750 grammes
Tous nos blogs cuisine Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 février 2013 7 17 /02 /février /2013 12:59

Cafe-et-speculoos.jpg

 

 

 

Bonjour,

 

Depuis longtemps déjà, je souhaitais réaliser des spéculos mais je n'avais jamais essayé. C'est chose faite aujourd'hui et je vais vous donner la recette que j'ai utilisée.

 

Mais, avant, je voudrais vous dire un petit mot sur ce petit biscuit traditionnel belge au goût épicé et caramélisé, à la texture croquante et croustillante.

 

Les spéculos ou speculoos (ou encore speculaus) étaient traditionnellement fabriqués et dégustés pendant la période de l'Avent et à Noël en Belgique, en Hollande, en Allemagne (en Bavière où on les appelle spekulatii) et dans le nord de la France. Ce petit gâteau a depuis longtemps dépassé les frontières de ces pays et on le sert un peu partout et toute l'année pour accompagner le café, que ce soit en Italie, aux États-Unis ou au Japon.

 

Son nom viendrait du latin species, épices ou de speculum, miroir. C'est en effet un petit gâteau plein d'épices que l'on moule en formes diverses, à l'origine dans des moules représentant Saint Nicolas. Un gâteau hollandais à base d'épices, appelé speculaas, fabriqué dès le XVIIe siècle, pourrait être à l'origine du spéculos.

 

En Belgique, et particulièrement à Bruxelles, on trouve des biscuiteries qui fabriquent et vendent des spéculos réalisés de façon artisanale. Parmi elles, la Maison Dandoy qui est réputée jusqu'au Japon (elle y a même un magasin, à Tokyo).

 


  

176178371_83ad3f47eb.jpg

 

8135765621_873d54c996.jpg

 

 

 

La distribution dans les restaurants et cafés semble avoir été le moteur de l'extension géographique de la consommation du spéculos.

 

 

Sucre de canne intégralLa pâte du spéculos est à base de farine, de sucre, d'oeufs et d'épices. Les différents ingrédients qui entrent dans sa composition ont tous un rôle important et bien précis. Ce sont eux qui déterminent les caractéristiques typiques du spéculos, sa couleur brune, sa texture croquante et son goût épicé.

 

La farine utilisée est de la farine de froment. Certains employent de la farine complète.

Le sucre est du sucre en poudre, de la cassonade (extraite de la canne à sucre) ou de la vergeoise brune (extraite de la betterave). Certaines recettes parlent de cassonade de candi (j'écrirai un jour un article sur les sucres car il est difficile de s'y retrouver). D'autres ajoutent du miel.

 

 

La matière grasse utilisée dans les recettes traditionnelles est le beurre mais les industriels emploient des matières grasses végétales.


 

Cannelle de Ceylan - Cinnamomum verumOn peut utiliser plusieurs épices pour les spéculos. Elles aromatisent, parfument et relèvent le goût du biscuit et lui apportent sa coloration. L'épice majoritaire est la cannelle à laquelle on peut ajouter en moindre quantité de la noix de muscade, du clou de girofle, du gingembre, du poivre gris, de la cardamome...

 

A ces ingrédients, s'ajoutent du sel, des oeufs, de l'eau et un agent levant.

 

 

Je vous confie maintenant la recette (un mélange de toutes les recettes que j'ai pu trouver sur internet) qui m'a donné d'excellents résultats.

 

 

 

 

Spéculos

 

 

Pour environ 60 spéculos :

 

250 g de farine

175 g de beurre à température ambiante

175 g de sucre brun (j'ai employé du sucre intégral)

1 oeuf

1 cuillerée à soupe de cannelle en poudre

1 cuillerée à café de quatre épices

1 pincée de muscade moulue

1 pincée de sel

 

Mélanger tous les ingrédients à l'aide d'un robot jusqu'à obtenir une consistance homogène. Former des boudins avec la pâte, les recouvrir de film alimentaire et les conserver au réfrigérateur pendant au moins deux heures.

Sortir les boudins du réfrigérateur et les couper en tranches de 5 mm d'épaisseur. 

Préchauffer le four à 160°.

Disposer les tranches sur une plaque à pâtisserie recouverte de papier cuisson et enfourner pendant 15 minutes.

Faire refroidir sur une grille.

 

 

Speculos-dessus.jpgSpeculos-dessous.jpg

 

 

 

Attendez qu'ils soient bien refroidis pour déguster les spéculos et conservez-les dans une boîte en fer.

 

 

A bientôt !

 


 

 

 



 

 

Partager cet article
Repost0
16 février 2013 6 16 /02 /février /2013 09:18

 

 

 

 

 

 

Devinette-du-16-fevrier-2013.jpg

 

 

 

 

Bonjour,

 

Savez-vous ce que représente cette photo ?

 

 

 

A lundi pour la réponse.

Bon week-end !

Partager cet article
Repost0
14 février 2013 4 14 /02 /février /2013 08:59

 

 

Huile d'olive

 

 

 

Bonjour,

 

On me demande souvent quelle huile il faut choisir pour l'alimentation. Et je m'aperçois que je n'ai abordé ce sujet que très partiellement (cf.  Idées fausses en nutrition (1) - Les lipides ou graisses). Je vais essayer de remédier à cet oubli.

 

Comment choisir une huile ? La réponse n'est pas simple. Toutes les huiles sont différentes même si elles ont des points communs.

 

Toutes les huiles contiennent près de 100% de lipides. Il n'y a pas une huile plus légère que les autres. Toutes sont très énergétiques et fournissent 900 Kcal pour 100 g.

 

Epi-de-mais.jpgToutes les huiles contiennent de la vitamine E, un anti-oxydant qui protège les cellules de l'oxydation des graisses. Mais elles en contiennent plus ou moins : l'huile d'olive est ainsi plus pauvre en vitamine E (12 mg/100 g) que l'huile de tournesol (56 mg/100 g) ou que l'huile de maïs (30 mg/100 g).

 

Aucune des huiles végétales ne contient de cholestérol. Ne vous jetez donc pas sur une huile parce qu'il est écrit sur son étiquette qu'elle ne contient pas de cholestérol. Il n'y en a pas dans les produits végétaux.

 

Toutes les huiles doivent être conservées à l'abri de la lumière et de la chaleur, surtout les huiles de noix, de colza et de soja (qui contiennent des acides gras oméga 3, nous allons y venir).

 

 

Alors, en quoi les huiles sont-elles différentes ?Olives vertes

 


Elles le sont en premier par leur origine. Les huiles peuvent être extraites de fruits comme l'huile d'olive, l'huile de palme, l'huile de coco ou de coprah, l'huile de noix ou celle de noisette, de céréales comme l'huile de maïs, de légumineuses comme l'huile de soja ou d'arachide ou encore de graines comme l'huile de tournesol, celle de colza ou de citrouille.

 


 

 

Arachides.jpg

 

 

 

Mais leur différence essentielle réside dans leur composition en acides gras. La majorité des lipides ou graisses est constituée de triglycérides composés d'une molécule de glycérol et de 3 acides gras. Le rôle et la fonction des lipides dépendent de la nature des acides gras qu'ils contiennent. Tous les acides gras ont un rôle. Ils sont classés en trois grandes catégories suivant leur nombre de doubles liaisons :


- les acides gras saturés qui n'en ont pas

- les acides gras mono-insaturés qui ont une double liaison et

- les acides gras poly-insaturés qui ont plusieurs doubles liaisons.

 

On distingue aussi des acides gras oméga 3, oméga 6 et oméga 9, suivant la position de la première double liaison et des acides gras sous forme cis ou trans selon la configuration structurale de la chaîne.

 

Les acides gras peuvent être aussi différenciés par leur nombre de carbones : acides gras à chaîne courte, acides gras à chaîne moyenne et acides gras à longue chaîne.

 

Je ne veux pas entrer plus dans les détails biochimiques mais revenir un peu sur ces acides gras.

 


 

Les acides gras saturés

 

Ma récolte de noix de cocoIls sont surtout présents dans les produits d'origine animale (viandes et produits laitiers) mais on en trouve aussi dans les huiles végétales. La Végétaline®, extraite de l'huile de coco, n'est composée pratiquement que de graisses saturées. Plus une matière grasse contient de graisses saturées, surtout à longue chaîne, moins elle est fluide. L'huile de coco (vierge) ou de coprah (partiellement hydrogénée) et l'huile de palme (très utilisée dans l'industrie) contiennent beaucoup de graisses saturées.

 

Ces acides gras ne devraient pas représenter plus du quart de nos apports en acides gras. En effet, il y a une relation très étroite entre la consommation de graisses saturées et la mortalité coronarienne. Mais les acides gras saturés n'ont pas tous la même nocivité et il y a lieu d'en consommer... avec modération.

 

 

 

Les acides gras mono-insaturés

 Branche d'olivier

Ce sont ceux que l'on appelle maintenant les oméga 9. Ils ont une consistance plus fluide que les acides gras saturés. On les trouve surtout dans les huiles (d'olive, de colza, d'arachide...) mais aussi dans les graisses animales (graisse de canard, saindoux...). Ils ne sont pas très oxydables, c'est à dire qu'ils résistent bien à la chaleur. Ils ont l'avantage de faire baisser le "mauvais" cholestérol dans le sang sans toucher au "bon" cholestérol.

 

 

 

Les acides gras poly-insaturés

 

C'est dans cette "famille" que l'on trouve les oméga 3 et les oméga 6. Ils sont ordinairement liquides.

On les trouve surtout dans les oléagineux et les huiles dérivées.

NoixLes acides gras oméga 6, qui ont comme chef de file un acide gras essentiel (c'est à dire que l'homme ne peut le fabriquer et doit donc l'ingérer), l'acide linoléique, sont très présents dans les huiles de tournesol, de soja, de pépins de raisin, de carthame et de noix. Ils font baisser le taux de cholestérol sanguin (le "bon" et le "mauvais").

 

Les acides gras oméga 3, qui ont comme chef de file un autre acide gras essentiel, l'acide alphalinolénique, sont beaucoup plus rares. On les trouve surtout dans les huiles de colza, de noix et de soja. Ils font baisser les triglycérides mais ont surtout un effet bénéfique sur la fluidité du sang. Ils n'ont pas d'effet anticholestérolémiant.

 

 

Idéalement, pour rester en bonne santé, nous devrions consommer : 


-1/4 d'acides gras saturés

-1/2 d'acides gras mono-insaturés

1/4 d'acides gras poly-insaturés. L'équilibre entre les oméga 3 et les oméga 6 devrait être d'environ 1/3. Or, dans notre alimentation, il est au mieux d'environ 1/15. Une solution : choisir une huile contenant des oméga 3 (et/ou manger beaucoup de poissons gras).

 

Pour vous aider à vous y retrouver, je vous ai dessiné un petit graphique que vous trouverez ci-dessous avec la composition des principales huiles que vous pouvez trouver sur le marché.

 

Les-differentes-huiles.jpg

Composition des huiles (source : table de composition nutritionnelle CIQUAL 2008)

 

 

 

En pratique, il en est pour les huiles comme pour tous les aliments. Aucune n'est à proscrire, toutes sont à prescrire. L'huile de colza, qui contient des oméga 3, est la mieux équilibrée. Mais elle n'a pas de goût et ne supporte pas très bien la chaleur (car elle contient des oméga 3). L'huile de noix, qui est celle qui contient le plus d'oméga 3, ne supporte pas la chaleur et elle doit être réservée aux assaisonnements. Elle s'oxyde rapidement et il convient de la conserver dans un endroit frais (au réfrigérateur par exemple). Comme elle a beaucoup de goût, on peut en mettre moins.

Pour la cuisson, privilégiez les huiles riches en acides gras mono-insaturés (ou oméga 9) comme l'huile d'olive. 

Pensez que plus il y fait chaud, plus il y a d'oxydation. C'est pourquoi il vaut mieux faire cuire plus longtemps les aliments à température moins chaude (180° pendant 30 minutes valent mieux que 210° pendant 20 minutes).

 

Enfin, choisissez de préférence des huiles vierges de première pression à froid qui n'ont subi qu'un simple broyage et pressurage à froid. Les huiles raffinées ont subi un processus de transformation chimique qui fait disparaître certains nutriments bons pour la santé.

 

Un dernier conseil : variez les huiles !

 

J'espère que je vous ai un peu aidé à vous y retrouver dans les huiles. Le sujet est complexe. N'hésitez pas à me poser des questions en écrivant un commentaire.

 

 

 

A bientôt !

Partager cet article
Repost0
13 février 2013 3 13 /02 /février /2013 10:12

Zaalouk-de-chou-fleur.jpg

 

 

 

Bonjour,

 

Quand on parle de zaalouk au Maroc, on pense tout de suite au zaalouk d'aubergines. Je vous en ai déjà donné la recette (cf. Les salades marocaines ). Mais on peut faire des zaalouk avec différents légumes. Je ne connais pas la définition exacte de zaalouk, ni sa traduction en français, mais je peux vous dire qu'ils sont tous préparés de la même manière. Les légumes sont d'abord cuits, à la vapeur, au four ou dans l'eau, puis revenus avec de l'ail, du piment doux, du persil et de la coriandre et de l'huile d'olive pendant un certain temps. A la fin de la cuisson, on ajoute du cumin et un filet d'huile d'olive. Un de mes zaalouk préférés est le zaalouk de chou-fleur. Je vous en donne la recette.

 

 

 

 

Zaalouk de chou-fleur

 

 

Pour un petit saladier :

 

500 g de chou-fleur

3 gousses d'ail

2 cuillerées à soupe de coriandre fraîche ciselée

2 cuillerées à soupe de persil plat ciselé

1 cuillerée à café de piment doux

1 pincée de cumin en poudre

Huile d'olive

1 filet de vinaigre doux

Sel, poivre

 

 

Faire cuire les bouquets de chou-fleur à la vapeur puis les écraser à la fourchette.

Dans une cocotte, faire revenir à feu doux l'ail haché avec un filet d'huile d'olive. Ajouter le chou-fleur, le persil et la coriandre ciselés et le piment et laisser cuire pendant une dizaine de minutes. Saupoudrer de cumin puis ajouter un filet d'huile d'olive. Servir tiède ou frais.

 

 

Bon appétit ! 

 


Partager cet article
Repost0
12 février 2013 2 12 /02 /février /2013 09:19

La-route-du-txacoli.jpg

 

 

 

Bonjour,

 

Je vous emmène aujourd'hui au Pays basque espagnol, à l'ouest de Saint Sébastien, à Zarautz à côté de Getaria, à la découverte du txacoli (prononcez tchacoli), ce vin blanc du Pays basque que l'on ne peut déguster que localement ou presque.

 

Sa zone de production est le nord de l'Espagne. Mais seul le Pays basque en a fait une appellation d'origine contrôlée (D.O. Denominación de origen). L'essentiel de la production se concentre le long du golfe de Gascogne, du côté espagnol. Le txacoli de Getaria a été le premier à recevoir son appellation en 1989. C'est aussi le plus petit vignoble en surface. Les vignes des localités de Aia, Orio, Zarautz et Getaria sont cultivées sur les versants sud-est des montagnes qui se jettent dans la mer, afin de les protéger du mauvais temps venant de l'Atlantique.

Les vignobles produisant le txacoli de Biscaye sont beaucoup plus étendus. Ce vin a obtenu son appellation en 1994. Le txacoli d'Alava est le dernier à avoir eu une appellation en 2001. Il se reconnaît à sa couleur plus jaune et à son acidité.

 

 

 

 

txakoli géographie

 

 

 

Le txacoli est un vin habituellement blanc (on en fait maintenant du rouge), léger et légèrement effervescent. Il se boit jeune et ne gagne rien à être gardé. On le sert dans de grands verres à pied pour accompagner les pintxos (tapas du Pays basque).

Ce vin, dont la technique de fabrication remonte au VIIIe siècle, a longtemps été élaboré dans un cadre familial. On le fabrique à partir de raisins verts pour garder la fraîcheur.

 

 

 

Photo-vignerons-a-Zarautz.jpg

 

 

 

La culture traditionnelle à Getaria s'apparente à celle des vinhos verdes au Portugal avec des vignes en hauteur. Le feuillage continu forme un couvert qui permet d'améliorer le microclimat de cette région à la forte pluviosité et aux températures moyennes douces (température moyenne annuelle de 13°).

 

 

 

Vignes-en-hiver.jpg

 

 

 

Les cépages sont surtout le Hondarrabi Zuri, le petit corbu (zerratia), le gros manseng (izkiriota) et le petit manseng (izkiriota ttipia). On utilise pour le vin rouge le Hondarrabi beltza

 

 

 

Les-vignes.jpg

 

 

 

Traditionnellement, ce vin n'était ni filtré ni clarifié et on le servait avec la bouteille en hauteur pour repérer la partie la plus claire du liquide. Les techniques de fabrication ont beaucoup changé ces dernières décennies. Le txacoli a longtemps été vinifié en grands foudres mais maintenant on utilise des cuves en acier inoxydable.

 

 

 

La-fabrication-du-txacoli.jpg

 

 

 

Le gaz carbonique de la fermentation est préservé le plus longtemps possible grâce au froid maintenu dans certaines cuves. Le vin est conservé dans les cuves et mis en bouteilles au fur et à mesure des demandes.

 

 

 

Bouteilles de txacoli

 

 

 

Grâce à l'oenologie moderne, le vin est désormais clair.

 

 

 

 

Un-verre-de-txacoli.jpg

 

 

 

Il accompagne parfaitement le thon et les anchois de la région mais aussi le fromage local, l'Idiazabal. Allez le déguster sur place et profitez-en pour visiter la région qui ne manque pas d'attraits. 

 

 

 

Vue-de-la-baie-de-Zarautz.jpg

La plage de Zarautz et le rocher de Getaria

 

 

 

 

Vignes-a-Zarautz.jpg

 

 

 

Prenez la route du txacoli...

 

 


Panneau-txacoli.jpg

 

 

A pied...

 

 


Paysage-au-dessus-de-Zarautz.jpg

 

 

 

Ou en vélo...

 

 

 

A-velo-sur-la-route-du-txacoli.jpg

 

 

 

Même en hiver, la température y est douce, comme le prouve la végétation que l'on y trouve. 

 

 

 

Oranger.jpg

 

 

 

Mais je ne peux que vous conseiller d'y aller quand il y a un peu de soleil (ce n'était pas le cas quand j'y suis allée!), c'est beaucoup plus beau.

 

              

 

A bientôt !

Partager cet article
Repost0
11 février 2013 1 11 /02 /février /2013 10:13

Linges.jpg

 

 

 

Bonjour,

 

Vous avez presque tous approché la bonne réponse. Il s'agissait effectivement, comme l'a dit Flo, de draps séchant au-dessus d'une ruelle. Ou peut-être de voilages, comme l'a dit Laurence. A vrai dire, je ne me rappelle plus exactement où j'ai pris cette photo, peut-être au Maroc, dans un village du Portugal ou aux Cinque Terre en Italie... Je l'avais trouvée jolie et l'ai séparée de son contexte. 

 

J'ai toujours aimé photographier le linge qui sèche dans les rues des villes et villages des pays méditerranéens. Comme les rideaux et tentures d'un intérieur ou les velours d'un théâtre, ils apportent je ne sais quoi qui donne de la vie aux façades.

Je vous montre quelques-unes de ces images.

 

 

 

 

Linge-aux-cinque-Terre.jpg

 

Draps.jpg

 

Draps-aux-cinque-Terre.jpg

 

Pas-mal-pour-etendre-le-linge.jpg

 


 

Merci à tous ceux qui ont participé une fois de plus à cette devinette.

A bientôt !


Partager cet article
Repost0
10 février 2013 7 10 /02 /février /2013 08:59

Paysage et moutons près d'Hélette

 

 

 

Bonjour,

 

Aujourd'hui, j'aurais dû écrire un article sur la cuisine chinoise pour fêter le Nouvel An chinois. Je n'en ai jamais autant entendu parler.

Mais je connais peu la véritable cuisine chinoise et je préfère vous emmener au Pays basque pour une petite promenade vivifiante entre les gouttes. Vous connaissez tous le fromage d'Ossau-Iraty, ce fromage de brebis à pâte pressée non cuite que l'on fabrique dans les Pyrérées-Atlantiques et dans quelques communes des Hautes Pyrénées. Je vous emmène aujourd'hui près d'Hélette, un des villages du Pays basque où se fabrique ce fromage que l'on appelle ici ardi gasna. Il a beaucoup plu (et il pleut encore) et il a neigé sur les hauteurs. Mais malgré le manque de soleil, les paysages sont toujours beaux. Je vous laisse les admirer.

 

 

 

Paysage Hélette

 

Les chemins transformés en cascades

 

Moutons près d'Hélette

 

Moutons et fermes

 

Paysage Ossau Iraty

 

Les brebis

 

Paysage près d'Hélette 2

 

Petits agneaux

Pâturages

 

Fleurs.jpg

 

Ferme près d'Hélette

 

 

 

Après cette promenade, vous prendrez bien une petite "lichette" de fromage, non ? De l'ardi gasna, oui.

 

 

 

Fromage de brebis

 

 

 

A bientôt !

Partager cet article
Repost0
9 février 2013 6 09 /02 /février /2013 07:14

 

 

 

Devinette-du-9-fevrier-2013.jpg 

 

 

 

Bonjour,

 

Savez-vous ce que cette photo représente ?

En attendant vos nombreuses réponses, je vous souhaite un très bon week-end.

 

 

A lundi pour la réponse !

Partager cet article
Repost0
8 février 2013 5 08 /02 /février /2013 11:25

Salade d'épinards à la marocaine

 

 

 

 

Bonjour, 

 

Vous connaissez tous la mauve, cette plante qui pousse dans les prés, dans les zones non cultivées ou au bord des chemins. Cette plante, Malva sylvestris, de Fleurs et feuilles de mauvela famille des Malvaceae (comme la rose trémière Alcea rosea L. ou la mauve blanche ou guimauve sauvage Althaea officinalis L.), est une plante utilisée depuis très longtemps pour ses propriétés médicinales. On l'appelait autrefois omnimorbia car elle était censée soigner toutes les maladies. Depuis fort longtemps, elle est employée pour soigner les maux de gorge ou la toux mais aussi les troubles gastro-intestinaux et en particulier la constipation. Fraîche, elle est riche en vitamine C et E. Elle contient de l'acide alpha-linolénique (acide gras poly-insaturé oméga 3) mais aussi des polyphénols responsables de ses propriétés anti-oxydantes et anti-inflammatoires. En France, on utilise le plus souvent les fleurs séchées, en tisane (d'une très jolie couleur bleue). 

 

 

 

 

Malva sylvestris    

 

 

3741333611_45a29eb102.jpg

 

 

 

 

Au Maroc, on utilise les feuilles fraîches, cueillies au printemps, pour en faire une salade délicieuse, la bakoula. Je vous donne la recette de cette salade que vous pouvez réaliser avec des épinards en toute saison ou avec des feuilles de mauve que vous aurez trouvées dans la campagne au printemps.

 

 

 

 

Bakoula - Salade de mauve (ou d'épinards) à la marocaine

 

 

Pour un bol de salade :

 

1 bouquet de feuilles de mauve ou 250 g d'épinards frais ou surgelés

1 cuillerée à soupe de persil ciselé

1 cuillerée à soupe de coriandre fraîche ciselée

2 gousses d'ail

Le jus d'un demi-citron

1 citron confit

1 cuillerée à café de cumin en poudre

1 cuillerée à café de piment doux en poudre

1/2 cuillerée à café de piment fort en poudre

Huile d'olive

Sel, poivre

Olives violettes (ou, à défaut, olives vertes)

 

 

Laver soigneusement les feuilles de mauve ou d'épinard. Bien les sécher puis les hacher.

Les faire cuire à la vapeur pendant 20 minutes. Bien les égoutter.

Dans une cocotte, faire revenir avec un peu d'huile d'olive les feuilles de mauve (ou d'épinard) hachées avec le persil et la coriandre ciselée, l'ail haché, le cumin, les piments, le jus de citron et la moitié du citron confit coupé en dés.

Laisser mijoter jusqu'à évaporation de toute l'eau.

Décorer avec les olives et le reste de la peau du citron confit coupé en lanières.

Servir la salade tiède ou froide, seule ou avec d'autres salades marocaines (cf.  Salade d'artichauts à l'orange à la marocaine).

 

 

 

A bientôt !

 

 

 


Partager cet article
Repost0
7 février 2013 4 07 /02 /février /2013 09:16

Salade d'artichauts et d'oranges à la marocaine

 

 

 

 

Bonjour,

 

Aujourd'hui, je vous propose une salade marocaine qui apportera un peu de soleil dans votre cuisine (certains d'entre nous en ont bien besoin en ce moment !) : la salade d'artichauts à l'orange. Cette recette est d'origine juive marocaine. Je vous la donne.

 

 

 

Salade d'artichauts à l'orange

 

 

Pour un bol de salade :

 

6 petits fonds d'artichaut (frais ou surgelés)

2 oranges

1 citron

1 gousse d'ail

2 cuillerées à café de persil ciselé

1 cuillerée à café de curcuma

1 cuillerée à café de sucre

1 petit verre d'eau

Sel, poivre

Huile d'olive

 

 

Faire cuire les fonds d'artichaut 10 minutes dans de l'eau bouillante salée avec le citron coupé en quartiers (ou à la vapeur). Bien les égoutter.

Pendant ce temps, peler les oranges à vif et les couper en tranches épaisses de 2 cm d'épaisseur puis les tranches en quartiers. Récupérer le jus.

Dans une casserole, mettre les quartiers d'oranges avec leur jus, la gousse d'ail pelée et hachée, le curcuma, le sucre et l'eau. Saler, poivrer. Porter à ébullition puis réduire le feu et laisser cuire à feu doux pendant une demi-heure environ. 

Ajouter les fonds d'artichaut coupés en quartiers dans la casserole et laisser revenir pendant encore une dizaine de minutes. Il ne doit plus rester de liquide dans la casserole. Faire refroidir.

Servir très frais avec du persil ciselé.

 

 

 

N.B. Les proportions de cette salade correspondent à un petit plat. elles sont suffisantes pour une petite entrée pour deux personnes ou si vous la servez avec d'autres salades marocaines si vous avez de nombreux convives. Vous trouverez d'autres recettes de salades marocaines sur ce blog en cliquant sur les liens ci-après ( Les salades marocainesLes salades marocaines (suite)Salade de fèves à la marocaineLentilles à la marocaine, Le pois chiche, un légume trop souvent dédaigné  ...). Vous pouvez aussi mélanger ces salades marocaines avec d'autres salades méditerranéennes (cf.  De l'aubergine (suite) : les caviars d'aubergineSalade de courgettes à la libanaiseLa salade méchouiaLa salade tunisienne..., De la couleur pour l'apéritifEncore un peu de couleur ?Tzatziki, revithosalata, tyrokafteri... ). Vous trouverez aussi d'autres recettes de salades marocaines et méditerranéennes dans le livre Nutrition gourmandise que j'ai publié aux éditions Atlantica.

 

 

 

Salades-marocaines-et-mediterraneennes.jpg

 

 

 

A bientôt !

 

 



Partager cet article
Repost0

Profil

  • La nutrition en couleurs
  • Médecin nutritionniste, passionnée par la lumière et les couleurs, j'aime faire partager à ceux qui m'entourent mes connaissances en cuisine et en nutrition pour qu'ils puissent concilier santé, plaisir et gourmandise.
  • Médecin nutritionniste, passionnée par la lumière et les couleurs, j'aime faire partager à ceux qui m'entourent mes connaissances en cuisine et en nutrition pour qu'ils puissent concilier santé, plaisir et gourmandise.

Droits réservés

Les images de ce blog (dessins, photos...) ne sont pas libres de droits

Recherche