750 grammes
Tous nos blogs cuisine Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 septembre 2012 1 10 /09 /septembre /2012 09:24

Tomates

 

 

Bonjour,

 

C'est la pleine saison des prunes mais aussi des tomates. En ce moment, on trouve de très bonnes tomates mûries au soleil que vous pouvez mettre en conserve ou sécher pour faire des provisions pour l'hiver.

J'ai commencé par faire quelques tomates séchées avec des tomates Roma. Je vous montre comment j'ai procédé.

Il faut commencer par laver les tomates puis les peler. Pour cela, faites quelques entailles à l'aide d'un couteau dans la peau des tomates que vous plongez dans une marmite d'eau bouillante pendant quelques secondes. Ensuite, déposez vos tomates dans un bain d'eau glacée. La peau s'enlève facilement. Découpez alors vos tomates pelées en quatre puis ôtez les pépins.

Préchauffez le four à 90°. Couvrez la plaque du four avec du papier sulfurisé et déposez vos quartiers de tomates dessus. Salez légèrement et arrosez d'un filet d'huile d'olive. Ajoutez quelques brins de thym et de romarin. Enfournez et laissez confire pendant 2 heures.

 

 

Tomates pelées, coupées

 

 

Au bout de deux heures, retournez les quartiers de tomates.

 

 

Tomates après 2 h de cuisson

 

 

Puis laissez cuire, toujours à 90°, pendant deux ou trois heures. Vous obtiendrez ça :

 

 

Tomates séchées

 

 

Quand les tomates seront refroidies, vous pourrez les mettre dans un bocal stérilisé et les recouvrir d'huile d'olive. Vous pourrez ensuite stériliser le pot pour pouvoir le conserver longtemps (si vous ne stérilisez pas le pot, conservez-le au réfrigérateur et consommez les tomates assez rapidement). J'ai préféré remplir de petits sachets à congélation que j'ai mis au congélateur pour pouvoir les utiliser quand j'en aurai besoin.

 

 

A bientôt !

Partager cet article
Repost0
10 septembre 2012 1 10 /09 /septembre /2012 07:22

 

Bayonne-reflets.jpg

 

Bonjour,

 

Samedi, je vous ai proposé une devinette. Je remercie toutes celles et tous ceux qui y ont participé, soit par un commentaire, soit par un coup de téléphone. Personne n'a vraiment trouvé. Il faut dire que c'était difficile. 

 

Samedi, il faisait très beau à Bayonne et c'était jour de marché. Tout se reflétait dans la Nive, la rivière qui longe le marché. J'ai vu dans l'eau le reflet des parasols des étals et ai trouvé que c'était étrange. J'ai fait quelques photos dont celle que je vous ai envoyée. Je vous en montre une autre, prise en plan moins rapproché.

 

 

Bayonne-parasols-dans-l-eau.jpg

 

Et encore une autre... où l'on voit mieux qu'il s'agit d'un reflet dans l'eau car l'eau est plissée.

 

 

P1020018.jpg

 

Et une autre encore où l'on voit le marché et son reflet dans l'eau...

 

 

P1020023.jpg

 

La réponse à la devinette ? Des parasols et des cageots se reflétant dans l'eau de la Nive.

Encore une fois merci d'avoir participé à cette devinette.

 

A bientôt !

Partager cet article
Repost0
9 septembre 2012 7 09 /09 /septembre /2012 15:16

 

       

Prunes-d-Ente.jpg

 

Bonjour,

 

C'est la pleine saison des prunes et il faut en profiter. La saison est courte.

 

Il en existe de très nombreuses variétés dont certaines sont surtout utilisées pour la conserverie et la distillation. En France, leur production s'échelonne entre la fin du mois de juin et le début du mois d'octobre.  Les trois régions productrices ont chacune leurs variétés. La prune d'Ente est cultivée dans le Sud-Ouest, plus particulièrement dans le Lot-et-Garonne, dans la région de Villeneuve-sur-Lot. C'est celle qui sert à fabriquer le pruneau d'Agen. Mais elle peut être consommée fraîche. Ce fruit de forme oblongue est de couleur rose violacé ou améthyste. La prune d'Ente ressemble à la quetsche mais elle est plus claire et translucide que la quetsche. Comme la quetsche, elle est recouverte d'une pellicule blanchâtre qui est due à la présence de pruine, cire que fabrique le fruit pour se protéger des agressions extérieures et notamment du soleil. La chair de la prune d'Ente est jaune, juteuse et bien sucrée.

 

Nature morte PompéiLes pruniers seraient originaires de Chine et auraient gagné tout le bassin méditerranéen en passant par la Route de la Soie. Les Romains l'appréciaient particulièrement et en ont planté dans tout leur empire.

Les Croisés ramenèrent d'Orient des greffons de prunier dans le Sud-Ouest. Les moines bénédictins de l'abbaye de Clairac, dans le Lot-et-Garonne croisèrent ce prunier de Damas, appelé aussi prunier "Dattel" ou "Datte" en raison de sa forme, avec un prunier local (d'après certains, le prunier de Saint-Antonin). Le prunier d'Ente était né. Son nom vient d'enter, mot signifiant "greffer" en ancien français. La prune portera aussi le nom de "Robe de Sergent" en raison de sa couleur rouge violacé relevé de bleu qui rappelait l'uniforme des chevaliers de guet.

 

La-Prune-en-Agenais.jpgLes prunes d'Ente sont surtout utilisées pour fabriquer le fameux "pruneau d'Agen". Depuis l'Antiquité, les prunes étaient conservées séchées au soleil. Les bénédictins de Clairac ont vite compris que la prune d'Ente était une variété particulièrement adaptée au séchage. Dès la moitié du XVIe siècle, on utilisa les fours à pain pour finir le séchage de la prune. Les pruneaux étaient embarqués à Agen, qui avait un port sur la Garonne et, ainsi, devint la ville principale d'expédition de pruneaux, d'où leur nom de "pruneaux d'Agen". Les gabares les transportaient jusqu'à Bordeaux d'où ils partaient sur des bateaux de haute-mer vers la Grande-Bretagne et la Hollande qui en étaient gros consommateurs. Les pruneaux faisaient partie de l'avitaillement de la Marine car ils étaient faciles à transporter et à conserver. 

 

Je ne vous parlerai pas aujourd'hui de l'intérêt nutritionnel des prunes et des pruneaux mais de la confiture que j'ai faite avec les prunes d'Ente qui sont, malheureusement, difficiles à trouver hors de leur région d'origine. 

Sachez seulement que les prunes sont riches en pectine, qui joue un rôle régulateur sur le transit et permet de faire prendre les confitures.

 

Je vous donne ma recette...

 

 

Confiture de prunes d'Ente

 

Pour 5 pots de confiture :

 

1,5 kg de prunes d'Ente

1,1 kg de sucre cristallisé

1/2 citron

 

 

Laver les prunes, les sécher et les couper en deux en enlevant le noyau.


 Prunes-d-Ente-coupees.jpg

 

Ajouter le sucre et le jus du demi-citron. Bien mélanger et laisser reposer au moins 3 heures.

 

 

Prunes-avec-sucre.jpg

 

Lorsque le sucre a fondu avec le jus des prunes, porter le tout à ébullition dans une grande marmite (dans l'idéal, un chaudron en cuivre), à feu moyen.    

 


Cuisson-1.jpg

 

Baisser le feu. Écumer (garder l'écume que vous pourrez consommer après, c'est délicieux).    

 

 

Confiture prunes 2

 

Laisser cuire jusqu'à ce que la confiture ait la bonne consistance.

 


Cuisson-3.jpg

 

 

Mettre la confiture encore chaude dans les pots stérilisés au préalable. Retourner les pots jusqu'à complet refroidissement. Vous pourrez conserver ces pots toute l'année, au frais après ouverture.

 

 

La confiture est sur la table...

 

Confiture-de-prunes-d-Ente.jpg

 

 

Bonne dégustation !

Partager cet article
Repost0
8 septembre 2012 6 08 /09 /septembre /2012 16:47

 

sans titre

 

 

Bonjour,

 

Qui devinera ce que représente cette photo?

J'attends vos réponses !

 

 

A bientôt !

Partager cet article
Repost0
4 septembre 2012 2 04 /09 /septembre /2012 14:44

 

Eglise Itxassou 

 

Bonjour,

 

En passant à Itxassou avant d'aller ramasser des mûres, dimanche dernier, je me suis arrêtée pour revoir sa magnifique église. Cet édifice construit au XVIIe siècle a l'air d'une forteresse avec ses contreforts épais, ses petites ouvertures et sa tour clocher imposante et massive.

 

 

Eglise-d-Itxassou.jpg

 

A l'intérieur, comme dans les églises du Pays basque, elle présente des galeries de bois à trois étages disposées sur les deux côtés et le fond de la nef. La moindre poutre, le moindre poteau est sculpté.

 

 

Galeries

 

 

Au départ de la rampe d'escalier, le maître d'oeuvre s'est représenté avec dans une main la règle et dans l'autre un ciseau.


Les hommes occupaient les galeries et suspendaient leur béret à des patères accrochées au mur de la nef.

 

 

13 7

 

Dans la première galerie, une avancée était réservée aux places d'honneur.

 

 

10

 

Jarleku

 

 

 

 

 

Les femmes priaient en bas. Elles faisaient brûler des cierges et s'installaient sur leur jarleku pour intercéder par leurs prières ou leurs offrandes. Le jarleku était la parcelle de l'église correspondant à une maison. La tombe était recouverte d'une pierre gravée ou sculptée.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le choeur reprend les motifs et les thèmes de l'art catholique d'inspiration baroque. Le rétable est orné de bas-reliefs polychromes et le tabernacle de petites scènes de la Passion.

 

 

 

2

 

3

 

La chaire en bois sculpté et peint est disposée à droite (c'est la seule ainsi au Pays basque). 

 

 

5

 

 

Les plafonds sont richement peints et les murs ornés de tableaux (dont un de Murillo, dit-on) et de sculptures dont une vierge à l'enfant du XVIIe siècle.

 

 

14

 

20

 

17    19

 

Vierge-a-l-enfant.jpg

 

 

Le cimetière renferme les sépultures qui ont émigré à l'extérieur par manque de place. Les stèles, plantées face au levant sont sculptées de symboles solaires (croix basque, rosaces, rayonnements), de symboles chrétiens ou de motifs végétaux.

 

 

22  30

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

28

 

 

25       29

 

 

27

 

 

23      26

 

 

Je ne peux toutes vous les montrer, elles sont toutes plus belles les unes que les autres, les plus anciennes comme les plus récentes, mais je vous invite à aller faire un tour du côté d'Itxassou... où il n'y a pas que l'église à voir.

 

 

P1010781.jpg 

 

 

 

A bientôt !

Partager cet article
Repost0
3 septembre 2012 1 03 /09 /septembre /2012 09:01

 

1

 

 

Bonjour,

 


4L'autre jour, je suis allée avec mon amie Florence ramasser des mûres dans la forêt du côté du Cap Ferret. Les fruits étaient petits et nous n'avons ramené que de quoi agrémenter un petit dessert. Or, nous voulions faire des confitures. Je suis donc repartie, cette fois-ci au Pays basque, près d'Itxassou (le pays de la cerise) à la recherche de ces merveilleux fruits. Et j'ai été comblée. En peu de temps j'ai pu trouver de quoi faire quelques pots de confiture. Les fruits étaient plus gros (il a plu au Pays basque cet été). Et il y en avait beaucoup. 

 

 

 


2

 

3

 


5056029974_1b0878562c.jpg

 

 

Dès mon retour à la maison, je me suis mise au travail. J'ai d'abord rincé rapidement les mûres puis les ai mis dans un grand plat vernissé avec du sucre (750 g pour un kilo de fruits). J'ai remué et ai laissé le sucre fondre doucement.

 

 

8

 

 

Quelques heures plus tard, j'ai ajouté un jus de citron (j'avais oublié de le faire avant). Et j'ai commencé la cuisson, à feu vif jusqu'à ébullition.

 

 

9

 

 

Un peu d'écume s'est formée mais je ne l'ai pas enlevée, il y en avait trop peu. J'ai continué la cuisson une vingtaine de minutes jusqu'à ce que la confiture ait la consistance voulue. Les recettes que j'avais lues indiquaient une cuisson de 8 minutes, ce qui me semblait peu (je n'avais pas fait de confiture de mûres depuis très longtemps). 

 

 

11

 

Et j'ai mis en pots. Que j'ai retournés pour stériliser.

 

 

5

 

 

Mais quand je les ai retournés, la confiture n'est pas tombée au fond du pot. Elle était trop cuite !

 

 

6

 

 

Vous l'avez compris, je ne suis pas une pro de la confiture. Mais, car il y a un "mais", nous avons goûté la confiture ce matin (celle que je n'avais pas pu mettre dans le dernier pot). Et elle était excellente, très parfumée, très colorée et "même pas" trop solide. La preuve, il n'en reste plus...


 

7

 

 

Allez vite ramasser des mûres, c'est la saison !

 

 

A bientôt !

Partager cet article
Repost0
1 septembre 2012 6 01 /09 /septembre /2012 10:11

 

12

 

 

Bonjour,

 

Aujourd'hui, je vous emmène en images de l'autre côté du Bassin d'Arcachon, sur la presqu'île du Cap Ferret, un lieu qui reste "vrai" malgré le tourisme estival et où l'on peut trouver "ordre et beauté, luxe, calme et volupté" dans les ruelles des villages ostréicoles, sur les bords du Bassin, à l'Océan ou dans la forêt...

 

Suivez-moi à Petit Piquey, à Grand Piquey, à l'Herbe ou au Ferret en allant dans l'album photos "Presqu'île du Cap Ferret".

 

 

15

 

 

2

 

 

16

 

 

14

 

 

19

 

 

13

 

 

22

 

 

Océan

 

 

23

 

 

P1010435

 

 

P1010468

 

 

6

 

       32

 

 

18

 

 

8

 

 

 

Bonne promenade !

Partager cet article
Repost0
26 août 2012 7 26 /08 /août /2012 16:40

 

 

Americano

 

 

Bonjour,

 

L'autre jour, on m'a proposé à l'apéritif un americano... avec du gin. Pour moi, l'americano est un cocktail à base de Campari et de vermouth. En rentrant à la maison, j'ai fait quelques recherches sur le sujet et je vous livre mes résultats... Vous connaîtrez tout sur l'histoire de l'americano et sur la recette de ce fameux cocktail.

 

L'americano a été créé par Gaspare Campari. Dixième enfant d'un fermier de la province de Pavie (à l'époque province de Novara), il naît en 1828 à Cassolnovo. Très jeune, à 14 ans, il part pour Turin où il va apprendre l'art de la liquoristerie. Il travaille au Ristorante Cambio et à la Pasticceria Bass. En 1860, il acquiert à Novara son premier établissement, le Caffè dell'Amicizia, le "Café de l'Amitié". Comme tous ses collègues à l'époque, il fabrique lui-même les breuvages et les liqueurs qu'il y sert. Il invente une liqueur amère, de couleur rouge rubis, le bitter all'uso d'Hollanda (le "bitter à la façon hollandaise"), qui a immédiatement un grand succès et que l'on appelle depuis lecampari.jpg Campari. C'est une liqueur à base d'une soixantaine d'ingrédients, d'herbes aromatiques, d'épices, d'écorces de fruits et de cochenilles (qui lui donnentBitter Campari sa belle couleur). Sa composition reste secrète, encore à l'heure actuelle. En 1861, naît le cocktail "Milan-Turin", appelé ainsi car il est composé à parts égales de Campari (né à côté de Milan) et de vermouth (né à Turin). Plus tard, il s'installe à Milan et y ouvre le Caffè Campari dans la Galleria Vittore Emanuele II, passage entre la place du Duomo et la Scala. Ce café devient vite le lieu de rendez-vous de l'intelligentsia milanaise et s'y retrouvent hommes politiques, intellectuels, musiciens, artistes et personnalités du tout nouveau Royaume d'Italie.

 

A la fin de la première guerre mondiale, les Américains, alors nombreux sur le sol italien, découvrent le "Milan-Turin". On modifie un peu la recette pour eux : on diminue la quantité de vermouth et on rajoute de l'eau gazeuse. L'americano est né.  Ce cocktail a un immense succès. Et aujourd'hui encore, il est un des cocktails les plus renommés. Je vous en donne la recette originale.

 

 

 

Americano

 

Pour un verre :

 

4 cl de Campari

2 cl de vermouth rouge (cinzano ou Martini)

15 cl d'eau gazeuse

1/2 rondelle de citron et 1/2 rondelle d'orange

 

 

Verser les alcools dans un verre haut (de type tumbler) rempli de 2 ou 3 glaçons. Allonger à l'eau gazeuse. Remuer et servir avec les demi-rondelles d'agrumes.

 

 

Certains rajoutent du gin à l'americano. Or, dans la recette d'origine, cet alcool n'est pas présent. Il figure dans celle du Negroni qui remplace l'eau gazeuse par du gin (ce cocktail est né à la demande du Comte Camillo Negroni en 1919 au café Casoni à Florence). 

D'autres remplacent l'eau gazeuse par du vin blanc. On obtient alors le Veneziano. D'autres encore ajoutent du vermouth blanc ou du dry. A vous de faire votre recette préférée...

 

 

A déguster à l'apéritif avec modération !

Partager cet article
Repost0
25 août 2012 6 25 /08 /août /2012 10:36

 

Ail

 

Bonjour,

 

L'ail est un des légumes-condiments les plus populaires en France, non seulement dans le Midi mais aussi dans tout le pays. Chaque Français en consomme en moyenne 800 g par an. 

 

Originaire d'Asie centrale où il pousse à l'état sauvage, l'ail y est utilisé et cultivé depuis des millénaires. Il s'est répandu vers l'ouest, en contournant la mer Caspienne, au nord vers l'Europe centrale, au sud vers l'Iran et les pays méditerranéens. Les Egyptiens puis les Grecs et les Romains l'utilisent comme condiment et comme remède. Hérodote rapporte que les esclaves chargés de construire les pyramides en reçoivent des rations importantes qui leur donnent la force nécessaire à ce travail épuisant. Les lutteurs, les gladiateurs, les soldats, grecs et romains, étaient grands consommateurs d'ail réputé leur donner force et courage.

 

Les médecins de l'Antiquité lui reconnaissent des vertus contraceptives, anti-infectieuses, diurétiques, laxatives, vermifuges... Les recherches actuelles ont confirmé certaines propriétés bénéfiques de l'ail, connues de longue date et en ont mis d'autres en évidence.

L'ail a une action diurétique, une action anti-bactérienne (qui avait été montrée par Pasteur dès 1858) et une action sur le système cardio-vasculaire. L'ail renferme une substance hypotensive et a des effets bénéfiques sur la fluidité du sang et le taux de cholestérol sanguin (selon des études récentes, la consommation de 3 g d'ail cru par jour -soit une gousse d'ail- permettrait d'abaisser le taux de cholestérol sanguin de 20%). L'ail pourrait aussi diminuer la synthèse des triglycérides.

Selon des études japonaises récentes, l'ail aurait un effet anti-allergique puissant. Des extraits d'ail diminuent de plus de 90% la réponse celllulaire après exposition à un allergène.

L'ail a aussi des propriétés anti-oxydantes qui protègent les cellules contre les radicaux libres. 

Enfin, il semble que l'ail ait une action antitumorale vis à vis de certaines cellules cancéreuses grâce à la présence de certaines substances soufrées.

 

Ce sont ces mêmes substances soufrées qui sont responsables de l'odeur et de la saveur de l'ail. Ce sont elles aussi qui limitent la tolérance de l'ail chez les personnes ayant un système digestif fragile et qui donnent à l'haleine du consommateur d'ail cette odeur caractéristique. Les recettes censées y remédier sont nombreuses. On peut essayer de croquer un grain de café ou un clou de girofle ou encore de mâcher un brin de persil. Pour ma part, je pense que le fait de croquer une graine de cardamome est assez efficace.

 

Est-ce à cause de son odeur que l'ail éloigne les vampires et les sorcières et tout ce qui peut être mauvais? Je ne sais pas mais toujours est-il que l'ail a cette réputation. Au Moyen Âge, on portait des tresses d'ail pour se protéger des sorcières. Dans certains pays, encore aujourd'hui, l'ail est censé protéger du mauvais oeil et est réputé protecteur contre les influences néfastes et les agressions. Les marins superstitieux pensent qu'il éloigne les tempêtes et les monstres marins. C'est pourquoi il faut toujours en avoir à bord... D'autant plus qu'il se conserve très bien.

 

 

L'ail est cultivé sur tous les continents, même en Amérique où il a été importé par Christophe Colomb. La Chine est le premier producteur d'ail. En France, la culture est possible dans toutes les régions. Elle est surtout localisée dans le sud-ouest et le sud-est mais aussi dans le Nord, à Arleux et Locon et même en Bretagne, dans la baie du Mont Saint Michel, à Cherrueix.

 

Ail-de-Lomagne.jpgLa majorité de la production (82%) est représentée par l'ail blanc, 11% par l'ail rose et 7% par l'ail violet. Certaines variétés ont obtenu le label rouge et l'IGP (identification géographique protégée) comme l'ail rose de Lautrec, d'autres l'IGP comme l'ail blanc de Lomagne ou l'ail blanc de la Drôme. L'ail rose d'Auvergne attend son label rouge et son IGP, l'ail violet de Cadours son AOC.

 

Ail Rose de Lautrec

 

Ail-violet-de-Cadours.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

Chacun a ses particularités. Certains sont plus doux, d'autres plus sucrés, d'autres ont un goût plus fort. L'ail rose est celui qui se conserve le mieux. Essayez-les tous, vous choisirez...

 

 

Bonne dégustation !

Partager cet article
Repost0
20 août 2012 1 20 /08 /août /2012 09:38

 

 

Papeton-aubergines.jpg

 

Bonjour,

 

C'est l'été et quelques-uns d'entre vous sont encore en vacances. L'été c'est la saison des aubergines, un de mes légumes préférés comme vous le savez déjà. Je vous ai déjà confié quelques-unes de mes recettes favorites préparées avec ce légume dont vous connaissez tout (cf.  Les salades marocainesPetite histoire de l'aubergineDe l'aubergine (suite) : les caviars d'auberginePolenta aux aubergines, à la tomate et à la mozzarellaLe tian provençalEncore un peu de couleur ?...). Mais il y en a une que je ne vous ai pas donnée, celle du papeton d'aubergine.

 

Cette spécialité avignonnaise à base d'aubergines et d'oeufs aurait été, selon la légende, créée dans cette ville pour un pape qui se plaignait de ce que la cuisine française n'était pas aussi imaginative que l'italienne. Un cuisinier lui aurait alors présenté ce plat cuit dans un moule dont la forme rappelait celle de la tiare papale. Certains ne croient pas cette légende et pensent que le nom de ce plat viendrait tout simplement de l'occitan pepet, "bouillie". A vous de choisir...

 

Ce plat peut être servi en entrée, sur un buffet ou en accompagnement de viande ou de poisson. Je vous donne la recette.

 

 

 

Papeton d'aubergines

 

 

Pour un moule à cake de 29 cm de longueur :

 

5 belles aubergines (environ 1, 5 kg)

5 oeufs

15 cl de crème fraîche

3 cuillerées à soupe d'huile d'olive

3 échalotes

2 gousses d'ail

1 feuille de laurier

2 tiges de thym

Un bol de coulis de tomates

 

 

Laver et peler les aubergines. Les couper en gros cubes et les mettre au sel pendant au moins une heure. Faire revenir les échalotes émincées avec les aubergines, le laurier, le thym et l'huile d'olive à feu très doux pendant 50 minutes à une heure.

Préchauffer le four à 180°.

Mixer les aubergines revenues et ajouter un à un les oeufs puis la crème fraîche. Vérifier l'assaisonnement. Verser dans un moule à cake beurré et faire cuire dans le four chaud au bain-marie pendant 40 à 50 minutes.

Démouler et servir tiède ou froid avec un coulis de tomates (c'est aussi la saison des tomates !).

 

 

Bon appétit !

Partager cet article
Repost0

Profil

  • La nutrition en couleurs
  • Médecin nutritionniste, passionnée par la lumière et les couleurs, j'aime faire partager à ceux qui m'entourent mes connaissances en cuisine et en nutrition pour qu'ils puissent concilier santé, plaisir et gourmandise.
  • Médecin nutritionniste, passionnée par la lumière et les couleurs, j'aime faire partager à ceux qui m'entourent mes connaissances en cuisine et en nutrition pour qu'ils puissent concilier santé, plaisir et gourmandise.

Droits réservés

Les images de ce blog (dessins, photos...) ne sont pas libres de droits

Recherche