750 grammes
Tous nos blogs cuisine Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 avril 2012 7 15 /04 /avril /2012 09:30

 

 

Carreau 8Carreau 8 90°Carreau 8Carreau 8 90°Carreau 8Carreau 8 270°Carreau 8 180°Carreau 8 270°Carreau 8 180°Carreau 8 270°Carreau 8Carreau 8 90°Carreau 8Carreau 8 90°Carreau 8Carreau 8 270°Carreau 8 180°Carreau 8 270°Carreau 8 180°Carreau 8 270°   

 

 

Bonjour,

 

 

Quiconque s'est promené dans la médina de Tunis n'a pu manquer de pénétrer dans quelques-uns de ses vieux palais et d'y admirer les murs couverts de superbes carreaux.

 

 

 

3282716978_65f5dcd5e7.jpg

      Dar Othman, palais du XVIe siècle qui abrite les bureaux de conservation de la médina de Tunis

 

 

 

Ces carreaux de faïence sont très proches de ceux de l'Italie ou de l'Espagne des siècles derniers. On trouve les carreaux les plus anciens sur les façades des mosquées comme celles de Bab Alioua à Tunis ou les intérieurs de la Zaouïa de Sidi Qacem el Jalizi. Leurs graphismes et leurs couleurs sont caractéristiques de l'Afrique du Nord. On trouve l'influence des styles hispano-mauresque et turco-persan.

 

Au XVIIe et XVIIIe siècles, les riches demeures de la médina de Tunis se couvrent de carreaux de revêtement et de panneaux dits de qallaline. Les dimensions varient selon les modèles de carreaux : 10 X 10 cm, 15 X 15 cm, 20 X 20 cm... Les carreaux sont épais, 1,5 à 2,5 cm et leur section est légèrement en biais pour faciliter l'étanchéité. 

 

Le jaune, le bleu, le vert et le brun sont les couleurs utilisées sur un fond blanc crème. Le travail des dessins est fait à la cuerda-cuenca (légèrement en relief) ou à la cuerda-seca (grâce à un trait de contour au brun de manganèse).

 

Je vous laisse admirer quelques exemples de ces revêtements dans la médina de Tunis.

 

 

 

5541035489_7189e84602.jpg

Dar Lasram, palais du XVIIIe siècle

 

 

 

2886788661_44aeec4750.jpg

Dar Tourbet El Bey

 

 

 

2672773516_81c6f21ccd.jpg

Restaurant Dar El Jeld

 

 

 

 2887641764_bbed81d577.jpg

Mejin dans le patio de Dar Ben Abdallah

 

 

 

3483540751_617d5ce9e0.jpg

Dar Hussein, siège de l'Institut National du Patrimoine

 

 

 

 

En règle générale, un assemblage de quatre éléments est nécessaire à la réalisation du motif. Les angles supérieurs de gauche et de droite ainsi que les inférieurs coïncident entre eux en formant souvent la rosace principale du décor.     

 

 

 

4 carreaux4 carreaux4 carreaux4 carreaux4 carreaux4 carreaux4 carreaux4 carreaux4 carreaux 14 carreaux4 carreaux 14 carreaux4 carreaux4 carreaux4 carreaux 14 carreaux4 carreaux 14 carreaux4 carreaux4 carreaux4 carreaux4 carreaux4 carreaux4 carreaux 14 carreaux 1

      Exemple d'assemblage de carreaux 20 X 20 du XIXe siècle

 

 

 

 

Je vous laisse imaginer les murs recouverts de ces carreaux du XVIIIe siècle...

 

 

Carreau 2

      Carreau représentant le style turco-persan à décor floral

 

 

 

 

Carreau 1

 

 

 

 

 

Carreau 6

 

 

 

 

 

Carreau 3

 

 

 

 

 

 

Carreau 4

 

 

 

 

Carreau 7

Carreau aux roses des vents ou carreau pattes de lion

 

 

 

Ça donne ça.

 

Carreau 1 180°Carreau 1 270°Carreau 1 180°Carreau 1 270°Carreau 1 180°Carreau 1 90°Carreau 1Carreau 1 90°Carreau 1Carreau 1 90°

Carreau 1 180°Carreau 1 270°Carreau 1 180°Carreau 1 270°Carreau 1 180°Carreau 1 90°Carreau 1Carreau 1 90°Carreau 1Carreau 1 90°Carreau 1 180°Carreau 1 270°Carreau 1 180°Carreau 1 270°Carreau 1 180°

 

 

      Ou ça.

 

 

Carreau 5Carreau 5Carreau 5Carreau 5Carreau 5

Carreaux à décor ottoman dans le style dit "de Damas"    

 

 

 

Ce genre de céramique connaît un grand succès dès le XVIe siècle et les carreaux de faïence de Tunisie sont exportés à travers toute la Méditerranée occidentale. L'engouement pour les carreaux tunisiens gagne toute la Méditerranée. L'Égypte, la Libye et l'Algérie sont les principaux importateurs, suivis par la Sicile voisine et le lointain Ghana.

 

Tous ces motifs anciens ont été repris par les ateliers "Chemla" à la fin du XIXe siècle. Ils connaissent un regain d'intérêt au XXe siècle, entre les deux guerres, quand, à la suite du milliardaire roumain Sébastien, de nombreux étrangers découvrent Hammamet et s'y installent. Ils se font construire des villas dans le style hispano-mauresque et les décorent de céramiques fabriquées dans les ateliers de la ville voisine, Nabeul.  

 

Aujourd'hui encore, quelques ateliers de Tunisie fabriquent à la main les mêmes carreaux, qui sont exportés dans le monde entier. On en trouve même dans certaines maisons à Biarritz...

 

 

 

 

Carreaux cuisine Biarritz

 

 

 

 

A bientôt !    

Partager cet article
Repost0
1 novembre 2011 2 01 /11 /novembre /2011 19:41

Une cuve d'indigo

 

Bonjour,

 

J'ai déjà consacré un article à l'indigo mais je ne peux résister à l'envie d'en reparler avec vous et de vous montrer d'autres images après avoir visité l'atelier d'Aboubakar Fofana.

 

Né à Bamako, Aboubakar Fofana est un artiste plasticien depuis longtemps passionné par les colorants végétaux et particulièrement par l'indigo. Parti faire ses études en France, il s'y passionne pour la calligraphie. Son ancrage dans la culture malienne le conduit tout naturellement vers le support textile. Son projet "Sublime indigo - Japon, France, Mali" remporte le prix de la Villa Médicis hors les murs/AFAA, section design en 2000 ce qui lui permet de partir pour le Japon où il approfondit les connaissances acquises à l'École Olivier de Serres sur les techniques japonaises de teinture à l'indigo par fermentation.Les boules d'indigo. Teinture indigo sur coton avec réserves

Revenu vivre au Mali en 2003, Aboubakar Fofana y installe son atelier, à Bamako. Il travaille à la relance de la filière indigo végétal (pour le moment, il est obligé d'aller en Guinée faire ses provisions de feuilles d'indigotier) et il soutient la culture de coton biologique.

 

Si vous êtes à Bamako, allez le voir dans son atelier*. Il vous montrera son travail et vous expliquera la technique de teinture à l'indigo par fermentation. Vous pourrez admirer les immenses cuves en grès provenant du Japon, où Aboubakar Fofana teint ses textiles. Ce sont des élevages de bactéries qu'il faut nourrir (avec du miel et des dattes A la surface de la cuveséchées), soigner et laisser de temps en temps au repos pourTissage du coton ne pas les épuiser et qu'elles puissent se renouveler. Les jeunes bactéries permettent d'obtenir les couleurs les plus intenses, les cuves plus âgées donnent des couleurs plus douces.Nuancier d'indigo sur coton Vous pourrez aussi voir les artisans et les stagiaires qui travaillent avec lui, qui filent le coton biologique et qui le tissent. Et, bien sûr, admirer quelques-unes de ses réalisations pour la mode ou la décoration.

 

Si vous passez à Paris, allez voir ses créations à "La Soie Disante", 36 rue de Verneuil.

 

Je vous laisse admirer certaines des pièces uniques qu'il produit en séries limitées et qu'il dévoile dans son atelier de Bamako.

 Coton biologique teint à l'indigo avec ou sans réserves

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Etoles de lin dans différentes nuances d'indigo

 

A bientôt !

 

 

* Aboubakar Fofana - Korofina Nord, rue 181, porte 256 - Téléphone : +223 76 38 84 08 

aboubakar.fofana@gmail.com

www.aboubakar-fofana.com

Partager cet article
Repost0
5 août 2011 5 05 /08 /août /2011 17:32

Zellige---Mosquee-Hassan-II---Casablanca.jpg

 

Bonjour,

 

Zelliges du minaret du ChellahAujourd'hui je repars avec vous au Maroc pour vous montrer un des trésors de l'artisanat marocain : le zellige.

 

Le zellige ou zellij (زليج) désigne la mosaïque traditionnelle marocaine. Médersa mérinide de Salé

 

Apparu au Maroc au Xe siècle, cet art décoratif se développe considérablement  à la fin du XIIIe siècle et surtout au XIVe siècle sous le règne des Mérinides. Le revêtement en zellige se généralise sur les minarets, les murs les colonnes et les sols. Probablement dérivé de la mosaïque byzantine, cet art a certainement été influencé ensuite par la majolique italienne et l'azulejo andalou. Il a su s'adapter aux styles de décoration contemporains et reste bien vivant au XXIe siècle.

 

La technique n'a pas changé depuis des siècles. Seules les couleurs ont évolué : aux nuances de blanc et de brun (obtenu à partir de l'oxyde de fer et du manganèse) utilisées dès le Xe siècle, se sont ajoutés le vert (oxyde de cuivre) et le jaune (limonite) puis le bleu (produit à partir du cobalt)au temps des Mérinides. Le rouge n'apparaît qu'au XVIIe siècle. Depuis, les palettes se sont diversifiées et on peut voir des zelliges de toutes les couleurs de l'arc en ciel.Eau-a-la-fontaine-a-Fes.jpg

 

Les artisans spécialisés sont dirigés par un Mâalem (un Maître). Les carreaux de 10 cm de côté en argile sont recouverts d'émailet cuits de manière traditionnelle (séchage, première cuisson, émaillage, deuxième cuisson). Les motifs sontZelliges mur mosquée à Fès dessinés sur les carreaux. Ensuite, les artisans, à l'aide de martelines aiguisées sur leurs deux faces (menquach), découpent les pièces une à une en suivant le tracé préalablement dessiné sur les carreaux émaillés. Les toutes petites pièces de formes diverses obtenues sont ensuite assemblées à la manière d'une mosaïque pour former des compositions polychromes géométriques plus ou moins compliquées. Les zelliges sont employés en pavements, en lambris, à l'intérieur comme à l'extérieur des monuments et des habitations.Fontaine à Fès (2) Ils sont même utilisés pour recouvrir le mobilier. Les carreaux de 10 X 10 cm peuvent être utilisés seuls, associés avec la mosaïque ou avec le bejmat (carreaux de terre bruts ou émaillés de 15 X 5 cm).

 

Je vous montre ci-dessous quelques réalisations en zellige anciennes et contemporaines et leur utilisation en décoration. Detail-du-sol-du-mausolee-de-Moulay-Idriss-a-Me-copie-1.jpg

 

 

  Motif de l'étoile polygonale

 

Vue sur la terrasse 

 

 

Certaines de ces oeuvres datent de plusieurs siècles. D'autres sont contemporaines. Seule l'usure de certaines montre qu'elles sont plus anciennes. Pour d'autres, ce sont les couleurs utilisées qui font la différence. 

 Une salle de bain

 

 

 Zellige de la mosquée Hassan II à Casablanca (2)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Certains dessins sont traditionnels, d'autres d'inspiration art déco.  Certains sont d'une complexité extrême, d'autres d'une simplicité apparente. A vous de choisir ! 

 

Frise zellige et marbre

 Fontaine

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Zellige de la mosquée Hassan II à Casablanca

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 toilettes invités

Entrée

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Petite cour 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Beijmat bleu

 

 

Zellige-sculpte.jpg 

 

 

 

 

 

 

 

 

Extérieur de la mosquée Hassan II à Casablanca

 

 

Photos prises à Fès, Meknès, Rabat, Salé, Casablanca, à l'hôtel Les Deux Tours à Marrakech et... à la maison. Zellige coeur

 

 

 

 

A bientôt !

Partager cet article
Repost0
29 décembre 2010 3 29 /12 /décembre /2010 11:41

 

 

  Mosaïque marbre et carreaux de Nabeul

 

Bonjour,

 

Ce matin, je pensais au décor de ma table pour le dîner de ce soir. Et je vois par hasard un carreau de marbre et de mosaïque que m'avait donné il y a quelques années un mosaïste de Carthage où je résidais alors. Ce carreau avait été peint sur la tranche d'une atroce peinture brillante noire. C'est pourquoi je ne l'utilisais pas. Et ce matin, je ne sais pas pourquoi je n'y avais pas encore pensé, je me suis dit que je pouvais repeindre la tranche de ce carreau qui deviendrait alors un très beau dessous de plat.

J'ai donc poncé la tranche puis mélangé quelques couleurs acryliques : du blanc, de l'ocre jaune, un peu de terre de Sienne brûlée, un peu de bleu outremer et un peu de Raw umber (terre d'ombre naturelle). J'ai ainsi obtenu la couleur du marbre de ce carreau de mosaïque. Et mon dessous de plat sera magnifique ce soir sur ma table.

 

Je profite de cette anecdote pour vous parler un peu de la mosaïque et des carreaux de faïence traditionnels de Tunisie. Ceux qui sont allés en Tunisie ne peuvent qu'avoir été frappés par la beauté des mosaïques de Tunisie.

Dès le Vème siècle avant J.C., les Carthaginois assemblaient des petits cubes de pierre, de marbre, de terre cuite et de pâte de verre pour recouvrir les sols de leur maison. A l'époque romaine, la mosaïque devint un élément essentiel de la décoration des édifices et sous les Byzantins encore, l'art de la mosaïque connut un nouvel épanouissement. Quand on visite les musées et les sites antiques de Tunisie, on peut voir à certains endroits des pavements de mosaïque de différentes époques superposés.

Dans le jardin de la maison que j'occupais à Carthage, les escaliers étaient recouverts de plaques de mosaïque d'époques diverses mélangées à des morceaux de pierre sur lesquels on pouvait encore voir des lettres latines. Les ouvriers qui avaient construit la maison s'étaient servi de ce qu'ils trouvaient sur place en creusant pour faire les fondations.

 

Aujourd'hui, certains artisans et artistes ont retrouvé les techniques ancestrales et réalisent des mosaïques de marbre et de pierre qu'ils mélangent souvent avec des morceaux de vieux carreaux tunisiens. Je ne vous parlerai pas aujourd'hui de cette magnifique faïence, ce serait une trop longue histoire. Mais si cela vous intéresse, je vous recommande une adresse où vous trouverez toute l'histoire de cette faïence qui fait encore la fortune de Nabeul : http://arts.medit.occ.pagesperso-orange.fr/tun.htm .

 

A bientôt

 

 

Partager cet article
Repost0

Profil

  • La nutrition en couleurs
  • Médecin nutritionniste, passionnée par la lumière et les couleurs, j'aime faire partager à ceux qui m'entourent mes connaissances en cuisine et en nutrition pour qu'ils puissent concilier santé, plaisir et gourmandise.
  • Médecin nutritionniste, passionnée par la lumière et les couleurs, j'aime faire partager à ceux qui m'entourent mes connaissances en cuisine et en nutrition pour qu'ils puissent concilier santé, plaisir et gourmandise.

Droits réservés

Les images de ce blog (dessins, photos...) ne sont pas libres de droits

Recherche