750 grammes
Tous nos blogs cuisine Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 août 2012 1 06 /08 /août /2012 09:24

Bonjour,

 

La publication de mon dernier article, "Tanger, une ville à part..." a été un peu perturbée. J'ai certainement fait une fausse manip.. Mais il n'a pas disparu de mon site et vous pouvez le lire en cliquant ci-dessous  sur "Précédent".

 

Avec toutes mes excuses...

Partager cet article

Repost0
5 août 2012 7 05 /08 /août /2012 13:50

 

Tanger 6

 

Bonjour,

 

Décidément, il fait trop mauvais ici et j'ai envie de rivages plus ensoleillés. Alors, je me promène dans mes albums de photos pour voir un peu de ciel bleu. Et j'arrive à Tanger. 

 

Tanger, ville mythique entre l'Europe et l'Afrique, entre les eaux vertes de l'Atlantique et les eaux bleues de la Méditerranée, porte du Maroc, est une ville cosmopolite qui ne laisse personne indifférent.

 

Depuis le IVe siècle avant J.C., au cours duquel Carthage y crée un comptoir commercial, jusqu'à la fin du XXe siècle, l'histoire de Tanger se lit comme une succession ininterrompue de batailles, de périodes d'occupation et de mainmise des grandes puissances étrangères. Tour à tour romaine, vandale, byzantine, marocaine, portugaise, anglaise, marocaine, espagnole, marocaine, elle est entre 1912 et 1956 sous domination européenne. En 1925, elle obtient un statut international. Un tiers de ses habitants était des étrangers. Les lycées sont français et italien, les écoles espagnole, anglaise, américaine, franco-musulmane, franco-israélite... Il y a des journaux et des radios en français, en espagnol, en anglais et deux radios internationales multilingues. Les 17 salles de cinéma de l'époque représentent chacune une langue, une nationalité ou une appartenance culturelle.

 

Zone internationale, elle est une ville où cohabitent diverses communautés et religions. Zone franche, c'est un lieu propice à tous les trafics et aux transgressions de tous ordres.

 

Tanger 30

 

En 1940, après la défaite de la France, les Espagnols occupent la ville qui retrouve en 1945 son statut international.

Les cinéastes, séduits par l'atmosphère particulière et ambiguë de cette ville, en font le décor d'intrigues qui contribuent largement à en construire le mythe. Pour des spectateurs ayant la soif de l'Orient et en quête d'exotisme, ils représentent Tanger comme la plate-forme de la contrebande et du commerce de stupéfiants, une ville où se côtoient diplomates, militaires et marins, espions et aventuriers, une ville où fleurissent les cabarets plus ou moins louches sur fond de palmiers avec quelques indigènes en figurants. 

 

 

Tanger-5


Avant la seconde guerre mondiale et dans les années qui suivirent le conflit, Tanger est pour les occidentaux le lieu magique qui attire les artistes, les peintres, les stars du cinéma, les écrivains et les milliardaires. C'est le lieu de tous les excès et des fêtes les plus fastueuses comme celles organisées par la célèbre milliardaire Barbara Hutton. La ville a son autonomie financière et son assemblée législative composée de fonctionnaires internationaux désignés par leur consul et de neuf Marocains. C'est l'époque du plus grand rayonnement de la ville, tant dans le domaine culturel que dans celui des affaires.

 

Tanger a été révélée aux peintres européens par Delacroix qui est inspiré par sa lumière et l'exotisme de son architecture et de ses habitants. Van Dongen y peint quelques-unes de ses plus belles toiles. Matisse s'y installe en 1912 puis en 1913 sur les conseils de ses amis Marquet, Camoin et de Gertrude Stein. La luxuriance de la végétation le fascine. D'autres le suivront comme Majorelle et plus tard Francis Bacon ou Robert Rauschenberg...

 

Tanger 43

 

De Truman Capote à Jack Kerouac, en passant par Tennessee Williams, Paul Morand, Roland Barthes, Jean Genet, Marguerite Yourcenar, Paul Bowles ou Joseph Kessel, Allen Ginsberg, Williams S. Burroughs, nombreux sont les écrivains qui ont jour ont décidé de venir vivre à Tanger. C'est Paul Bowles, qui appelait Tanger la "dream city", qui a converti le Tanger des films noirs et d'espionnage en escale obligée de la jet-set culturelle.

 

Tous fréquentent la fameuse Librairie des Colonnes, le café Hafa ou encore le café Fuentes, dans le petit Socco, l'hôtel El Minzah ou la Villa de France.

 

Tanger 22

 

Tous, sans oublier Mohamed Choukri et Tahar Ben Jelloun, ont vanté les charmes de cette ville dont le fin mot demeure... le mystère.

 

 

Tanger 29

 


Suivez leur trace dans l'album photos "Tanger". Et si vous passez dans cette ville, n'oubliez pas d'aller visiter le musée de la Kasbah et ses magnifiques jardins, et celui de la Légation Américaine. Et, après avoir flâné dans le marché, dans le Petit et le Grand Socco, allez faire un tour à l'Église Saint Andrews avant d'aller faire un tour à la plage ou d'aller admirer les maisons de la Vieille Montagne...

 

 

Tanger 12

 

 

Le marché

 

 

Tanger 7

 

 

Vous pourrez ensuite prendre un bateau pour rejoindre l'Espagne (qui n'est qu'à 14 km et qu'on voit de partout)...

 

Tanger 50

 

A moins que vous ne préfériez aller faire un tour au bar de l'hôtel El Minzah...

 

Le bar de l'hôtel El Minzah

 

 

Et continuer votre visite de Tanger qui est au Maroc une ville pas comme les autres. Une ville chargée d'histoire qui a été choisie par le Sultan Mohammed V pour y prononcer il y a 65 ans, le 9 avril 1947, le fameux "discours de Tanger" devant les représentants des puissances étrangères affirmant la volonté du Maroc de recouvrer son indépendance et son unité nationale. Sa fille aînée, S.A.R. Lalla Aïcha*, alors âgée de 17 ans, prit la parole en public sur la place du Grand Socco pour appeler à la scolarisation des femmes et à l'indépendance de son pays.

 


Bonne promenade !

  

 

 

* Lalla Aïcha s'est éteinte l'année dernière à Rabat. Pour tous les Marocains, elle était l'icône de l'émancipation des femmes marocaines. Pour tous ceux qui, comme moi, ont fréquenté le lycée Lalla Aïcha à Rabat, elle était encore plus. Et tous ceux qui avaient la chance de jouer au golf à Dar Es Salam, à Rabat, ont gardé le souvenir de cette princesse pas comme les autres.

Partager cet article

Repost0
4 août 2012 6 04 /08 /août /2012 09:37

 

 Abricot

 

 

Bonjour,

 

Depuis quelque temps j'avais envie de faire un crumble aux abricots. J'en avais dégusté un excellent chez des amis le mois dernier et, depuis, j'achète des abricots afin d'en préparer un. Mais, cette année, les abricots sont si bons qu'on les mange très vite et que je n'ai pas le temps de préparer ma pâte à crumble. Mais hier, je me suis enfin décidée à prendre trois minutes pour mélanger farine, beurre et sucre avant qu'il ne reste plus un seul abricot et nous nous sommes régalés d'un délicieux crumble.

 

Je vais vous en donner la recette mais, avant, je voudrais vous parler un peu de ce fruit d'été.

 

 

2335646174_67650ed24f.jpg

 

 

L'abricot, fruit de l'abricotier ou Prunus armeniaca, est, comme son nom ne l'indique pas, un fruit originaire de Chine. Il a atteint le Moyen-Orient en passant par l'Iran et l'Arménie par la célèbre Route de la Soie. Il est plus tard introduit en Grèce et à Rome. Comme le fruit, son nom a voyagé. Le français "abricot" vient du latin, en passant par le grec, l'arabe et le catalan. Les Grecs avaient appelé l'abricot armeniakon, pensant que ce fruit provenait d'Arménie. Les Latins désignaient la pruna armeniaca aussi par le mot praecoquum, "fruit précoce". Ce nom a été repris par le grec praekokion, dont les Arabes ont fait al-barqûq. Les Catalans l'ont dénommé albercoc, les Espagnols albaricoque, les Portugais albricoque, ce qui a donné en français "abricot". Chose amusante, l'arabe al-barqûq désigne aujourd'hui la prune et c'est un nom d'origine persane mishmish qui désigne l'abricot.

 

Ce n'est qu'au XVe siècle que l'abricot fut importé en France qui est maintenant le premier producteur d'abricots de l'Union européenne.

 

L'abricot est un des fruits les plus riches en provitamine A ou carotène. Deux petits abricots (100 g) fournissent 1,5 à 3 mg de provitamine A soit la moitié de l'apport conseillé pour l'adulte. 

L'abricot est peu énergétique, il n'apporte pas plus de 47 kcalories aux 100 g. Sa teneur en potassium est particulièrement élevée et il fournit des quantités intéressantes de fer, de cuivre et de nombreux oligo-éléments. Lorsqu'il est consommé mûr, l'abricot est un fruit parfaitement digeste. Ses fibres (surtout des pectines) sont bien tolérées, même des intestins fragiles. C'est pourquoi il fait partie des premiers fruits que l'on peut donner aux bébés. Ce sont ces fibres, les pectines, qui permettent la prise des confitures et des gelées (source : Aprifel).

 

L'abricot peut être consommé cru, cuit ou séché. Sec, il est recommandé à tous les sportifs. Il très utilisé dans les recettes orientales pour la confection de plats salés-sucrés. En attendant de vous donner la recette du tajine aux abricots (ce sera en hiver!), je vous donne celle du crumble aux abricots.

 

 

 

Crumble aux abricots

 

Crumble aux abricots

 

 

Pour 6 personnes :

 

1 kg d'abricots murs

2 cuillerées à soupe de cassonade

1 pincée de cannelle

100 g de poudre d'amandes

 

Pour le crumble :

125 g de farine

80 g de beurre salé froid

40 g de cassonade

 

Mélanger la farine, le beurre coupé en petits morceaux et la cassonade du bout des doigts jusqu'à obtenir une semoule grossière. Réserver au réfrigérateur.

Préchauffer le four à 200°. Saupoudrer un moule beurré d'une partie de la poudre d'amandes (qui va ainsi absorber le jus des abricots). Poser dessus les moitiés d'abricots, la partie convexe vers le bas. Saupoudrer de cassonade, de cannelle et du reste de poudre d'amandes.

Répartir le crumble sur les abricots et mettre au four environ 30 minutes.

Servir tiède.


Partager cet article

Repost0
1 août 2012 3 01 /08 /août /2012 17:33

 

 

4

 

 

Bonjour,

 

Je vous emmène aujourd'hui pour une petite promenade en images dans les jardins de l'Alcazar à Séville. Des jardins où il fait bon se promener pour échapper à la chaleur de l'été et que je vous conseille d'aller visiter si vous passez dans le coin... 

 


 

1

 

12

 

15

 

14

 

21

 

 

18

 

16

 

22

 

19

 

3

 

6

 

20

 

13

 

10

 

9

 

17

 

 

Vous pourrez ensuite visiter l'Alcázar qui vaut aussi le coup d'oeil...

 

 

2

 

7

 

5

 

 

8

 

 

Avant de repartir au coucher du soleil...

 

 

24

 

25

 

 

Bonne promenade !

Partager cet article

Repost0
31 juillet 2012 2 31 /07 /juillet /2012 09:06

 

Maison-Djerba.jpg

 

 

Bonjour,

 

On m'a fait remarquer que je n'avais pas donné la recette de la salade tunisienne. Il s'agit tout simplement d'une salade où tous les légumes crus sont coupés en tout petits morceaux. Cette salade est très agréable à déguster bien fraîche les journées d'été. Je vous donne ma recette.

 

 

 

 

Salade tunisienne

 Salade-tunisienne.jpg

Pour un petit saladier :

 

3 tomates fermes

1 poivron vert

1 concombre

1 oignon frais

1 cuillerée à soupe de menthe séchée

1 cuillerée à soupe d'huile d'olive

Le jus d'un demi-citron

Sel, poivre

 

Facultatif :

1 oeuf dur

1 boîte de thon à l'huile d'olive ou au naturel


 

Peler et épépiner les tomates et le concombre. Peler l'oignon et épépiner le poivron. Couper tous les légumes en très petits dés. Saler, poivrer et assaisonner avec l'huile, le jus de citron et la menthe émiettée. Réserver au réfrigérateur et servir avec le thon émietté et les quartiers d'oeuf dur.

 

 

Bonnes vacances !

 

P.S. La salade tunisienne sur la photo ci-dessus est en verrine. Les morceaux de légumes mesurent 7 X 7 cm environ. J'ai coupé le blanc d'oeuf en petits cubes comme les légumes et écrasé le jaune.

Partager cet article

Repost0
30 juillet 2012 1 30 /07 /juillet /2012 09:23

 

Slata-mechouia.jpg 

 

Bonjour,

 

Les Fêtes de Bayonne sont terminées et il est temps de se remettre des agapes de ces derniers jours. Je vous propose aujourd'hui une salade typiquement tunisienne, la slata méchouia. Elle est sur les cartes de tous les restaurants en Tunisie. Simple mais un peu longue à préparer, elle ensoleillera vos tables de l'été. 

 

 

 

Slata méchouia

 

Pour un petit saladier :

 

3 piments "corne de boeuf" (ou, à défaut, 3 poivrons verts)

3 piments verts légèrement piquants (type "felfel", les piments du Maghreb)

2 tomates

2 gousses d'ail

1 cuillerée à café de coriandre en poudre

1 cuillerée à café de graines de carvi écrasées (ou de carvi en poudre)

Sel, poivre

Huile d'olive

Le jus d'un demi-citron

 

Facultatif :

Olives vertes ou noires

1 oeuf dur

1 boîte de thon au naturel ou à l'huile d'olive

 

Poser les piments, les tomates et les gousses d'ail en chemise sur la grille du four. Mettre sous le gril du four. Sortir les gousses d'ail au bout de 15 minutes et laisser les piments et les tomates griller de tous les côtés jusqu'à ce que leur peau se détache.

Laisser refroidir puis peler et épépiner les piments et les tomates. Ouvrir les gousses d'ail et retirer la pulpe. Hacher le tout au hachoir ou au couteau. Ajouter les épices et saler. Arroser d'huile d'olive. Bien mélanger et mettre au réfrigérateur. Servir froid arrosé de jus de citron et garni de quartiers d'oeuf dur, d'olives et de thon émietté.

 

Vous pouvez varier la proportion de chacun des ingrédients de la méchouia. Certains l'aiment très piquante, d'autres moins, d'autres encore pas du tout. Vous pouvez aussi y ajouter des poivrons rouges. A vous de faire votre recette.

Vous pouvez présenter cette salade en verrines, accompagnée d'autres salades tunisiennes comme la "salade tunisienne", ce que j'ai fait l'autre jour. 

 

 

Salade-mechouia-salade-tunisienne.jpg

 

 

Bon appétit !

Partager cet article

Repost0
29 juillet 2012 7 29 /07 /juillet /2012 22:53

 

P1010018.jpg

 

Bonsoir,

 

Les Fêtes de Bayonne se terminent aujourd'hui. Après une journée chargée...

Après la traditionnelle messe des Bandas à l'Église Saint André...

 

 

P1000843.jpg

 

P1000850.jpg

 

P1000869.jpg

 

 

la foule s'est retrouvée dans les rues, dans les bars, les peñas et les restaurants pour le dernier déjeuner des fêtes...

 

 

P1000883.jpg

 

P1000884.jpg

 

P1000889.jpg

 

P1000893

 

P1000894.jpg

 

P1000912.jpg

 

P1000917.jpg

 

P1000923.jpg

 

P1000954.jpg

 

P1000932.jpg

 

P1000943.jpg

 

P1000944.jpg

 

 

 

 

Ce soir, clôture des Fêtes avec le dernier feu d'artifice...


A l'année prochaine pour les prochaines Fêtes et à très vite !

 


Partager cet article

Repost0
28 juillet 2012 6 28 /07 /juillet /2012 18:01

 

Une chanson des Fêtes... pour vous mettre dans l'ambiance...

Partager cet article

Repost0
28 juillet 2012 6 28 /07 /juillet /2012 09:00

 

P1000463

 

 

Bonjour,

 

Lors des premières Fêtes de Bayonne, en 1932, les hommes étaient habillés en blanc et bleu, les couleurs de l'Aviron Bayonnais.

Dans les années 50, le Comité des Fêtes, désirant créer une unité pour parfaire l'ambiance des fêtes, demande aux festayres de s'habiller en vert et rouge, deux des couleurs du drapeau basque. 

Mais, en 1969, Luis Mariano, invité par le Comité des Fêtes à lancer les clefs de la ville pour l'ouverture des Fêtes, est habillé en blanc et rouge, les couleurs des fêtes de l'autre côté de la frontière (il était originaire d'Irun). Dès lors, ces couleurs, qui sont aussi celles des fêtes de Pampelune, se généralisent et, au début des années 90, s'imposent. Désormais, tous, petits et grands, femmes et hommes, sont habillés en blanc avec un foulard et une ceinture rouges.

 

 

 

P1000477

 

 

P1000449

 

 

P1000478

 

 

P1000757

 

 

Les vitrines des magasins s'habillent aussi en blanc et rouge...

 

 

 

Couleurs basques

 

 

P1000578

 

 

P1000569

 

 

P1000574

 

 P1000738

 

 

Vous n'avez pas encore votre tenue ? Courez vite la chercher ! 

Et pour vous inspirer, allez dans l'album photos "Fêtes de Bayonne".

 

 

A bientôt !

 

 

P1000662

Partager cet article

Repost0
27 juillet 2012 5 27 /07 /juillet /2012 18:57

 

Pain-et-piperade.jpg

 

Rebonjour,

 

Pendant les fêtes, à Bayonne, on boit et on mange. Parmi les plats incontournables de ces fêtes, figure la piperade. Je vous en donne la recette, la vraie... Celle qui utilise les piments doux du Pays basque ou piments d'Anglet (cf. Le Biper eztia ou piment doux du Pays Basque et du Seignanx). A défaut, vous pouvez employer des poivrons verts ou mieux des poivrons "corne de boeuf". Ce n'est pas pareil, mais à défaut... Une autre solution : si vous passez dans le Pays basque, faites provision de ces piments doux. Ils se congèlent facilement, crus ou précuits.

 

 

Piperade

 

Pour 4 à 6 personnes :

 

500 g de piments doux

2 oignons

2 gousses d'ail

4 belles tomates (ou à défaut, une petite boîte de tomates concassées)

1 pincée de piment d'Espelette

4 oeufs

1 cuillerée à café de sucre

Huile d'olive, sel

 

Peler et émincer finement les oignons et les faire revenir à feu doux avec un peu d'huile d'olive. Lorsqu'ils commencent à transpirer, y ajouter les piments lavés, épépinés et coupés en petits morceaux. Faire revenir très longtemps à feu très doux (il ne faut pas que les piments brunissent), en remuant de temps en temps. Ajouter ensuite les tomates pelées, épépinées et concassées, l'ail haché fin et le sucre. Saler et ajouter le piment d'Espelette. Couvrir et laisser revenir le plus longtemps possible (au minimum une demi-heure) à feu très doux. Le mélange doit avoir l'aspect d'une purée un peu grumeleuse.

Battre alors les oeufs en omelette avec une fourchette et les incorporer aux légumes. Laisser cuire encore 5 minutes à feu doux et retirer du feu. 

La piperade peut être servie chaude, accompagnée de tranches de jambon (de Bayonne, bien sûr) poêlées, ou froide.

 

 

Bon appétit !


 

 

 

Partager cet article

Repost0

Profil

  • La nutrition en couleurs
  • Médecin nutritionniste, passionnée par la lumière et les couleurs, j'aime faire partager à ceux qui m'entourent mes connaissances en cuisine et en nutrition pour qu'ils puissent concilier santé, plaisir et gourmandise.
  • Médecin nutritionniste, passionnée par la lumière et les couleurs, j'aime faire partager à ceux qui m'entourent mes connaissances en cuisine et en nutrition pour qu'ils puissent concilier santé, plaisir et gourmandise.

Droits réservés

Les images de ce blog (dessins, photos...) ne sont pas libres de droits

Recherche