750 grammes
Tous nos blogs cuisine Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 décembre 2011 3 21 /12 /décembre /2011 08:00

 

  4438705208_143cfd4d86.jpg

 

Bonjour,

Il est temps de parler de ce que l'on va manger le jour de Noël. Je suis un peu en retard mais ne m'en voulez pas, je suis encore un peu à Bamako. Pas encore de neige à Biarritz pour me faire penser que Noël est dans moins d'une semaine.

Je vois de plus en plus d'articles sur le net à lire pour ne pas grossir pendant les fêtes. Faut-il faire un régime avant ? Faut-il ne pas manger de bûche ? Faut-il éviter la dinde et ne manger que des huîtres ? Le champagne fait-il moins grossir que le vin rouge ? ...........

Certains d'entre vous se posent ces questions. J'ai essayé d'y répondre l'année dernière (cf.Joyeux Noël , Réveillonnez sans peur de grossir ). Je ne peux que vous conseiller de relire (ou de lire pour ceux qui sont arrivés en chemin) ces articles. Tout y est !

Et à ceux qui n'aiment pas relire ce qu'ils ont déjà lu, je dirai : profitez bien des fêtes, mangez avec modération ce que vous aimez, dégustez avec attention, faites-vous plaisir ! Et si vous prenez 100 grammes, ne vous inquiètez pas, vous les reperdrez sans régime dans les jours qui suivront.

En attendant, je vais préparer ma terrine de foie gras. Je vous en donnerai la recette dès que j'aurai fait mes photos.

 

A très vite donc !

 

Partager cet article
Repost0
18 novembre 2011 5 18 /11 /novembre /2011 13:56

gateaux-pour-un-buffet.jpg

 

Bonjour,

 

Hier je vous ai parlé de l'aspartame. Comme vous avez pu le voir, je ne suis pas particulièrement favorable à sa consommation même si je ne pense pas qu'il soit nocif aux doses recommandées. Je vous ai expliqué pour quelles raisons. Mais, comme tous, je suis attirée par le goût sucré.

 

Dès ses premiers jours, le nourrisson apprécie la saveur sucrée. Si on pose une solution sucrée sur sa langue, il a une mimique de satisfaction. Il n'en est pas de même avec une solution acide ou amère. L'homme a une attirance innée pour le goût sucré.Fruits-pour-buffet.jpg Serait-ce parce qu'il est frugivore à l'origine comme certains le disent ? Cela semble possible si l'on compare la dentition humaine et celle des autres animaux ou encore la longueur de notre intestin. Ce qui est certain c'est que l'homme, comme les autres animaux est génétiquement programmé pour apprécier le goût sucré. Les aliments sucrés sont en général riches en énergie alors que les aliments amers sont souvent toxiques et dangeureux. Il semble que l'évolution des espèces a favorisé la sélection d'individus ayant une attirance pour les produits sucrés et une aversion pour les produits amers.

 

Dans l'enfance, les goûts se différencient. Le goût sucré perdure en général, mais l'enfant apprend à apprécier d'autres saveurs et même parfois les saveurs amères. Sa préférence pour les produits sucrés s'explique par le besoin d'aliments à forte densité énergétique correspondant à la satisfaction de ses besoins de croissance. Le goût sucré est parfois entretenu par les parents qui donnent des 341096780_6b503ae95d.jpgbonbons à leurs enfants quand ils sont gentils et qui les privent de dessert quand ils n'ont pas été sages ou qu'ils ont été méchants. Dans l'inconscient des Occidentaux, le sucre est ainsi rattaché à l'amour des parents.

 

Or, le sucre fait peur et on lui impute, le plus souvent à tort, de nombreuses pathologies.  C'est pourquoi les mères essayent souvent de limiter la consommation de sucre de leurs enfants, qui eux ne perçoivent que la punition. Et ces enfants, devenus grands, revivront la sévérité de leurs parents si on les oblige à se priver de sucre. Les produits sucrés sont chargés d'une connotation positive quand ils ont été valorisés par leur statut de récompense. Ils 3596693680_c33c465efe.jpgrenvoient à des souvenirs d'enfance et aux moments où l'enfant était gâté parce qu'il s'était bien tenu. C'est pourquoi ils rassurent et sont les premiers sur lesquels on se jette quand tout ne va pas bien et que l'on a envie de se faire plaisir.

 

Il est inutile de supprimer les aliments sucrés de notre alimentation. Le sucre pris à la fin d'un repas n'a jamais fait de mal à personne. Mais il est important de limiter les produits avec sucre ajouté (surtout entre les repas) au profit des aliments naturellement sucrés. Comme il est essentiel de terminer un repas de fête par un plat sucré et en général par un gâteau. 

 

La santé est indissociable du plaisir et de la gourmandise.

 

 

A bientôt !

Partager cet article
Repost0
17 novembre 2011 4 17 /11 /novembre /2011 18:03

 

120934322_6fbd408d5a.jpg 

Bonjour,

 

Il y a longtemps que je ne vous ai pas parlé de nutrition si ce n'est pour énumérer les caractéristiques nutritionnelles de certains aliments. Or il est un sujet qui intéresse beaucoup d'entre vous et que je n'ai que peu abordé : les édulcorants. Sont-ils nocifs, sont-ils efficaces pour lutter contre la prise de poids...???

Il se trouve que je viens de répondre à ces questions et particulièrement à celle de la toxicité de l'aspartame. En effet, j'ai reçu une mise en garde contre ce produit infiniment dangereux d'après l'auteur. Beaucoup d'idées fausses circulent sur internet et, en toute modestie, je voulais dire ce que je savais à ce sujet. Je vous livre ma réponse qui répondra, je l'espère, à certaines de vos interrogations.

 

 

 

 

Réponse à l’alerte et à la mise en garde adressée

par le Docteur M. G.

au sujet de l’aspartame

 

 

Bonjour,

Je n’ai pas l’habitude de répondre à ce genre d’article mais je pense que je me dois aujourd’hui de faire un point sur l’aspartame et sur sa toxicité présumée. Et j’en profiterai pour vous donner mon point de vue de médecin nutritionniste sur cet édulcorant.

Certains diront que j’ai été payée par les Laboratoires Searle qui ont commencé à commercialiser l’aspartame en 1974 et par Nutrasweet® qui a repris sa commercialisation. C’est vrai, j’ai travaillé (il y a longtemps) pour ces deux sociétés, toutes deux filiales de Monsanto. Mais il est aussi vrai que j’ai pu avoir accès à toutes les études qui ont permis la mise sur le marché de l’aspartame et sa commercialisation et me faire une petite idée sur la question.

Je vais donc me permettre de reprendre point par point les affirmations contenues dans cet article.

 

Sur la composition de l’aspartame

L’aspartame ou E951 (Canderel®, Pouss-suc®, Nutrasweet®…)  est un édulcorant de synthèse composé de deux acides aminés (qui sont les constituants des protéines). C’est l’ester méthylique du dipeptide L-aspartyl-L-phénylalanine. Il est métabolisé dans le tractus digestif en méthanol (10%), en acide aspartique (40%) et en phénylalanine (50%).

La phénylalanine est un acide aminé essentiel (que l’organisme ne sait pas synthétiser et qui doit donc être apporté par l’alimentation). Elle est présente dans la plupart des aliments et en particulier dans les légumes et les graines mais aussi dans le lait, les viandes etc. Monsieur G. nous dit que 2% de la population pourraient être allergiques à cette phénylalanine. Ce qu’il faut savoir c’est que certaines personnes (1 sur 16 000), atteintes d’une maladie génétique rare, la phénylcétonurie, qui est détectée dès la naissance, n’ont pas l’enzyme nécessaire à la dégradation de la phénylalanine. Il leur est donc demandé d’avoir un régime pauvre en phénylalanine. C’est pourquoi tous les aliments contenant de l’aspartame doivent mentionner « contient de la phénylalanine » sur leur emballage.

L’acide aspartique est lui aussi un acide aminé mais non essentiel. Comme la phénylalanine, il participe à la synthèse des protéines. L’aspartate qui est issu de l’acide aspartique joue le rôle de neuro-transmetteur, c'est-à-dire qu’il facilite le transfert d’informations de neurone en neurone. Monsieur G. affirme que c’est un produit hautement dangereux pour le cerveau. Il est vrai que l’ingestion de doses très élevées d’aspartate peut entraîner à terme la destruction d’une partie des neurones Pour arriver à la limite considérée comme toxique,  il faudrait ingérer des doses d’aspartame très largement supérieures aux doses recommandées. Il faut savoir aussi que nombre d’aliments contiennent beaucoup plus d’acide aspartique que l’aspartame.

Le méthanol, qui est pour Monsieur G. un « poison mortel » est un alcool qui se décompose dans le corps en formaldéhyde, en acide formique et en dioxyde de carbone. Les deux premiers sont effectivement toxiques à partir d’une certaine dose. Le premier est reconnu comme cancérigène, le deuxième peut provoquer des problèmes de vue. Ce qu’il faut savoir, c’est que le méthanol est toxique pour l’organisme à partir de 200 à 500 mg/kg/jour. Or, en ingérant la DJA (dose journalière acceptable) d’aspartame, soit 40 mg/kg/jour, on se retrouve avec environ 4 mg/kg de méthanol dans l’organisme ! Il faut savoir aussi qu’il y a du méthanol en quantités beaucoup plus importantes dans les fruits et légumes et donc dans les jus de fruits et de légumes (200 à 280 mg dans un litre de jus de fruits, 48 mg dans un litre de boisson à l’aspartam) et dans les boissons fermentées comme la bière ou le vin.



Sur les effets secondaires de l’aspartame

Monsieur G. énumère quelques-uns des effets secondaires relevés après prise d’aspartame. Aucun n’a pu être directement rapporté à la prise de cet édulcorant. D’autres ont accusé l’aspartame d’être à l’origine de l’augmentation de l’incidence de tumeurs du cerveau aux USA dans les années 80. Monsieur G. omet d’en parler.

Les quelques 200 études effectuées sur l’aspartame ont été évaluées par des organismes nationaux et internationaux, dont la FDA (Food and Drug Administration) et l’Autorité Européenne de Sécurité des Aliments (EFSA).  Malgré les conflits d’intérêt qui ont pu survenir, elles ont  apporté des informations fiables et montré l’innocuité de ce produit qui a obtenu l’autorisation de mise sur le marché dans au moins 93 pays.

 

Où se cache l’aspartame

Monsieur G. a raison de dire que beaucoup de produits contiennent de l’aspartame :  les chewing-gum sans sucre (on devrait ajouter « cariogène » car ils contiennent en général d’autres sucres que le saccharose qui, s’ils ne provoquent pas de caries, contiennent cependant des glucides contrairement aux édulcorants), les confiseries sans sucre, les boissons sans sucre mais il oublie les médicaments. Or plus de 600 spécialités contiennent de l’aspartame.

 

CONCLUSION

En l’état actuel de nos connaissances, on peut dire que l’aspartame est un produit dont l’innocuité a été reconnue. Il n’y a donc pas lieu de supprimer sa consommation.

Mon intervention d’aujourd’hui n’a pas pour but de conseiller l’utilisation de l’aspartame. Bien au contraire. En tant que médecin nutritionniste, je ne peux que vous prévenir contre sa consommation mais pour d’autres raisons que celles évoquées par l’article auquel je réponds. En effet, même si les édulcorants (il n’y a pas que l’aspartame) ne sont pas dangereux à doses raisonnables pour la santé, ils entretiennent cependant la dépendance au sucré. Et nombreux sont ceux qui, considérant les aliments allégés en sucre comme des produits  peu caloriques, consomment sans compter ces aliments au goût sucré, souvent plus gras que leurs homologues sucrés,  sous prétexte qu’ils ne contiennent pas de sucres mais des édulcorants. Ils pensent que ces aliments ne font pas grossir.

Même si ces aliments allégés en sucres sont moins caloriques que leurs homologues sucrés (ce qui n’est pas toujours le cas, seules les étiquettes peuvent vous le dire), leur prise n’entraîne pas obligatoirement une perte de poids. En effet, le cerveau sait compter et pour vous le démontrer, je vais vous raconter l’histoire d’une étude comparant deux desserts, l’un sucré à l’aspartame, l’autre au saccharose (sucre de table). Les deux groupes de sujets de l’étude avaient le même repas imposé à midi. Seul le dessert changeait. L’un était sucré à l’aspartame, l’autre au saccharose. Tous les sujets devaient manger la même ration imposée à midi. Pour le dîner, un buffet était proposé et chacun pouvait manger à volonté, selon son appétit. Les rations de chaque sujet au repas du soir étaient évaluées. L’étude durait deux semaines et les sujets qui avaient eu un dessert sucré à l’aspartame la première semaine recevaient un dessert sucré au saccharose la seconde semaine et inversement pour l’autre groupe. Que croyez-vous qu’il se passa ? Je vais vous le dire. Le premier jour, les rations caloriques étaient les mêmes en moyenne dans les deux groupes. Dès le deuxième jour, les rations caloriques étaient supérieures au repas du soir chez les sujets ayant reçu un dessert sucré à l’aspartame. La semaine suivante, ces mêmes sujets qui avaient reçu cette fois-ci un dessert sucré au saccharose (contrairement à la semaine précédente) avaient la même ration calorique que les jours précédents. Dès le deuxième jour de cette deuxième semaine, leur ration calorique était diminuée. Dans l’autre groupe, les résultats étaient similaires. La ration alimentaire se stabilisait dès le deuxième jour du nouveau régime. L’organisme s’était adapté pour avoir toujours la même ration calorique. Ce qui prouve bien que l’organisme ne se laisse pas leurrer, si ce n’est pendant 24 heures. De quoi réfléchir, non ?

 

Cette étude corrobore ce que je vous ai déjà dit : le cerveau sait compter (sauf pour les boissons sucrées, nous y reviendrons). C'est pour cela qu'il faut respecter ses sensations de faim et de satiété. Nous en reparlerons mais en attendant, je ne peux que vous conseiller de manger le moins de produits industriels possible, avec ou sans édulcorants et d'être à l'écoute de votre organisme.

 

A bientôt !

 

P.S. Excusez les changements de police, j'ai fait du "copier-coller" pour reproduire mon article et je n'ai pas pu tout homogénéiser. Les mystères de l'informatique...

  

Partager cet article
Repost0
10 novembre 2011 4 10 /11 /novembre /2011 09:48

 

L-anone.jpg 

Bonjour,

 

Il y a quelques jours, je vous ai dit que la papaye (cf.La papaye ) était un des seuls fruits présents sur les étals à Bamako actuellement. J'avais oublié l'anone qui est "le" fruit de la saison.

anones 

feuilles de l'attier (Annona squamosa)L'anone ou pomme cannelle (Annona squamosa) est le fruit de l'attier ou pommier cannelle, arbuste originaire d'Amérique tropicale qui s'est répandu aux Antilles puis, grâce aux Espagnols, dans toutes les régions tropicales et notamment en Asie.

 

Cet arbuste, haut de moins de 6 m, n'est pas très joli.  Ses feuilles sont lancéolées, alternes, d'un vert moyen. Ses fleurs ont des pétales épais, verts et pourpres à la base. Ses fruits seuls sont intéressants. En forme de coeur, ils Intérieur pomme cannelleressemblent de loin à des pommes de pin (d'où leur nom brésilien, pinha) car leur épiderme jaune-vert est couvert d'écailles pulpeuses qui se séparent à maturité.

 

La chair de l'anone est granuleuse, un peu comme celle de la poire. Elle est blanche et crémeuse et elle entoure de nombreuses graines noires, très dures et très brillantes. Ces graines, broyées et macérées, sont parfois utilisées comme insecticide. La pulpe est très sucrée, ce qui explique que les Anglais appellent l'anone Sugar apple et elle a un goût de cannelle, d'où son nom en français.

 Pomme cannelle

Michael Boym, un des premiers missionnaires de la Compagnie de Jésus en Chine lui consacre une des 17 planches de son Flora sinensis* en 1656. C'est celle que vous pouvez voir ci-contre.

 

Sur le plan nutritionnel, l'anone est assez énergétique (92 kcal pour 100 g), du fait de sa richesse en sucre (22 g pour 100 g). Elle contient peu de provitamine A ou carotène, comme on peut le prédire en voyant la couleur de sa chair, mais elle est assez riche en vitamine C (36 mg pour 100 g), en vitamines du groupe B et en minéraux, notamment en potassium, en calcium, en fer et en magnésium.

 

On mange l'anone nature ou préparée en sorbet. Certains en raffolent, d'autres la trouve sans intérêt. Goûtez-en une, vous me direz ce que vous en pensez.

 

 

A bientôt !

 

* Traduit en français : BOYM M. - Flora sinensis ou traité des fleurs, des fruits, des plantes et des animaux particuliers à la Chine... Langlois, 1664

Partager cet article
Repost0
31 octobre 2011 1 31 /10 /octobre /2011 18:16

Buisson de figuiers de Barbarie

Bonjour,

 

En classant mes photos des Cinque Terre, j'ai retrouvé des images de figuiers de Barbarie et j'en profite pour vous dire un mot de ce fruit que l'on classe généralement dans les fruits exotiques alors qu'il pousse dans tout le bassin méditerranéen et même dans le midi de la France.Figues de Barbarie

 

Originaire du Mexique (elle y est appelée nopal), la figue de Barbarie pousse sur un cactus aux larges ramifications en forme de raquettes que les Mexicains consomment quand elles sont jeunes. Les fleurs de couleur jaune ou rose donnent naissance à partir du mois de juillet à des fruits ovpïdes dont l'épiderme varie du jaune pâle au rouge violacé. Ces fruits sont armés de petits aiguillons.

 

La figue de Barbarie se consomme pelée et sa pulpe de couleur corail ou rouge est pleine de petits pépins sombres.2604469746_075536c495.jpg Elle est juteuse et parfumée avec un arôme floral subtil. Elle est peu sucrée (8 g de glucides pour 100 g de fruit) et modérément énergétique (44 kcal pour 100 g).

Elle se distingue des autres fruits par sa teneur très élevée en fibres. Ce sont surtout des fibres insolubles qui forment la trame des petits pépins présents dans la pulpe. On peut les éliminer en partie en passant la pulpe à travers un tamis fin. On obtient ainsi une purée qui peut être utilisée pour préparer un coulis ou un sorbet.

La figue de Barbarie est riche en vitamine C et en provitamine A et  elle contient aussi des vitamines du groupe B. Sa teneur en calcium et en magnésium est très élevée pour un fruit frais. C'est un fruit bien pourvu aussi en fer et en cuivre. 2901197549_0bbda12f34.jpg

 

Si vous  voyagez dans le Maghreb, vous verrez à la saison, de nombreux marchands ambulants qui vous proposeront des figues de Barbarie. Ils enlèveront pour vous les aiguillons qui les recouvrent. Mais attention à ceux qui restent. Ils sont pratiquement invisibles et il est très difficile de les déloger une fois qu'ils ont pénétré dans la peau. J'en ai fait l'expérience.

On trouve maintenant des figues de Barbarie débarrassées de leurs épines. J'en ai vu dans un supermarché en Italie. Mais je n'en ai pas acheté et ne peux vous dire le goût qu'elles avaient. A vrai dire, je préfère les regarder de loin et les photographier !

 

 

Figuiers de Barbarie aux Cinque Terre

 

 

A bientôt !

Partager cet article
Repost0
8 octobre 2011 6 08 /10 /octobre /2011 19:56

 

3608836686_10c9047e39.jpg

 

Bonjour,

 

Je cherchais une photo d'oignons pour illustrer cet article et je suis tombée sur la reproduction de la  Nature morte aux oignons de Cézanne qui ne m'a jamais quittée, en tout cas pas depuis que je connais ce tableau qui est maintenant au Musée d'Orsay. Cette oeuvre de Cézanne qui m'a toujours touchée est la meilleure illustration que je connaisse pour un article sur l'oignon. Cageot oignons

 

L'oignon ou Allium cepa est une plante herbacée, vivace, bulbeuse. Il fait partie comme l'ail, l'échalote, le poireau ou encore la ciboule et la ciboulette, du genre Allium, de la famille des Amaryllidaceae.

Apprécié depuis la plus haute antiquité, c'est l'une des plantes potagères les plus utilisées en cuisine. On le trouve dans tous les continents et il n'est pas de cuisine qui ne l'utilise pas.

 

L'oignon est un de mes légumes préférés. Pour certains il n'est qu'un aromate ou un condiment. En fait c'est un légume dont la  composition nutritionnelle se rapproche de celle des autres légumes frais.

 

Plus ou moins riche en eau (de 86% pour les oignons secs ou "de garde" à 93% pour les oignons frais), il doit son apport énergétique surtout aux glucides qui le composent. Ces glucides, complexes, ne sont que partiellement assimilables.Oignons-026.jpg Les lipides et les protides ne sont présents qu'en très faibles quantités.

L'oignon contient des fibres de natures différentes qui rendent l'oignon cuit légèrement laxatif et bien supporté par les intestins.

L'oignon est très riche en minéraux. Le soufre, qui entre dans la composition des substances responsables de la saveur et de l'odeur caractéristique de l'oignon, limite sa tolérance digestive. L'oignon contient des quantités importantes de potassium, de phosphore et de calcium. Il est la source d'oligo-éléments relativement rares tels que le sélénium qui favorise les défenses immunitaires et est essentiel dans la lutte contre le vieillissement cellulaire, le manganèse qui est un activateur de nombreuses enzymes et un régulateur des neuro-transmetteurs cérébraux, le cobalt, anti-anémique car co-facteur de la vitamine B12, le fluor, le molybdène...

La teneur en vitamine C de l'oignon est variable. Même si cette teneur est moins importante dans l'oignon sec que dans l'oignon frais, elle est loin d'être négligeable, ce qui explique le rôle d'aliment anti-scorbutique joué autrefois par l'oignon pour les marins qui partaient en haute mer. L'oignon a aussi des propriétés "vitamine P" qui potentialisent l'action de la vitamine C grâce aux pigments colorés qu'il contient qui donnent aux différentes variétés leur couleur caractéristique. L'oignon contient aussi des vitamines du groupe B, de la vitamine E et de la provitamine A.

 

Il n'est donc pas étonnant que ce légume ait fait l'objet de nombreuses études récentes pour démontrer son intérêt nutritionnel.

On a ainsi pu voir que l'oignon avait une action diurétique due certainement à la présence de ses glucides complexes, les fructosanes, et aussi au rapport élevé potassium/sodium.

Une équipe bordelaise a montré l'action bénéfique de l'oignon frais sur le système cardio-vasculaire. Une consommation quotidienne de 200 g d'oignons crus inhibe nettement l'agrégation plaquettaire ce qui évite la formation de caillots et protège des risques d'obstruction des vaisseaux et de thrombose.3579638840_a8bbe8cd26.jpg

L'oignon a aussi une action hypoglycémiante et aurait aussi un rôle dans la régulation du taux de cholestérol sanguin.

De plus, il est bactériostatique (Source : Aprifel).

 

J'espère que je vous ai convaincus et que vous mangerez dorénavant plus d'oignons. Crus, dans les salades, cuits dans les ragoûts ou dans les soupes, en purée, farcis, en aromate comme en légume, blanc, jaune, rosé ou rouge, il est indispensable en cuisine. Comme il se conserve bien, vous pouvez toujours en avoir sous la main.  Et pouvoir ainsi prévoir les hivers rudes. Car, comme le dit le proverbe "oignon bien habillé, verra fortes gelées".

 

 

 

A bientôt ! 

 

 

Partager cet article
Repost0
12 septembre 2011 1 12 /09 /septembre /2011 09:11

Les-Cachaous-au-coucher-du-soleil.jpg

 

Bonjour,

 

L'été s'achève. Et on reparle de régimes. Car nombreux sont ceux qui, pour oser se mettre en maillot de bain, ont entrepris un régime avant leurs vacances. Et nombreux aussi sont ceux qui ont repris quelques kilos pendant les vacances. J'assistais l'autre jour à un vernissage où j'ai entendu quelques conversations sur le sujet. Et en particulier sur l'efficacité du fameux régime Dukan. Il faut savoir que ce régime a plus de deux millions d'adeptes en France. Je vous en ai déjà parlé et vous ai rapporté les réserves que l'ANSES (Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail) avait émises à son sujet comme à celui d'autres régimes restrictifs : carences, reprise du poids, troubles métaboliques, troubles du comportement alimentaire...

 

J'y reviens aujourd'hui pour vous soumettre les résultats d'une enquête menée en 2011 auprès de 4761 internautes ayant suivi ce régime au moins un an avant le début de l'enquête. Cette étude a été réalisée par le groupe CCM Benchmark et les rédactions de Santé-Médecine et du Jounal des Femmes Santé et publiée dans la revue médicale Obésité.

 

Les résultats de cette enquête montrent qu'après 3 ans et au-delà de 4 ans, 80% des répondants ont repris le poids perdu. La première année, seul 1/3 des personnes déclarent avoir repris le poids perdu. Ces résultats rejoignent donc ceux des autres régimes restrictifs (cf. le rapport de l'ANSES de novembre 2010).

 

La majorité des répondants à cette enquête qui ont repris leur poids initial et quelques kilos en plus invoquent comme raison de leur échec leur incapacité à suivre le régime jusqu'à la phase de stabilisation. Ils ont un sentiment de culpabilité et pensent que cette reprise du poids est de leur faute. Ce qui est faux. Je vais essayer de vous l'expliquer.

 

Il faut d'abord savoir que l'organisme puise son énergie dans les glucides. Or, les régimes restrictifs hyperprotéinés, type régime Dukan, suppriment les glucides. Ils imposent à l'organisme une diminution brutale de l'énergie apportée. Au départ, le corps puise dans ses réserves de glycogène puis dans les muscles et la graisse. La masse musculaire diminue et donc les besoins nutritionnels aussi. L'organisme est obligé de s'adapter pour continuer à fonctionner avec beaucoup moins de calories. Le métabolisme est complètement déréglé. Quand l'alimentation redevient normale, l'organisme reçoit beaucoup plus de calories que ce qu'il brûle et il recommence à stocker cette énergie en excédent sous forme de graisse. La masse maigre a diminué, la masse grasse augmente. Ainsi se constitue ce que l'on appelle l'effet yoyo.

De plus, la reprise du poids peut entraîner un syndrome métabolique qui peut induire des maladies chroniques telles qu'un diabète de type II, une hypertension artérielle, des problèmes cardiovasculaires... Sans compter les troubles psychologiques comme les troubles du comportement alimentaire et la perte de confiance en soi.

 

Alors, que faire quand on veut perdre du poids et ne pas en reprendre ensuite ?

La seule solution est de changer raisonnablement ses habitudes de vie et de s'imposer une activité physique modérée régulière. L'exercice physique permet non seulement de perdre quelques kilos mais aussi d'augmenter la masse musculaire, donc la masse maigre et par voie de conséquence les besoins nutritionnels. Pour perdre quelques kilos supplémentaires, il faut essayer de réduire son apport calorique tout en étant rassasié. Pour cela, quelques petits ajustements dans la manière de se nourrir sont parfois suffisants. On peut tout à fait réduire son apport calorique tout en étant rassasié. Il faut pour cela connaître quelques règles de nutrition pour manger de façon équilibrée, avec plaisir et sans se priver. Il est important de respecter sa sensation de faim, d'éviter de manger ce dont on n'a pas envie et de continuer à manger de tout. L'alimentation doit rester un plaisir. Nous en reparlerons.

 

 

A bientôt !

Partager cet article
Repost0
1 juillet 2011 5 01 /07 /juillet /2011 14:27

4625649857_2931454276.jpg

4981061042_e3da0b4f2b.jpg378171165_ee529b77a7.jpg 

Lentilles et pois chiches4371695723_53ddee41f1.jpgPommes de terre 4371695723_53ddee41f1.jpg

 

 

Bonjour,

 

Aujourd'hui, je voudrais un peu revenir sur la nutrition.

En effet, le bilan des études et résultats du Programme National Nutrition Santé (PNNS)* vient d'être publié et il indique que les Français connaissent mal le repère PNNS sur les féculents.

 

Quelques explications d'abord sur ce qu'est le PNNS et ses repères nutritionnels : le Programme National Nutrition Santé (PNNS) a été lancé en 2001. Il a pour objectif "l'amélioration de l'état de santé de l'ensemble de la population en agissant sur l'un de ses déterminants majeurs : la nutrition".

Un des plans d'action de ce programme est la prévention nutritionnelle. Le PNNS a élaboré des "repères de consommation" pour apprendre à la population à bien se nourrir. Vous connaissez tous le premier de ces repères qui concerne les fruits et légumes car vous le voyez sur chacune des publicités pour les aliments (Pour votre santé, mangez au moins 5 fruits et légumes par jour). Vous avez certainement vu aussi le repère sur l'activité physique. Mais connaissez-vous celui sur les féculents ? Seuls 19% des Français le connaissent et le citent en 2009 (ils n'étaient que 15% en 2006).

 

Et pourtant, les féculents sont à la base de notre pyramide alimentaire (cf.La pyramide alimentaire ). Ce sont eux qui nous apportent les glucides complexes qui fournissent l'énergie dont notre organisme a besoin. Le PNNS recommande d'en manger à chaque repas et selon l'appétit.

 

Les féculents, ce sont les céréales (riz, blé, avoine, seigle, fonio, quinoa, maïs, orge, mil...) et aussi le pain fabriqué avec ces céréales, ce sont aussi les tubercules comme les pommes de terre et aussi les légumes secs (lentilles, haricots secs, pois chiches, fèves...). Tous ces aliments ont la mauvaise réputation de faire grossir. Ce qui est faux. Au contraire, ils peuvent éviter la prise de poids car ce sont des aliments rassasiants qui permettent de tenir entre les repas et d'éviter ainsi le grignotage à tout moment de la journée. Il suffit simplement de ne pas les associer à des sauces trop grasses et d'éviter d'y ajouter beaucoup de beurre ou de fromage. Et si vous voulez manger encore plus sainement, essayez les céréales complètes. Elles contiennent plus de fibres et de vitamines et ont plus d'intérêt gustatif.

 

Si vous voulez en savoir plus, allez faire un tour sur le site www.mangerbouger.fr (qui est en lien sur ce blog).

 

 

A bientôt !

 

* Castetbon K et al. Le Programme National Nutrition Santé (PNNS) : Bilan des études et résultats observés. Cahiers de Nutrition et de Diététique 46 : S11-S25, 2011 

Partager cet article
Repost0
11 juin 2011 6 11 /06 /juin /2011 10:15

ChooseMyPlate.gov.jpg

 

Bonjour,

 

 

Et non, la pyramide alimentaire que les Américains avaient l'habitude de voir depuis le 19 avril 2005  et que vous voyez ci-contre n'existe plus. 220px-MyPyramidFood_svg.pngElle a fait place depuis le 2 juin dernier à une assiette qui représente le nouvel équilibre alimentaire (cf. link) .

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Elle ressemble de loin à celle que les Britanniques utilisent (The eatwell plate), qui est plus chargée mais représente tous les aliments. Eatwellplate.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cette assiette américaine est accompagnée de messages tels que :

  • prenez plaisir à manger mais mangez moins
  • évitez les grosses portions
  • remplissez la moitié de votre assiette par des fruits et légumes
  • la moitié des céréales doivent être complètes
  • passez au lait écrémé ou demi-écrémé
  • comparez les teneurs en sel des aliments et choisissez les moins salés
  • buvez de l'eau à la place des boissons sucrées.

 

Cette assiette est remplie de 4 éléments : 

  • les fruits
  • les vegetables : il faut savoir qu'aux USA, les légumes secs et les tubercules comme les pommes de terre sont classés parmi les légumes. Fruits et légumes remplissent la moitié de l'assiette.
  • les grains qui représentent toutes les céréales
  • les protéines : viandes et volailles, haricots et pois (qui sont aussi dans les légumes), fruits oléagineux (nuts) et graines, oeufs, poissons et fruits de mer.

La partie dairy, contenue dans le verre à côté de l'assiette, correspond aux produits laitiers et non pas seulement aux boissons lactées comme on pourrait le penser d'après le dessin.

 

Cette représentation a l'avantage d'être plus parlante qu'une pyramide. Et aussi de montrer que la nourriture doit être mangée dans une assiette, ceci pour éviter les grignotages à tout moment de la journée.

 

Mais tout en étant très simple, elle me semble très compliquée à comprendre. Comment faire la part entre les légumes secs, les tubercules et les légumes verts, entre les protéines des produits laitiers et les autres protéines, faut-il remplir l'assiette de la même manière à tous les repas ??? Qu'en est-il des graisses, du sucre ? Et de l'exercice physique qui était représenté auparavant ?

 

Une autre manière de voir les choses que je vous soumets. Allez faire un tour sur le site de Choose My Plate (link),  élaboré par l'USDA (ministère américain de l'Agriculture), cliquez sur les éléments de l'assiette, sur les différents paragraphes. Tout y est expliqué.

 

 

Bonne lecture !

 

 

Partager cet article
Repost0
7 juin 2011 2 07 /06 /juin /2011 10:56

4412946911_32f2c51f8f.jpg

 

Bonjour,

 

Mon amie Florence, qui est nutritionniste comme moi, m'a demandé si la mozzarella était riche en protéines. Elle sait comme moi que oui mais je suppose qu'elle voulait parler un peu de nutrition à propos du plat que j'ai préparé hier, la polenta aux aubergines, à la tomate et à la mozzarella.  Ce plat peut-il constituer un plat unique ? Est-il équilibré ? Je me suis amusée à faire des calculs pour répondre à ces questions. Je vous en donne les résultats.

 

 

  Kcal Protéines (g) Lipides (g) Glucides (g)
Polenta précuite (125 g) 437,5 9 1,25 97,5
Mozzarella (125 g) 415 27,5 32,5 3,1
Aubergine (350 g) 61,2 3,5 0,4 10,9
Pulpe de tomate (400 g) 84 4,8 0,4 15,2
Huile d'olive (3 g) 27 0 3 0
Total 1024 44,8 37,55 126,7

 

 

Si je continue les calculs, je vois que :

  • les 126,7 g de glucides apportent 506,8 kcal (1g de glucides = 4 kcal), soit 49% des apports,
  • les 37,55 g de lipides apportent 337,95 kcal (1 g de lipides = 9 kcal), soit 33% des apports et
  • les 44,8 g de protéines apportent 179,2 kcal (1 g de protéines = 4 kcal), soit 17,5% des apports.

Pas mal, non ? La répartition des apports n'est pas très éloignée de ce que les nutritionnistes du monde entier recommandent (Protéines : 10 à 15% des apports, lipides : 35 à 40% des apports, glucides : 50 à 55% des apports - source : recommandations AFSSA 2010). Maintenant, tout dépend de la ration de polenta que vous allez manger, des autres plats du repas et des autres aliments pris dans la journée. 

Il y a un autre élément sur lequel je voudrais porter votre attention et qui n'est pas visible sur le tableau ci-dessus, c'est la part des différents acides gras contenus dans les lipides de ce plat. Je ne vais pas vous embêter encore avec les chiffres mais juste vous mettre en garde. La mozzarella, comme les autres fromages, sauf les fromages allégés en matière grasse, contient beaucoup d'acides gras saturés (lesquels ne sont pas tous athérogènes, heureusement). Si vous voulez avoir une alimentation équilibrée, ne mangez donc pas d'autre fromage au cours de la même journée ou de viande trop grasse.

Mais assez d'orthorexie pour aujourd'hui...

Un petit fruit pour le dessert ?

 

 

A bientôt !

 

 

Partager cet article
Repost0

Profil

  • La nutrition en couleurs
  • Médecin nutritionniste, passionnée par la lumière et les couleurs, j'aime faire partager à ceux qui m'entourent mes connaissances en cuisine et en nutrition pour qu'ils puissent concilier santé, plaisir et gourmandise.
  • Médecin nutritionniste, passionnée par la lumière et les couleurs, j'aime faire partager à ceux qui m'entourent mes connaissances en cuisine et en nutrition pour qu'ils puissent concilier santé, plaisir et gourmandise.

Droits réservés

Les images de ce blog (dessins, photos...) ne sont pas libres de droits

Recherche