750 grammes
Tous nos blogs cuisine Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 janvier 2018 5 05 /01 /janvier /2018 09:00
Prunellier

Prunellier

 

 

Bonjour,

 

Connaissez-vous le patxaran (ou pacharan en espagnol) ? Bien sûr, me direz-vous, si vous habitez le Pays basque. Mais cette boisson anisée aux prunelles n'est pas très connue dans le reste du monde.

Au Pays basque, et surtout en Navarre, c'est une liqueur très appréciée. Son nom vient du basque basa qui signifie "sauvage" et aran qui signifie "prune". En effet, cette liqueur qui existe, paraît-il, depuis le XVe siècle en Navarre, se fait traditionnellement avec des prunelles sauvages (mais, du fait de la demande croissante de patxaran, il y a de plus en plus de Prunus spinosa cultivés, surtout en Navarre).

Le prunellier sauvage, le Prunus spinosa, est un arbuste épineux de la famille des Rosaceae. Ses fruits sont très astringents et très âpres tant qu'ils n'ont pas subi les premières gelées. C'est pourquoi il est recommandé de cueillir les prunelles après celles-ci. On peut aussi cueillir ces fruits au début de l'automne, les mettre au congélateur quelques heures puis les faire décongeler au soleil.

Il est facile de préparer son patxaran "maison". Il suffit d'avoir des prunelles, de les faire macérer dans l'anis et d'attendre 3 mois.

Nous avons ramassé avec un ami (qui connaissait un "coin à prunelles" dans la région de Pampelune) des prunelles (ou endrinas en espagnol) avant les premières gelées et bien nous en a pris car nous avons eu de longues journées de pluie juste après la cueillette.

De retour à la maison, j'ai trié mes prunelles et les ai lavées rapidement puis séchées.

 

 

 

 

Prunelles et patxaran

 

 

Puis j'ai préparé mon anis à patxaran. On trouve de l'anis "spécial patxaran" partout au Pays basque en automne. Mais je préfère le préparer car, comme je l'ai lu sur des sites espagnols, l'anis spécial est souvent trop peu alcoolisé (pour des raisons de taxes) et des moisissures peuvent se former dans le patxaran au bout de quelque temps. Je préfère donc le préparer avec de l'anis doux (comme l'anis del Mono ou La Castellana) et de la vodka qui est un alcool neutre.

 

Je vous donne ma recette qui permet d'obtenir une boisson de 25° environ, contenant environ 182 g de sucre par litre.

 

 

 

 

Patxaran maison

 

Pour 4 bouteilles de patxaran :

 

2,5 l de vodka

250 ml d'anis doux

500 g de sucre

750 g de prunelles

 

 

Mélanger la vodka et le sucre dans de grands bocaux. Lorsque tout le sucre est dissous, ajouter l'anis doux. Mettre les prunelles dans les bocaux (environ 250 g par litre). Fermer les bocaux et les mettre dans un endroit frais et dans l'obscurité.

 

 

 

 

 

Prunelles mises à macérer dans l'anis

Prunelles mises à macérer dans l'anis

 

 

Laisser macérer les prunelles pendant 3 mois en remuant doucement les bocaux au moins deux fois par semaine.

Au bout de 3 mois, l'anis a pris des couleurs et il est temps de le filtrer.

 

 

Prunelles et patxaran

 

 

Utiliser un filtre à café (type Melitta) ou à thé.

 

 

Prunelles et patxaran

 

 

Une fois filtré et mis en bouteilles, conserver le patxaran dans un endroit frais.

Le servir frais (vous pouvez conserver une bouteille au réfrigérateur) avec des glaçons.

 

 

Prunelles et patxaran

 

 

A consommer avec modération !

 

Bonne dégustation !

Partager cet article

Repost0
6 juin 2014 5 06 /06 /juin /2014 08:57

 

    Caipirinha

 

 

 

Bonjour,

 

L'été approche et, certains jours, on pourrait croire qu'il est déjà là.

Nous avons tous envie de profiter de ces longues soirées chaudes après toutes ces journées de pluie et de froid.

Hier, le ciel était bleu et il faisait bon. J'avais entendu Flavia Coelho le matin sur France Inter. Et le soir, j'ai eu envie d'une caipirhina pour fêter le retour du soleil.


Avec le Brésil qui est à l'honneur cette année, je pense que la caipirhina coulera à flot cet été. Savez-vous la préparer? C'est très simple, il suffit d'avoir des citrons verts, de la cachaça et du sucre. Et j'oubliais, de la glace.

 

Avant de vous en donner la recette, je vais vous expliquer brièvement ce que sont la caipirhina et la cachaça.

La caipirhina (dont le nom viendrait du brésilien caipira signifiant "paysan" et de curupirinha, nom d'un démon de la forêt) est un cocktail brésilien préparé avec de la cachaça. La cachaça est un alcool produit à partir du jus de canne à sucre,le vesou (le rhum, lui, est fabriqué à partir du produit d'extraction du sucre, la mélasse). Très populaire chez les paysans et les esclaves, cet alcool brésilien n'a connu le succès à l'étranger qu'au XXe siècle. Les processus de fabrication se sont améliorés et il existe maintenant de très bonnes cachaças. Il existe des milliers de cachaças mais, en France, vous n'aurez pas un très grand choix. Choisissez Velho Barreiro, Magnifica, Rochinha, Gotas de Minas, Ypióca ou encore les "gold" (vieillies) dont l'arôme est encore meilleur. Je vous en montre quelques étiquettes.

 

 


 

Cachaca-Leblon.jpgBouteille-cachaca-Ypioca-Prata.jpgCachaca-Sant-ana-da-Serra.jpgcachaca-Engenho-da-Vertente.jpg     Cachaça Velho Barreiro

 

 

 

 

Et sans plus attendre, je vous donne la recette.

 


 

Caipirhina

 

Pour un verre :

 

1 citron vert (bio de préférence)

1 cuillerée à soupe de sucre de canne

Glace pilée

4 à 6 cl de cachaça

 

Couper les deux extrémités du citron. Ôter la partie blanche du milieu et couper le citron en huit morceaux. Mettre ces morceaux dans un verre assez grand (de la taille d'un verre à whisky et de préférence évasé) et les saupoudrer d'une cuillerée à soupe de sucre. Écraser le tout avec un pilon pour extraire tout le jus de citron. Remplir le verre à ras bord de glace pilée et, enfin, verser la cachaça. Mélanger le tout délicatement et déguster.

 

A consommer avec modération!

 

 

 

 

Verre-a-cachaca.jpg

 

P.S. Je voulais vous faire écouter Flavia Coelho mais je n'ai pas pu ajouter la musique...

 


Partager cet article

Repost0
26 août 2012 7 26 /08 /août /2012 16:40

 

 

Americano

 

 

Bonjour,

 

L'autre jour, on m'a proposé à l'apéritif un americano... avec du gin. Pour moi, l'americano est un cocktail à base de Campari et de vermouth. En rentrant à la maison, j'ai fait quelques recherches sur le sujet et je vous livre mes résultats... Vous connaîtrez tout sur l'histoire de l'americano et sur la recette de ce fameux cocktail.

 

L'americano a été créé par Gaspare Campari. Dixième enfant d'un fermier de la province de Pavie (à l'époque province de Novara), il naît en 1828 à Cassolnovo. Très jeune, à 14 ans, il part pour Turin où il va apprendre l'art de la liquoristerie. Il travaille au Ristorante Cambio et à la Pasticceria Bass. En 1860, il acquiert à Novara son premier établissement, le Caffè dell'Amicizia, le "Café de l'Amitié". Comme tous ses collègues à l'époque, il fabrique lui-même les breuvages et les liqueurs qu'il y sert. Il invente une liqueur amère, de couleur rouge rubis, le bitter all'uso d'Hollanda (le "bitter à la façon hollandaise"), qui a immédiatement un grand succès et que l'on appelle depuis lecampari.jpg Campari. C'est une liqueur à base d'une soixantaine d'ingrédients, d'herbes aromatiques, d'épices, d'écorces de fruits et de cochenilles (qui lui donnentBitter Campari sa belle couleur). Sa composition reste secrète, encore à l'heure actuelle. En 1861, naît le cocktail "Milan-Turin", appelé ainsi car il est composé à parts égales de Campari (né à côté de Milan) et de vermouth (né à Turin). Plus tard, il s'installe à Milan et y ouvre le Caffè Campari dans la Galleria Vittore Emanuele II, passage entre la place du Duomo et la Scala. Ce café devient vite le lieu de rendez-vous de l'intelligentsia milanaise et s'y retrouvent hommes politiques, intellectuels, musiciens, artistes et personnalités du tout nouveau Royaume d'Italie.

 

A la fin de la première guerre mondiale, les Américains, alors nombreux sur le sol italien, découvrent le "Milan-Turin". On modifie un peu la recette pour eux : on diminue la quantité de vermouth et on rajoute de l'eau gazeuse. L'americano est né.  Ce cocktail a un immense succès. Et aujourd'hui encore, il est un des cocktails les plus renommés. Je vous en donne la recette originale.

 

 

 

Americano

 

Pour un verre :

 

4 cl de Campari

2 cl de vermouth rouge (cinzano ou Martini)

15 cl d'eau gazeuse

1/2 rondelle de citron et 1/2 rondelle d'orange

 

 

Verser les alcools dans un verre haut (de type tumbler) rempli de 2 ou 3 glaçons. Allonger à l'eau gazeuse. Remuer et servir avec les demi-rondelles d'agrumes.

 

 

Certains rajoutent du gin à l'americano. Or, dans la recette d'origine, cet alcool n'est pas présent. Il figure dans celle du Negroni qui remplace l'eau gazeuse par du gin (ce cocktail est né à la demande du Comte Camillo Negroni en 1919 au café Casoni à Florence). 

D'autres remplacent l'eau gazeuse par du vin blanc. On obtient alors le Veneziano. D'autres encore ajoutent du vermouth blanc ou du dry. A vous de faire votre recette préférée...

 

 

A déguster à l'apéritif avec modération !

Partager cet article

Repost0
25 mai 2012 5 25 /05 /mai /2012 18:40

 

272140022_2a7355be8d.jpg

 

 

Bonjour,

 

Ce soir, je vous emmène à la Bodeguita del Medio à Cuba pour y déguster un véritable mojito. De saison, non?

 

 

 

 

Je vous rappelle la recette de ce bar où Ernest Hemingway venait déguster son mojito : 

 

 

Pour un verre (de préférence cylindrique):

 

2 cuillerées à café de sucre blanc cristallisé

Le jus d'un demi-citron vert 

1 branche de menthe

9 cl d'eau gazeuse

4,5 cl de rhum Havana Club añejo 3 años

4 glaçons

 

Mettre dans le verre le sucre. Ajouter le jus de citron (qui doit recouvrir le sucre). Mettre une branche de menthe dans le verre et recouvrir d'eau gazeuse. Mélanger bien avec un pilon sans trop écraser la menthe qui deviendrait amère. Ajouter le rhum puis 4 glaçons. Mélanger encore.

 

A consommer avec modération...

 

Partager cet article

Repost0

Profil

  • La nutrition en couleurs
  • Médecin nutritionniste, passionnée par la lumière et les couleurs, j'aime faire partager à ceux qui m'entourent mes connaissances en cuisine et en nutrition pour qu'ils puissent concilier santé, plaisir et gourmandise.
  • Médecin nutritionniste, passionnée par la lumière et les couleurs, j'aime faire partager à ceux qui m'entourent mes connaissances en cuisine et en nutrition pour qu'ils puissent concilier santé, plaisir et gourmandise.

Droits réservés

Les images de ce blog (dessins, photos...) ne sont pas libres de droits

Recherche