il fleurit pratiquement toute l'année et garde son feuillage.

Les fleurs du Caesalpina pulcherrima sont plus petites que celles du Delonix regia et sont de couleurs variées, du orange au rose avec des touches de jaune. Je vous laisse les admirer.Flamboyant nain rose- Caesalpinia pulcherrima

 

 

 

 

Flamboyant nain

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Feuilles de Caesalpina pulcherrima

 

 

 

 

 

 

 

Caesalpinia pulcherrima-Flamboyant nain rose

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans la famille des Caesalpinaceae, on trouve aussi les Bauhinia (Bauhinia candida, Bauhinia monandra, Bauhinia purpurea...)  aux feuilles si particulières, rondes, en coeur inversé, fendues à l'apex en deux lobes. Les Cassia et le Tamarindus indica ou tamarinier font aussi partie de la même famille. Ils ne sont pas en fleur en ce moment mais vous trouverez des photos de certains d'entre eux dans l'album photos "Plantes".

 

A bientôt ! 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
27 avril 2011 3 27 /04 /avril /2011 09:30

 

  Aubergines longues

 

Bonjour,

 

Hier, j'ai trouvé au marché de drôles d'aubergines, très longues et très fines. Je les ai fait griller pour réaliser un caviar d'aubergine dont vous connaissez déjà la recette. Elles n'ont pas trop de graines à l'intérieur, ce qui permet de ne pas les mixer. Il suffit de les écraser à la fourchette. Le caviar a ainsi une autre consistance.

 

J'en profite pour vous parler un peu de l'intérêt nutritionnel de ce légume que j'apprécie particulièrement, vous avez dû vous en rendre compte (cf. Petite histoire de l'aubergine  et De l'aubergine (suite) : les caviars d'aubergine ).

 

Ce légume-fruit, typique de la "diète" méditerranéenne, est très peu énergétique (18 kcal pour 100g). L'aubergine est très riche en minéraux, en vitamines et en fibres.

Parmi les éléments minéraux qu'elle contient, c'est le potassium qui domine (260 mg pour 100 g) alors que le sodium ne dépasse pas 3 mg; cela confère à l'aubergine des propriétés diurétiques. Du fait de son apport énergétique peu élevé, elle présente une bonne densité minérale : c'est le cas pour le magnésium (72 mg/100 kcal), le zinc (0,6 mg/100 kcal) et le manganèse (0,8 mg/100 kcal).

Elle contient beaucoup de vitamines, surtout hydrosolubles (vitamines du groupe B et vitamine C) mais aussi de la vitamine E et de la provitamine A en petites quantités.

Elle fournit aussi une quantité intéressante de fibres bien tolérées par les intestins : protopectines, pectines et celluloses. Ce sont ces protopectines et ces pectines qui confèrent à l'aubergine cuite sa consistance moelleuse et tendre.

 

Des études réalisées aux États-Unis et en Autriche ont montré que l'aubergine était capable de limiter l'augmentation des lipides et du cholestérol sanguins. Encore faut-il la cuisiner sans trop de matière grasse. Pour éviter qu'elle ne se transforme en "éponge à huile", il vaut toujours mieux lui faire subir une précuisson. Sa chair se rétractera alors et pourra cuire sans emmagasiner trop de matière grasse. Plusieurs méthodes sont possibles : on peut commencer à cuire l'aubergine à la vapeur après l'avoir découpée en cubes ou en rondelles.Incision aubergine On peut aussi faire dégorger l'aubergine en tranches au sel et ensuite la rincer sous l'eau froide. L'aubergine peut aussi être piquée à la fourchette et mise à griller sur un barbecue ou sous le gril du four. Ma méthode préférée est de l'ouvrir en deux, d'inciser la chair en la quadrillant, d'arroser d'un filet d'huile d'olive, de saler (et d'ajouter un peu d'ail écrasé pour ceux qui aiment l'ail) et de la mettre à cuire dans un four chaud. L'aubergine est alors prête pour toutes les préparations.

 

Mes aubergines sont cuites et j'en ai recueilli la pulpe. Finalement, je ne vais pas faire un caviar d'aubergines mais des penne rigate aux aubergines. Vous voulez la recette ? Rien de plus simple, je vous la donne.

 

 

 

Fusilli aux aubergines  Pâtes au caviar d'aubergines

 

Pour 6 personnes :

 

500 g de fusilli

2 aubergines

1 gousse d'ail

Huile d'olive

1 mozzarella

Parmesan

Quelques feuilles de basilic

Origan

Sel, poivre

 

 

Laver les aubergines. Couper leur pédoncule. Ouvrir les aubergines en deux dans la longueur et inciser la chair en la quadrillant. Saler légèrement. Peler les gousses d'ail. Les écraser avec la pointe d'un couteau. Répartir la pâte obtenue sur les moitiés d'aubergines. Arroser d'un filet d'huile d'olive. Mettre à four chaud pendant un quart d'heure environ. Laisser refroidir. Recueillir la pulpe des aubergines avec une cuillère. Écraser avec une fourchette. Ajouter les feuilles de basilic grossièrement hachées, une pincée d'origan et un peu d'huile d'olive. Saler, poivrer.

Faire cuire les pâtes al dente. Les égoutter et ajouter le caviar d'aubergines et la mozzarella coupée en dés.

Servir avec du parmesan râpé.

 

Bon appétit !

Partager cet article

Repost0

Profil

  • La nutrition en couleurs
  • Médecin nutritionniste, passionnée par la lumière et les couleurs, j'aime faire partager à ceux qui m'entourent mes connaissances en cuisine et en nutrition pour qu'ils puissent concilier santé, plaisir et gourmandise.
  • Médecin nutritionniste, passionnée par la lumière et les couleurs, j'aime faire partager à ceux qui m'entourent mes connaissances en cuisine et en nutrition pour qu'ils puissent concilier santé, plaisir et gourmandise.

Droits réservés

Les images de ce blog (dessins, photos...) ne sont pas libres de droits

Recherche