750 grammes
Tous nos blogs cuisine Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 novembre 2018 7 18 /11 /novembre /2018 12:11
Riz au lait à l'espagnole (Arroz con leche)

 

 

Bonjour,

 

Après tous ces jours beaux et chauds, le froid (tout relatif) revient. Ça m'a donné l'idée de faire un dessert que je n'avais pas réalisé depuis bien longtemps : du riz au lait. Je vous en donne la recette tout de suite.

 

 

 

 

Riz au lait à l'espagnole

 

Pour 6 à 8 ramequins :

1 litre de lait entier

150 g de sucre

200 g de riz

2 bâtons de cannelle

Le zeste d'un citron jaune non traité

50 g de beurre (facultatif)

Quelques pincées de cannelle en poudre

 

Faire chauffer le lait à feu moyen avec le sucre, les bâtons de cannelle et le zeste de citron. Pendant ce temps, rincer le riz deux ou trois fois puis bien l'égoutter. 

Quand le lait bout, baisser le feu et ajouter le riz et le beurre. Faire cuire le riz à feu doux pendant 35 à 40 minutes, en remuant de temps en temps.

Verser le riz au lait dans un plat ou dans des ramequins individuels. Saupoudrer de cannelle en poudre. Laisser refroidir puis conserver au réfrigérateur.

Servir froid ou à température ambiante.

 

Bon dimanche !

Partager cet article

Repost0
18 janvier 2017 3 18 /01 /janvier /2017 09:52
Huevos a la flamenca ou œufs à la flamenca

 

 

Bonjour,

 

Le soleil revenu m'a donné hier l'envie de préparer des œufs à la flamenca. 

Comme je le fais d'habitude, quand je veux réaliser un plat que je n'ai pas fait depuis longtemps, je fais une recherche sur mon blog, l'atelier des couleurs, et là, je m'aperçois que la recette n'y était pas. Je suis donc allée la chercher dans le livre que j'ai écrit il y a quelques années déjà, Nutrition gourmandise (Éditions Atlantica, 2007) et l'y est trouvée.

 

Les huevos a la flamenca ou œufs à la flamenca sont un plat andalou. Il pourrait avoir été inventé par l'écrivain gastronome gaditan Mariano Pardo de Figueroa (Doctor Thebussem). 

D'autres en attribuent la paternité à un cuisinier de la Venta de Eritaña, restaurant fameux de Séville au XIXe siècle, aujourd'hui disparu.

 

 

Huevos a la flamenca ou œufs à la flamenca

 

 

Recette de Cádiz ou de Séville? Nul ne le sait. Ce qui est sûr, c'est que cette recette apparaît pour la première fois écrite dans le livre Guía del Buen Comer Español, écrit en 1929 par Dioniso Pérez. Et que ce plat est devenu depuis un classique de la cuisine andalouse et même espagnole. Camilo José Cela dans son livre Primer Viaje andaluz - Notas de un vagabundaje por Jaén, Córdoba, Sevilla, Huelva y sus tierras (1959) en donne la recette.

Les œufs à la flamenca sont un plat complet, facile à préparer. Chacun a sa recette, je vais vous donner la mienne.

 

 

 

Oeufs à la flamenca

 

Pour 3 à 4 personnes :

 

100 g de chorizo à cuire

1 gros oignon

2 gousses d'ail

500 g de tomates fraîches pelées et épépinées (ou mieux en cette saison 1 petite boîte de tomates concassées)

2 poivrons rouges pelés et épépinés (à défaut en conserve)

100 g de petits pois (frais ou surgelés) ou, à défaut, 1 petite boîte de petits pois

6 œufs

Huile d'olive

Pimentón

Sel, poivre

 

Couper le chorizo en rondelles et le faire revenir dans une cocotte jusqu'à ce qu'il commence à prendre couleur. Réserver.

Faire revenir dans un peu d'huile d'olive l'oignon émincé finement. Ajouter l'ail haché. Quand les oignons commencent à prendre couleur, ajouter les poivrons coupés en lanières et les tomates. Laisser réduire en remuant de temps en temps.

Pendant ce temps, faire cuire les petits pois (sauf s'ils sont en conserve) puis les ajouter dans la cocotte avec le chorizo.

Dans un grand bol, battre les œufs à la fourchette, saler, poivrer et ajouter le contenu de la cocotte.

Préchauffer le four à 180°.

Mettre le tout dans un plat allant au four (de préférence en terre) et enfourner. Faire cuire jusqu'à ce que les œufs soient pris.

 

N.B. Vous pouvez commencer à préparer ce plat à l'avance. Seuls les œufs sont à ajouter au dernier moment. On peut laisser les œufs entiers et retirer le plat du four quand les blancs sont pris.

 

Bon appétit! 

 

 

 

 

 

Huevos a la flamenca ou œufs à la flamenca

Partager cet article

Repost0
13 octobre 2016 4 13 /10 /octobre /2016 08:28
Anchois marinés (Boquerones en vinagre)

 

 

Bonjour,

 

C'est la fin de la saison des anchois mais vous aurez peut-être encore la chance d'en trouver quelques-uns pour réaliser des boquerones en vinagre. Ces anchois marinés sont un des tapas les plus consommés en Espagne, particulièrement en été.

 

L'anchois est un poisson gras, riche en acides gras mono- et poly-insaturés (particulièrement des oméga 3). C'est une source de protéines d'excellente qualité. Il contient aussi nombre de vitamines et de minéraux.

Il contient parfois aussi, malheureusement, un parasite, l'anisakis. Ce parasite, qui peut provoquer chez l'homme des troubles digestifs ou entraîner des réactions allergiques plus ou moins graves selon les individus, est détruit par la cuisson à cœur du poisson ou par la congélation à moins de -20° pendant au moins 24 heures. 

 

Pour profiter sans risque des bienfaits de ce poisson, il suffit donc de le congeler avant de le déguster. 

On peut facilement préparer des boquerones en vinagre à la maison. La recette est très simple. Je vous livre celle qui m'a été donnée par mon amie Mirentxu.

 

 

 

Boquerones en vinagre

 

Pour 500 g d'anchois :

 

500 ml d'eau froide

300 ml de vinaigre (j'ai employé du vinaigre de cidre)

80 g de gros sel

1 feuille de laurier

3 branches de thym

1 gousse d'ail

Persil

Huile d'olive

 

Commencer par laver les anchois. Après avoir enlevé la tête et ouvert les anchois côté ventre, les vider puis détacher l'arête centrale. Séparer les deux filets puis laver à grande eau les anchois à plusieurs reprises. Égoutter.

Mélanger dans un grand bol le vinaigre, l'eau et le sel. Dissoudre le sel, ajouter le laurier et le thym. Mettre les anchois à plat dans le mélange et laisser mariner une nuit. Égoutter les anchois puis les disposer à plat dans une boîte hermétique, côté peau dessous. Recouvrir d'huile et mettre au congélateur pendant au moins 24 h à moins de -20° (je les ai mis à -23°).

Faire ensuite décongeler les anchois pendant 24 h au réfrigérateur.

Préparer un hachis d'ail et de persil. 

Mettre un peu d'huile d'olive au fond d'une terrine. Disposer une première couche de filets d'anchois. Saupoudrer d'ail et de persil et verser un peu d'huile d'olive. Répéter l'opération jusqu'à épuisement des anchois. Faire mariner pendant une journée au moins et déguster avec un peu de pain (grillé si vous le voulez).

 

 

Bon appétit!

Partager cet article

Repost0
19 décembre 2014 5 19 /12 /décembre /2014 11:20

Polvorones.jpg

 

 

 

 

Bonjour,

 

Je suis toujours dans mes préparatifs de Noël. Hier, j'ai préparé des polvorones, ces petits gâteaux d'origine andalouse très courants en Espagne au moment des fêtes de Noël. Comme les mantecados qui leur ressemblent beaucoup (cf.  Mantecados, montecados, ghribia, ghraiba...Mantecados aux amandes), ils font partie de ce que l'on appelle les dulces de Navidad.

Ce sont des petits gâteaux très friables que l'on emballe individuellement dans du papier de soie. Avant de les déguster, il est d'habitude de presser le paquet pour les briser (en général, ce n'est pas nécessaire, car le polvorón est si fragile qu'il se casse tout seul!).

 

 

 

 

polvorones-con-almendra.jpg

 

 

 

Mes polvorones sont en forme d'étoiles, ce qui n'est pas traditionnel en Espagne. Mais pour Noël...

Je vous donne ma recette.

 

 

 

Polvorones

 

175 g de farine

50 g d'amandes en poudre

100 g de sucre glace (+ un peu pour saupoudrer les gâteaux une fois cuits)

1 cuillerée à café de cannelle

100 g de saindoux à température ambiante

1 cuillerée à café de liqueur d'anis (à défaut, j'ai utilisé du Ricard)

 

 

Préchauffer le four à 180°.

Étaler la farine sur une plaque et la faire griller au four jusqu'à ce qu'elle commence à peine à se colorer.

Mélanger le sucre glace, la cannelle, la poudre d'amandes et la farine refroidie. Tamiser l'ensemble.

Ajouter le saindoux en morceaux et l'incorporer en travaillant la pâte du bout des doigts comme pour une pâte brisée. Ajouter l'anis et mélanger.

Former une boule. La filmer et réserver au réfrigérateur une demi-heure au minimum.

Passé ce temps, étaler la pâte sur 1 centimètre d'épaisseur et la découper à l'emporte-pièce. Déposer délicatement les polvorones sur une plaque à pâtisserie recouverte de papier cuisson.

Mettre au four à 180° pendant 15 à 20 minutes. Laisser refroidir sur la plaque (ces gâteaux sont très fragiles) puis saupoudrer de sucre glace.

 

 

Bonne dégustation!



Partager cet article

Repost0
3 décembre 2014 3 03 /12 /décembre /2014 15:19

Montecados.jpg

 

 

 

Bonjour,

 

Dans ma famille, il est d'usage de préparer de petits gâteaux pour Noël. Cela se fait en particulier en France, en Alsace, en Allemagne et dans les pays de l'Europe de l'Est. 

Cette année j'ai envie de changer un peu les traditions et de ne pas confectionner les gâteaux que je fais d'habitude (cf.  Croissants à la vanille - VanillekipferlSablés à la cannelle ou pattes d'oursonLes petits gâteaux de Noël - suite - Les doigts de fée et les petites meringues...) mais de me tourner vers ce qu'il est habituel de voir dans les vitrines des pâtissiers au moment de Noël en Espagne. 

Pour commencer, j'ai choisi de préparer des mantecados, ces délicieux petits sablés à la cannelle, originaires d'Andalousie, que l'on trouve maintenant un peu partout en Espagne et surtout au moment des fêtes.

Les mantecados ou montecados (on prononce montecao) ont été créés au XVIe siècle pour utiliser les surplus de céréales et de saindoux. Car les mantecados étaient faits (et le sont parfois encore) avec du saindoux. C'est d'ailleurs le saindoux (manteca en espagnol) qui leur a donné leur nom. Ils ont traversé la Méditerranée et l'huile a remplacé le saindoux sous l'influence des juifs et des musulmans. Ils ont été adoptés par la cuisine pied-noir qui les a fait connaître en France.

Depuis très longtemps, je cherchais à retrouver le goût de ces montecaos que je dégustais à la récréation dans la cour de mon lycée à Rabat. J'ai dégusté des mantecados en Espagne. Ils étaient bons mais n'avaient pas le goût de ceux de mon enfance. 

J'ai enfin retrouvé ce goût en Tunisie en goûtant les ghraiba. Les ghraiba, que l'on appelle ghribia en Algérie ou ghoriba au Maroc sont faits comme les mantecados avec de la farine, du sucre et de l'huile. Les recettes sont multiples : aux amandes, au sésame, à la farine de pois chiches, à la farine de sorgho... L'huile peut être remplacée par du beurre et on peut aussi utiliser du saindoux comme dans la recette d'origine.

 

Aujourd'hui, j'ai testé la recette la plus simple que j'ai pu trouver et le résultat est plutôt bon. Je vous laisse l'essayer. Elle est très simple. Il suffit juste de ne pas faire se colorer ces petits gâteaux qui ne doivent surtout pas brunir à la cuisson. Ils sont cuits dès qu'ils commencent à se craqueler. Très friables à la sortie du four, ils vont durcir en refroidissant.

 

 

 

 

Mantecados

 

 

Pour une vingtaine de mantecados :

 

250 g de farine

125 g de sucre 

125 ml d'huile (d'arachide, de tournesol ou d'olive)

1 pincée de vanille en poudre

Cannelle en poudre

 

Mélanger la farine, le sucre et la vanille. Ajouter peu à peu l'huile en mélangeant du bout des doigts comme pour faire une pâte brisée. 

Préchauffer le four à 180°.

Former de petites boules de la taille d'une grosse noix. Les déposer sur une plaque recouverte de papier cuisson. Les aplatir légérement au milieu.

Laisser cuire dans le four chaud 10 minutes puis baisser la température du four à 150° et laisser cuire encore 5 minutes. Sortir la plaque du four et saupoudrer chaque mantecado de cannelle. Laisser refroidir sur la plaque.

Conserver dans une boîte en fer.

Servir avec le café ou un thé à la menthe.

 

 

A bientôt!

Partager cet article

Repost0

Profil

  • La nutrition en couleurs
  • Médecin nutritionniste, passionnée par la lumière et les couleurs, j'aime faire partager à ceux qui m'entourent mes connaissances en cuisine et en nutrition pour qu'ils puissent concilier santé, plaisir et gourmandise.
  • Médecin nutritionniste, passionnée par la lumière et les couleurs, j'aime faire partager à ceux qui m'entourent mes connaissances en cuisine et en nutrition pour qu'ils puissent concilier santé, plaisir et gourmandise.

Droits réservés

Les images de ce blog (dessins, photos...) ne sont pas libres de droits

Recherche