750 grammes
Tous nos blogs cuisine Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 mars 2011 5 04 /03 /mars /2011 12:44

Aubergines

 

Bonjour,

 

Aujourd'hui, nous allons parler de l'aubergine, ce légume-fruit longtemps ignoré et encore mal connu des Français. 

 

L'aubergine ou Solanum melongena, fruit d'une plante de la famille des Solanacées, comme la tomate et le poivron, semble être originaire de l'Inde. Son nom vient du catalan alberginia, lui-même tiré de l'arabe بادنجان (bâdhinjân) , mot emprunté au persan. Cultivée depuis plus de trois mille ans en Inde, elle s'est ensuite répandue en Chine. C'est dans un traité chinois datant de 500 ans avant notre ère qu'elle est mentionnée pour la première fois. Certains pensent que l'ancêtre sauvage de l'aubergine vient d'Afrique où il existe de nombreuses variétés de Solanum très voisines de l'aubergine cultivée. Il se peut aussi que l'aubergine ait gagné les côtes de Somalie lors d'échanges entre l'Inde et la corne est de l'Afrique.

 

Empruntant la route de la soie, l'aubergine est arrivée dans les pays de la Méditerranée orientale puis en Afrique du Nord et en Espagne. Rhazès (IXe-Xe siècle) et Avicenne (Xe-XIe siècle) en parlent dans leurs ouvrages. Le Livre de l'Agriculture  d'Ibn al Awwâm (Andalousie XIIe siècle)  lui consacre un chapitre. Certains considèrent ce légume comme maléfique. Ils disent même que son nom arabe bâdhinjân viendrait de bâd al-jân, c'est à dire "le djinn a pondu des oeufs". On l'accuse d'engendrer la mélancolie, voire même la folie.

 

A ces débuts en Europe, l'aubergine conserve cette mauvaise réputation. Elle est mésestimée surtout par les savants, peut-être du fait de sa ressemblance avec d'autres plantes de la famille des Solanacées  comme la mandragore, le datura ou la belladone dont on connaissait la toxicité. On l'appelle mala insana (pomme malsaine, qui rend fou). Au XVIe siècle encore, en Allemagne, on lui donne le nom de Doll Opffel soit la pomme de fureur ou pomme de rage. Aubergine blanche

En Turquie, pays où l'aubergine s'est implantée assez tôt, on accuse l'aubergine d'être à l'origine des incendies qui ravagent Istanbul à l'époque ottomane. On raconte que, l'été, les habitants de cette ville allument des feux aux portes de leur maison pour faire griller leur légume préféré, sans se soucier du vent qui souffle. Vent qui porte encore aujourd'hui le nom de patlican meltemi (vent d'aubergine).

 

Malgré cela, l'aubergine est couramment consommée en Italie dès le XVe siècle puis en Espagne au milieu du XVIe siècle. En France, Louis XIV demande à son jardinier de planter la béringère. Mais elle n'est encore cultivée que pour la curiosité et comme plante d'ornement. C'est ainsi que le catalogue Vilmorin-Andrieux la classe en 1760. En Angleterre, on lui donne le nom de eggplant (plante aux oeufs). Il faut dire que les variétés blanches d'aubergines ressemblent à des oeufs.

Peu à peu cependant, l'aubergine s'implante dans le sud de la France. Elle est d'abord cultivée en Provence et dans le Languedoc. Le Bon Jardinier  de 1809 évoque son usage culinaire : "on la sert en entremets, c'est un ragoût de fantaisie". En 1825, elle arrive sur les marchés parisiens et la même année, le Tout-Paris se précipite au restaurant  Les Frères Provençaux, rue Cadet, pour déguster aubergines et côtelettes de chèvre grillées.

 

Aujourd'hui, la vogue actuelle pour  la cuisine méditerranéenne a  rendu justice à l'aubergine. Elle fait partie du patrimoine culinaire de la Provence et de la région niçoise au même titre que la tomate, l'ail, le basilic ou l'huile d'olive. Je n'ai pas le temps aujourd'hui de vous parler de l'intérêt nutritionnel de l'aubergine ni de vous donner des recettes. Mais je vais vous raconter une dernière histoire se rapportant à ce légume.

 

On raconte qu'une jeune fille fut demandée en mariage par un imam. Cette jeune personne aimait beaucoup faire la cuisine et elle apportait dans sa dot douze jarres d'huile d'olive. Elle en consomma la totalité en onze jours pour confectionner sa spécialité, des aubergines farcies au riz et à la viande. En découvrant les jarres vides, l'imam s'évanouit et mourut. D'autres vous diront que l'imam s'évanouit d'extase après avoir goûté le plat préparé par sa femme. Quoiqu'il en soit, depuis, on confectionne toujours l'Imam Bayildi (l'imam évanoui) !

 

A bientôt !

 

 

 

Partager cet article

Repost0
3 mars 2011 4 03 /03 /mars /2011 16:31

  L'Atlas vu des remparts

 

Bonjour,

 

Aujourd'hui direction Marrakech, la Perle du Sud, comme on la surnomme parfois.

Marrakech, la plus méridionale des villes impériales du Maroc, apparaît au voyageur venu du Nord, comme un mirage. Après avoir parcouru des dizaines de kilomètres désertiques, apparaissent les Djebilets, ces montagnes hantées par les djinns qui, au Nord, protègent Marrakech. Puis on aperçoit une grande plaine rouge avec en son centre, une île de palmiers, d'où émerge une tour. Au loin, quand le ciel est clair, se dressent les sommets enneigés de l'Atlas. Après la traversée de l'oued Tensift, les palmiers deviennent plus nombreux et soudain la ville est là, avec ses larges avenues, ses hôtels, ses lotissements, ses immeubles en construction. Les voitures, les petits et les grands taxis, les mobylettes et les scooters se croisent et se faufilent au milieu des calèches et des piétons.  L'avenue Mohammed V le soir

 

Je vous invite à pénétrer dans la ville, en passant d'abord par l'avenue Mohammed V, artère animée et bruyante qui traverse le quartier du Guéliz, la nouvelle ville avec ses commerces et ses restaurants. A côté, un autre quartier fondé par les Français sous le Protectorat, l'Hivernage et ses belles maisons entourées de jardins le long de rues tranquilles où il fait bon se promener à l'écart de l'agitation de la ville.

 

La Koutoubia vue du Palais RoyalAu bout de l'avenue Mohammed V, après avoir traversé les remparts qui encerclent la ville, on arrive devant la Koutoubia, cette fameuse mosquée construite au XIIe siècle sous la dynastie des Almohades et qui inspira les architectes de la Giralda à Séville et de la Tour Hassan à Rabat.

 

La circulation s'intensifie et à l'heure du coucher du soleil tout le monde converge vers la place Jemaa el Fna. C'est là le coeur de Marrakech. Cette place où l'on se regroupe autour des conteurs, des danseurs et autres charmeurs de serpents. A la nuit tombée, les gargotiers s'installent et proposent à qui veut se Restaurants sur la place Jemaa El Fnarestaurer soupes, brochettes, tajines  et couscous.

Le matin, la place change de visage et se transforme en marché. Pépiniéristes, vendeurs de fruits secs et de jus d'oranges se disputent la place avec les touristes qui affluent avant de pénétrer dans la médina.

 

Je vous invite à y entrer aussi, et à dépasser les groupes qui s'agglutinent devant les premières échoppes. Prenez les petites ruelles, déambulez dans les différents souks et dans les quartiers moins commerçants. Vous trouverez tout dans la médina de Marrakech, des babouches aux djellabas, des plateaux en cuivre comme des lanternes de toutes sortes, de la faïence, des tapis, des tissus, du cuir... Rue des teinturiersTout l'artisanat marocain est regroupé ici.

 

Dans la médina, vous devez aussi aller visiter les nombreux monuments et musées qui retracent l'histoire de la ville.

 

Et quand vous serez fatigués, vous n'aurez plus qu'à aller vous promener dans les jardins de la Ménara ou de l'Agdal à moins que vous ne préfériez rester dans la ville et aller visiter les jardins de Majorelle.La Ménara au coucher du soleil

 

Je vous invite à voir toutes ces merveilles et bien d'autres dans mon album photos "Marrakech".

 

A bientôt ! 

 

Partager cet article

Repost0
2 mars 2011 3 02 /03 /mars /2011 12:48

 

 

 

Pois chiches

 

Bonjour,

 

Hier, j'ai mis des pois chiches à tremper dans l'eau et je vais aujourd'hui les faire cuire et les accommoder. Et en profiter pour faire un petit article sur ce légume qui est trop souvent délaissé dans la cuisine française. La plupart des ouvrages de cuisine de l'hexagone l'ignorent si ce n'est quelques livres de cuisine du Midi.

 

Il faut dire que des images peu élogieuses s'attachent à lui. Pour beaucoup il évoque encore la frugalité, la pauvreté voire la grossièreté, ce que reflètent de nombreux dictons. Il marque souvent la dérision : avoir un pois chiche à la place du cerveau ne signifie pas avoir une intelligence brillante. La référence au pois chiche est fréquemment utilisée pour exprimer l'absence de qualité avec une nuance de mépris.

La tradition catholique et également la tradition orthodoxe ont longtemps réservé la consommation du pois chiche aux jours maigres et aux jours de pénitence. A Nice, l'usage voulait que l'on mange des pois chiches le mercredi des Cendres, le Vendredi saint et le jour des Morts. En Provence, le pois chiche figure aussi sur les tables le jour des Rameaux. Son pas bon crestian lis oustau ounte se manjo ges de cese pèr Rampau (elles ne sont pas bonnes chrétiennes, les maisons où l'on ne mange pas de pois chiches pour les Rameaux). Le manuel de la cuisinière provençale publié à Marseille en 1858 à l'imprimerie Chauffard, écrit : " Le pois chiche n'est pas un légume très délicat, mais on le mange quelquefois en salade et il est peu de tables bourgeoises en Provence où ce plat n'apparaisse pas le jour des Rameaux. C'est un usage dont il serait difficile de trouver l'origine, mais qui est généralement répandu dans nos contrées.Les bonnes femmes prétendent que leurs enfants auraient la teigne s'ils ne mangeaient pas de pois chiches le dimanche qui précède celui de Pâques". 

 

Ce pois rond, le Cicer arietinum (auquel Cicéron doit son nom, dit-on), est certainement originaire de la Méditerranée orientale. En France, il est cultivé dans une partie de la future Occitanie dès le début du mésolithique. Après avoir gagné l'ensemble du pourtour méditerranéen, il conquiert l'Orient, la Perse, l'Inde, l'Afrique noire et, plus tard, l'Amérique.

 

Longtemps, on s'est accordé à reconnaître au pois chiche des vertus thérapeutiques. Ishaq Ibn Imran, médecin à Kairouan au Xe siècle dit qu'il "accroît le sang et fortifie le corps tout entier". Galien, Avicenne, Platine de Crémone et bien d'autres, lui trouvent des propriétés curatives : le pois chiche serait diurétique, vermifuge, anti-rhumatismal, dissoudrait les calculs biliaires, calmerait les douleurs dentaires... Enfin, on lui reconnait une action aphrodisiaque. Mouhammad-al-Nafzâwî (La prairie parfumée - Phébus) puis Ahmed Ibn Souleimân (Le bréviaire arabe de l'amour - Éditions Philippe Picquier), dans leurs traités d'érotologie rangent le pois chiche parmi les aliments destinés à accroître la puissance sexuelle. De plus, le pois chiche faciliterait la menstruation et la lactation chez la femme. Est-ce pour ses propriétés que le cese (pois chiche en provençal), dans certains coins de Provence, désigne en argot le clitoris ?

Plus récemment, le pois chiche était encore utilisé contre les maladies de peau, pour les cautérisations, contre les furoncles ou encore les verrues.

 

La consommation culinaire du pois chiche a longtemps été importante. C'était "la viande du pauvre". Puis elle a eu tendance à diminuer, d'abord avec l'arrivée du haricot d'Amérique puis du petit pois d'Italie, à cause de la concurrence des céréales et enfin du fait du goût croissant pour les protéines animales. Ce dernier fait a entraîné une chute brutale de la consommation de tous les légumes secs : en France, de 1880 à 1985, la consommation de légumes secs, par habitant et par an, est passé de 10 kg à 1 kg (source : études sur la consommation des ménages en France).

 

Les nutritionnistes s'accordent aujourd'hui pour essayer d'inverser cette tendance. En effet, des études ont montré qu'une consommation régulière de légumineuses a des effets bénéfiques sur la santé et entraîne en particulier  un meilleur contrôle du diabète, une diminution du risque de maladie cardiovasculaire et de risque de cancer colorectal.

Comme les autres légumineuses, le pois chiche est riche en protéines, en vitamines, en minéraux et en fibres. Un peu plus riche en lipides (acides gras insaturés surtout) que les autres légumes secs, il ne contient pas de cholestérol (présent seulement dans les produits animaux). 

 

Les pois chiches doivent être trempés (pendant 12 h au minimum) puis cuits dans l'eau avant d'être dégustés. On peut aussi utiliser des pois chiches en conserve qui conservent leurs bienfaits. Ils peuvent être utilisés chauds ou froids, en salades, en purée (houmos), dans des soupes ou des plats cuisinés (couscous, garbanzos y chorizos, cocido...) ou en galettes (falafels).  Sous forme de farine, il entre dans la composition des panisses et de la socca.

 

Aujourd'hui, j'ai fait une salade à base de pois chiches. Je vous en donne la recette. Attention ! Les pois chiches gonflent énormément après trempage (cf. photo ci-dessous, à gauche les pois chiches secs, à droite les pois chiches après trempage).

 

Pois chiches secs et après trempage 

   

Salade de pois chiches

 

Pour 6 personnes :

 

400 g de pois chiches cuits

2 tomates

1 oignon

1 citron

1 cuillerée à soupe de persil ciselé

1 cuillerée à soupe de coriandre fraîche ciselée

3 cuillerées à soupe d'huile d'olive

1 cuillerée à café de piment doux

1 pincée de piment fort

1 cuillerée à café de cumin

Sel, poivre Salade de pois chiches

 

Couper les tomates en dés. Peler l'oignon et l'émincer finement. Mettre dans un bol les pois chiches égouttés après cuisson, les tomates, l'oignon, le jus de citron, le persil et la coriandre, les épices. Saler, poivrer et arroser avec l'huile. Bien mélanger. Servir frais.

 

Pas compliqué, non ? Surtout si vous employez des pois chiches en conserve (attention à bien les rincer).

Aujourd'hui, j'ai employé des frais pour vous montrer comment ça gonfle.

Vous pourrez servir cette salade avec d'autres salades comme les salades marocaines dont je vous ai donné la recette. Ici, je l'ai présentée dans un bol à lablabi (soupe de pois chiches que l'on fait en Tunisie). Pois chiche oblige !

 

A bientôt !

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
1 mars 2011 2 01 /03 /mars /2011 09:43

Sucres

 

 

Bonjour,

 

On continue le jeu du "vrai ou faux" ?

 

Aujourd'hui, je vous soumets deux affirmations sur les sucres. A vous de dire ce qui est vrai ou faux.

 

 

1. Dans un litre de jus d'orange en bouteille, il y a l'équivalent de :

  • 5 morceaux de sucre
  • 10 morceaux de sucre
  • 15 morceaux de sucre

 

2. Il y a deux types de sucre :

     - les sucres rapides qui sont les produits sucrés et

     - les sucres lents qui ne sont pas sucrés comme le pain, les céréales ou les légumes secs

  • Vrai
  • Faux

 

 Pâtes et rizOn y va pour les réponses ?

 

Dans un litre de jus d'orange en bouteille, il y a 15 morceaux de sucre. Et même plus. En effet, un litre de jus d'orange en conserve contient environ 88 g de sucre (source : Répertoire général des aliments -Table de composition des fruits exotiques - Regal, 1993)  . Faites le calcul en sachant qu'un morceau de sucre pèse 5 g : il y a presque 18 morceaux de sucre. Vous allez me dire qu'il y a du sucre ajouté. Non, le taux en sucres est supérieur encore dans le jus d'orange avec sucre ajouté. Et il faut savoir que le jus d'oranges frais contient en moyenne 8,3 g de sucres pour 100 g (source : idem). Donc quand vous buvez un verre de 20 cl de jus d'orange, vous avalez plus de 3 sucres. Ce qu'il faut savoir aussi, c'est que les calories apportées par ce sucre ne sont pas comptabilisées par le cerveau qui ne reconnaît pas les calories absorbées sous forme liquide. Résultat : le taux de sucre monte rapidement dans le sang et l'on a faim dans les heures qui suivent l'absorption de ce jus. C'est pourquoi je conseille de manger au petit-déjeuner une orange entière plutôt que de boire un jus d'orange. L'orange entière contient en effet des fibres qui, outre leurs bienfaits sur le transit intestinal, retardent l'apparition du sucre dans le sang. La sensation de faim sera ainsi retardée même si le pouvoir calorique d'une orange est trois fois inférieur à celui d'un verre de jus d'orange de 200 ml (car il faut en moyenne trois oranges pressées pour le faire). Fruits

Quant à la quantité de vitamine C contenue dans le verre de jus d'orange, elle est bien sûr supérieure à celle contenue dans une seule orange mais seulement à condition que le jus en bouteille n'ait pas été stocké trop longtemps ou que le jus frais n'ait pas traîné trop longtemps sur la table du petit-déjeuner. Il faut savoir que cette vitamine est très sensible à la chaleur et à la lumière. De toute façon, une alimentation riche en fruits et légumes vous apporte les quantités de vitamine C nécessaires pour rester en forme.

 

 

Les nutritionnistes ont longtemps fait la distinction entre sucres rapides (glucides simples) et sucres lents (glucides complexes). Cette classification s'est révélée erronée car le glucose arrive aussi vite dans le sang  qu'il soit sous forme de chaînes longues ou courtes.

Bien sûr, les glucides se différencient en fonction de leur goût sucré ou non mais aussi en fonction de leur index glycémique.

L'index glycémique permet de classer les aliments en fonction de l'élevation du taux de glucose dans le sang (glycémie) qu'ils provoquent. Plus un aliment a un index glycémique élevé, plus il entraîne une hausse rapide de la glycémie ce qui provoque une sécrétion d'insuline dont le rôle est de faire baisser le taux sanguin de sucre. Cette baisse du taux de sucre dans le sang fait alors augmenter la faim.

L'index glycémique d'un même aliment peut varier selon plusieurs facteurs. Prenons l'exemple du blé et de deux aliments à base de blé. Le pain a un index glycémique plus élevé que les pâtes car le pain est fabriqué avec de la Farinefarine moulue finement alors que les pâtes le sont avec de la semoule, un grain moulu plus grossièrement. Le traitement industriel des aliments (écrasement, chauffage, pulvérisation) font augmenter l'index glycémique. Ainsi la purée de pommes de terre en flocons a un index glycémique plus élevé que les pommes de terre bouillies. Les corn flakes ont aussi un index glycémique très élevé, beaucoup plus que le maïs avec lequel ils sont fabriqués.

 

Au cours du repas, l'index glycémique d'un aliment est modifié par celui des aliments qui lui sont associés. De plus, les lipides et les fibres diminuent l'index glycémique. Tout ça est bien compliqué, me direz-vous. Et pourtant, j'ai essayé de faire simple.

 

Que retenir en pratique ?

Je dirai que, pour mieux maîtriser son appétit et donc son poids, on a intérêt à :

  • privilégier les glucides à index glycémique peu élevé, Lentilles et pois chiches
  • privilégier les aliments glucidiques qui contiennent des fibres, comme les céréales complètes, les légumes secs, les fruits et légumes (comme je vous le disais tout à l'heure, il vaut mieux manger une orange entière que boire un jus d'orange),
  • réserver les produits sucrés pour le dessert et ne pas en consommer entre les repas (de plus, les grignotages sucrés sont souvent aussi très gras et conduisent à manger au-delà de ses besoins),
  • manger des laitages et  des fruits.

Pour vous aider dans vos choix, regardez le tableau ci-dessous. Il vous indique l'index glycémique de quelques aliments; il prend comme référence le glucose, avec un index glycémique de 100. Les valeurs indiquées sont des moyennes.

 

 

 

 

Aliments Index glycémique

A index glycémique élevé

Glucose

Carotte

Corn flakes

Pommes de terre (purées instantanées)

Riz blanc

Pain complet

 

100

92

80

80

72

69

66

A index glycémique modéré

Pommes de terre bouillies

Riz brun

Raisin - Banane

Biscuits

Sucre de table

Flocons d'avoine

Spaghetti

Petits pois

Jus d'orange

 

 

65

64

64

60

58

58

50

45

 45 

A index glycémique bas

Pomme, orange

Spaghetti à la farine complète

Crèmes glacées

Lait écrémé

Lentilles

Fructose

Sirop d'agave

 

 

37

37

36

28

27

19

15

 

 

Bonne digestion de tout cela !

 

A très vite !

Partager cet article

Repost0
28 février 2011 1 28 /02 /février /2011 19:28

 

Devant le CCF

 

Bonsoir,

 

On me demande souvent à quoi ressemble Bamako. Difficile à décrire.

C'est une ville de 2 millions d'habitants qui grouille et regorge de couleurs. Une ville gaie où tout le monde s'affaire.

Où il y a des embouteillages monstres mais toujours quelque chose à regarder quand on est bloqué au milieu des Jakarta (les motos chinoises) et les Sotrama (les taxis collectifs).

Où l'on trouve de tout sur les marchés. Où le bruit est omniprésent sauf sur les bords du fleuve où le temps semble suspendu. Où, le dimanche, comme le dit la chanson, c'est le jour des mariages.

 

CirculationJe vous propose une petite visite en images (dans l'album photos "Bamako"). Je n'ai pas tout photographié. Il y a plein d'autres choses à voir à Bamako. Mais ces images vous donneront un petit aperçu de ce qui m'a frappée quand je suis arrivée ici.

 

A bientôt !A côté de la gare

Partager cet article

Repost0
28 février 2011 1 28 /02 /février /2011 09:50

Bonjour,

 

Si vous êtes d'accord, nous allons continuer à démonter les idées fausses en nutrition.

Ce matin, on s'intéresse aux protéines. Je vous donne deux affirmations. A vous de dire si elles sont vraies ou fausses.

 

Ma nièce m'a dit que tout était faux dans mon histoire l'autre jour. Oui, car la plupart des idées préconçues en nutrition sont fausses. Mais attention, ça ne veut pas dire que toutes mes affirmations le sont ! On y va ?

 

 

1. Dans un morceau de bifteck grillé (boeuf) de 100 g, il y a 100 g de protéines

  • Vrai
  • Faux

 

2. Il y a plus de protéines dans une demi-baguette de pain que dans un oeuf

  • Vrai
  • Faux

Pains marocains 

La première affirmation est fausse. Il ne faut pas croire que la viande ne contient que des protéines, comme on le voit souvent dans certains articles de journaux. La viande contient de l'eau, des protéines, des lipides, des vitamines et des sels minéraux. 

Dans un morceau de bifteck grillé, il y a 28 g de protéines pour 100 g et 4 g de lipides (source : table de composition nutritionnelle Ciqual 2008).

 

A titre indicatif, nous devons consommer environ 1 g de protéines par kilo de poids et par jour, ce qui correspond à nos pertes. Les protéines sont indispensables car elles entrent dans la composition de tous les tissus de l'organisme et participent à toutes ses fonctions. Les hormones, les enzymes, les anticorps sont des protéines.

Notre organisme ne possède pas de réserve en protéines. Donc, si l'alimentation ne nous en apporte pas assez, nos organes s'altèrent, nos muscles fondent (c'est ce qui se passe lorsque nous sommes malades, alités et que nous ne mangeons pas) et notre métabolisme de base diminue; ce qui favorise à terme la prise de poids. En revanche, il ne sert à rien de consommer de trop grandes quantités de protéines car l'organisme, ne pouvant pas les stocker, brûle toutes les protéines en excès. Oeufs

 

La seconde affirmation est vraie. Enfin une de vraie ! Il faut dire que l'on entend rarement ce type d'affirmation. Beaucoup pensent qu'on ne trouve des protéines que dans les viandes, les poissons, les oeufs, le lait et les produits laitiers, c'est à dire dans les produits animaux. Or, il y a aussi des protéines dans des produits d'origine végétale, dans les céréales, les légumes secs et, ce que l'on sait moins encore, dans les graines oléagineuses (amandes, cacahuètes, noix...). Dans une demi-baguette de pain, il y a un peu moins de 10 g de protéines, dans un oeuf environ 7,5 g.  Et dans 100 g d'amandes, il y a plus de 23 g de protéines !

Il faut cependant savoir que les protéines végétales n'ont pas la même qualité que les protéines animales. Les protéines se composent de petits éléments, les acides aminés. Certains sont dits indispensables car l'organisme ne sait pas les fabriquer. Ils doivent donc être apportés par l'alimentation. Les protéines animales contiennent tous les acides aminés indispensables. Les protéines végétales contenues dans les céréales sont carencées en un acide aminé indispensable, la lysine (à l'exception du quinoa qui en contient). Les protéines des légumes secs (haricots secs, pois, lentilles...) contiennent de la lysine mais très peu de méthionine, autre acide aminé indispensable.

Amandes 

  • Pour avoir à votre disposition tous les acides aminés indispensables, vous pouvez :
  • • soit consommer beaucoup de protéines animales (oeufs, poissons, viandes, lait et produits laitiers);
  • • soit manger des céréales et des légumes secs en grande quantité;
  • • soit associer céréales et/ou légumes secs et un peu de viande ou de fromage (ou de poisson ou un oeuf). Cette solution est la meilleure car les protéines animales valorisent les protéines végétales.

La conclusion de tout ça : mangez de tout !

Partager cet article

Repost0
26 février 2011 6 26 /02 /février /2011 19:26

 

entre le Royalty et le Biarritz Bonheur

 

Bonsoir,

 

Gros plan sur la Villa BelzaAprès la plage, les vagues et les rochers, je voudrais vous faire flâner le long des rues, au bord de l'eau pour vous faire découvrir un peu de l'architecture de Biarritz.

 

Biarritz fut longtemps un petit village de pêcheurs. Sa renommée de cité balnéaire de notoriété internationale ne date que de la seconde moitié du XIXe siècle quand l'impératrice Eugénie décide d'en faire sa villégiature. Les têtes couronnées d'Europe et les familles fortunées de l'époque font de ce site sauvage une des destinations où l'on se doit d'avoir une résidence.Escalier sur la mer

 

Pendant la seule période de1876 à 1881, près de trois cent demeures se construisent à Biarritz. D'extravagantes folies architecturales apparaissent. Les architectes affluent. Des lotissements comme le Domaine impérial puis le Parc d'hiver sont créés. Le néogothique se mélange au style néo-renaissance ou encore au style Old English.

 

La façade du BellevueDans les années vingt, Biarritz se développe encore et une architecture régionaliste émerge. Des maisons de style néo-basque apparaissent ainsi que des villas de style hispano-mauresque.

A la même époque, l'Art Déco fait son apparition. La société est aussi variée que l'architecture. Édouard VII et Alphonse XIII côtoient Picasso, Chaplin, Van Dongen, Paul Poiret, Valéry ou Jeanne Lanvin dans cette ville où l'on peut voir des châteaux écossais, des palais orientaux et de modestes maisons. Maison avenue de l'Impératrice

 

Promenez-vous dans Biarritz avec moi. Vous découvrirez aux hasards des rues des maisons où se mêlent tous ces styles et cette étonnante variété architecturale qui fait le charme de cette ville. Et retournez dans l'album photos "Biarritz" où il y a plein de nouvelles images.

 

 

A bientôt !Villa sur le plateau du phare

Partager cet article

Repost0
25 février 2011 5 25 /02 /février /2011 14:50

Beurre et huile

 

Bonjour,

 

Aujourd'hui, je vous propose un jeu. Nous allons jouer au "Vrai ou faux".

 

La nutrition, vous connaissez comme tout le monde. Mais il vous arrive parfois de douter de ces connaissances car, dans ce domaine, circulent beaucoup d'idées reçues. Comment faire la part entre ce qui a été démontré scientifiquement et les affirmations souvent contradictoires colportées par les médias ou les copines ?

 

Je vous propose de tester vos connaissances et vous aurez peut-être envie d'en savoir plus pour vivre "à fond la forme".

 

Voici 5 questions ou affirmations vraies ou fausses. A vous de répondre à la question ou de dire si les affirmations sont vraies ou fausses. Les réponses sont à la suite mais je vous conseille de ne pas les regarder avant d'avoir bien réfléchi à la question.

 

 

1. Laquelle de ces huiles est la plus légère ?

  • L'huile d'olive
  • L'huile de colza 
  • L'huile de tournesol
  • L'huile Isio 4
  • Aucune

2. La margarine contient moins de graisses que le beurre

  • Vrai
  • Faux

 

3. Un fromage à 20% de matières grasses contient 20g de graisses pour 100g

  • Vrai
  • Faux

 

4. Le poisson le plus gras est moins gras que la viande la moins grasse

  • Vrai
  • Faux

 

5. Pour rester en bonne santé, il faut surveiller régulièrement son taux de cholestérol, surtout après 70 ans

  • Vrai
  • Faux

 

Vous avez bien réfléchi ? O.K. Je vous donne les réponses.

 

 

1. Laquelle de ces huiles est la plus légère ?

 

Il fallait répondre "Aucune". En effet, toutes les huiles contiennent 100% de lipides (ou graisses) et fournissent 9000 kcal par litre (rappelez-vous, 1 g de lipides apporte 9 kcal). Leur seule différence réside dans leur composition en acides gras.

L'huile de colza est l'huile la mieux équilibrée avec un apport important en acides gras mono-insaturés (ou oméga-9)qui sont très bénéfiques puisqu'ils font baisser le taux de "mauvais" cholestérol (le LDL) sans toucher au "bon" (le HDL). Elle contient aussi, comme l'huile de noix, des acides gras poly-insaturés oméga-3 qui ont des effets bénéfiques sur les troubles du métabolisme lipidique et sur la fluidité du sang. Elle est sensible à la chaleur comme l'huile de noix.

L'huile d'olive est aussi riche en acides gras mono-insaturés mais elle ne contient pratiquement pas d'oméga-3.

Lhuile de tournesol est surtout riche en acides gras poly-insaturés oméga-6 qui font diminuer le taux de cholestérol total (le bon et le mauvais). Elle ne doit pas constituer l'apport principal.

L'huile Isio 4 est un mélange d'huiles. Elle n'offre pas d'avantages particuliers.

 

Pour la santé, il est nécessaire d'avoir un bon équilibre entre les oméga-6 et les oméga-3 (le rapport est idéalement de 5). En pratique, l'idéal est d'utiliser plusieurs huiles dans l'alimentation. Mon conseil est de choisir :

  • comme huile d'assaisonnement : 1/2 huile de colza, 1/2 huile d'olive ou huile de noix seule ou huile d'olive seule;
  • comme huile de cuisine : huile d'olive (ou huile de tournesol si l'on n'aime pas le goût de l'huile d'olive).

 

2. La margarine contient moins de graisses que le beurre

 

C'est faux. Les deux ont la même teneur en graisses (environ 82% de matières grasses sauf les beurres et margarines allégés). Leur différence réside dans leur origine et dans leur composition en acides gras.

Le beurre, d'origine animale, contient surtout des acides gras saturés qui ne devraient pas constituer plus du quart des acides gras consommés. En effet, ces acides gras consommés en excès favorisent les maladies cardiaques et vasculaires.

Les margarines, fabriquées avec des huiles végétales, contiennent surtout des acides gras poly-insaturés, sauf certaines margarines fabriquées à partir d'huile de colza qui assurent un apport équilbré en acides gras. Mais attention, les graisses des margarines subissent des transformations pour acquérir une forme solide. Dans les margarines issues d'un procédé d'hydrogénation, une partie des acides gras poly-insaturés est transformée en acides gras "trans" qui sont nocifs car ils font grimper le taux de cholestérol dans le sang. D'autres margarines, issues d'un procédé de fractionnement n'ont pas cet inconvénient mais elles sont aussi beaucoup plus chères.

Par ailleurs, certaines margarines sont enrichies en phytostérols qui limitent l'absorption du cholestérol alimentaire par le tube digestif. D'autres le sont en acides gras oméga-3. Ce qui ne les empêchent pas d'être des corps gras !

Un bon conseil donc : pour vos tartines, utilisez du beurre en quantité modérée (c'est, de plus, la meilleure source de vitamine A) et, pour la cuisson des aliments, utilisez de l'huile.

 

 

3. Un fromage blanc à 20% de matières grasses contient 20 g de graisses pour 100 g

 

C'est faux, il en contient beaucoup moins. En effet, pour les fromages, le taux de matières grasses indiqué sur les emballages correspond à la quantité de matières grasses contenues dans 100 g d'extrait sec, c'est à dire sur ce qui reste du fromage après dessiccation complète. Ainsi un camembert à 45% de matières grasses contient 24 g de matières grasses pour 100 g et non 45.

Attention, pour les yaourts et autres laits fermentés, la législation n'est pas la même. Sur les emballages de ces produits, le taux de matières grasses indiqué sur les emballages est le taux réel de matières grasses contenues dans le produit. Regardez donc bien les étiquettes !

 

 

4. Le poisson le plus gras est moins gras que la viande la moins grasse

 

C'est faux. Par exemple, l'escalope de dinde contient moins de 2 g de graisses pour 100 g alors que le thon frais en contient 13 g.

En fait, d'une manière générale, la chair des poissons présente des taux de graisses moins élevés que celle des viandes. Mais la différence majeure entre les viandes et les poissons concerne la nature de leurs lipides.

Les viandes apportent des acides gras saturés, mono-insaturés et poly-insaturés en proportion variable selon les espèces. La viande de boeuf est la plus riche en acides gras saturés alors que les volailles et en particulier le canard sont plus riches en acides gras mono-insaturés. Mais la plupart des viandes débarrassées de leur gras sont des aliments maigres.

Les poissons gras contiennent surtout des acides gras poly-insaturés et en particulier des oméga-3. C'est pourquoi il est recommandé de consommer deux portions hebdomadaires de poisson gras pour prévenir les maladies cardio-vasculaires.

Attention ! Les taux de matières grasses contenues dans les poissons ou dans les viandes ne sont rien comparés à la quantité de matières grasses soyuvent ajoutées pour la cuisson ou l'assaisonnement.

 

 

5. Pour rester en bonne santé, il faut surveiller régulièrement son taux de cholestérol, surtout après 70 ans

 

C'est faux. Il n'y a aucune raison de contrôler son taux de cholestérol avant l'âge de 40 ans (et même de 50 ans chez la femme), sauf en cas d'hypercholestérolémie familiale.

Après 40 ans, il est utile de le faire s'il y a un autre facteur de risque cardio-vasculaire (diabète, hypertension artérielle, obésité androïde...).

Après 70 ans, en revanche, il a été démontré qu'il n'y avait pas de relation entre le taux de cholestérol et l'état de santé.

 

 

J'espère que ce petit exposé concernant les lipides ne vous a pas trop embêtés. J'aimerais en faire autant pour les glucides et les protéines qui sont aussi la source de nombreuses idées fausses. Ce sera pour un autre jour.

 

Bonne soirée.

 

A bientôt !

Partager cet article

Repost0
24 février 2011 4 24 /02 /février /2011 14:54

 

Jumbo

Bonjour,

 

Aujourd'hui je vais vous faire regarder les murs de Bamako. Qui sont rarement blancs. Non pas parce qu'ils sont recouverts de poussière, de cette poussière qui vole sur toute la ville et qui pénètre jusqu'au fond des placards. Restaurant sénégalaisNon, tout simplement parce qu'ils sont peints. La publicité s'étale sur tous les murs. Publicités de lessives, de dentifrices, de farines... Bavaria

 

Les commerces et restaurants affichent aussi leurs enseignes colorées. Chacun donne libre cours à sa création.

 

Admirez par vous-même ce qui fait un des charmes de la ville.

 

 

Lessive Barika Tigi

 

 

 

 

 

 

 

 

Avec Coca Cola, rafraîchissez-vous la vie !

Nescafé éveille vos sens !

 

Pub Coca Cola

 

 

 

 

La rôtisserie moderne détail 

 

Création couture

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Commerçant chinois

 

  N'oubliez pas, qu'avec Maggi, chaque femme est une étoile !

 

Avec Maggi chaque femme est une étoile

 

 

En regardant, l'enseigne de cette papeterie, vous penserez peut-être au crayon ou à la gomme que vous aviez oublié d'acheter.Papeterie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La remorque de ce camion vous rappellera que vous n'avez plus d'ail à la maison.

 

Camion fruits et légumes

Mais c'est peut-être le dentifrice qui vous manque.

Pub dentifrice

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A bientôt !

Partager cet article

Repost0
23 février 2011 3 23 /02 /février /2011 19:49

Perles de troc de Bohême du XVe siècle

 

Bonsoir,

 

J'ai passé la journée dans les perles et j'ai retrouvé quelques très anciennes perles de Bohême en verre moulé. Ces perles servaient de perles de troc comme les perles de Venise.

 

La Bohême a développé dès le début du XIVe siècle une importante industrie verrière grâce à ses sols riches en minéraux et à ses ressources en bois pour alimenter les fours.

 

De petits artisans munis de simples moules et de lampes à gaz assuraient l'essentiel de la production. La crise de 1929 entraîna une baisse de la production qui chutera encore avec la seconde guerre mondiale. En 1945, le régime communiste nationalise l'industrie de la verrerie qui se développe et exporte dans le monde entier.

 

Depuis la chute du communisme, la verrerie a été privatisée.  Toujours inventifs, les Tchèques continuent à produire des perles de verre de qualité de styles très différents.

 

A signaler : le fondateur de la firme Swarovski est né en Bohême.

 

Je vous montre ci-dessous les colliers que j'ai réalisés avec ces perles de troc du XVe siècle qui ressemblent à des bonbons.

 

Bonne soirée !

 

Perles de Bohême du XVe siècle rouges, jaunes et rosesPerles de verre de Bohême du XVe siècle vertes et bleuesPerles de verre de Bohême du XVe siècle noires et blanche

Partager cet article

Repost0

Profil

  • La nutrition en couleurs
  • Médecin nutritionniste, passionnée par la lumière et les couleurs, j'aime faire partager à ceux qui m'entourent mes connaissances en cuisine et en nutrition pour qu'ils puissent concilier santé, plaisir et gourmandise.
  • Médecin nutritionniste, passionnée par la lumière et les couleurs, j'aime faire partager à ceux qui m'entourent mes connaissances en cuisine et en nutrition pour qu'ils puissent concilier santé, plaisir et gourmandise.

Droits réservés

Les images de ce blog (dessins, photos...) ne sont pas libres de droits

Recherche